L’auriculothérapie, une pratique thérapeutique et préventive

Les pratiques en MCA
29/3/2022

L’auriculothérapie consiste en la stimulation de points précis du pavillon de l’oreille afin d’agir sur des dysfonctionnements au sein du corps. Considérée comme un acte d’acupuncture, cette pratique est réglementée par la loi.

L'auriculothérapie est une méthode thérapeutique non médicamenteuse intégrée à la médecine chinoise en tant que micro-système, c'est-à-dire une représentation de l'organisme entier sur une plus petite partie du corps. Cette pratique, proche de l'acupuncture et complémentaire à une prise en charge conventionnelle, consiste en la stimulation de points du pavillon de l’oreille, par l’usage, le plus souvent, d’aiguilles semi permanentes (de 1,5 mm restant en place de plusieurs heures à plusieurs jours) ou de billes d’acier maintenues sur le point à l’aide d’un sparadrap. « Cette pratique utilise la même technique physique que l’acupuncture, indique le Dr Mélissa Large, médecin généraliste et acupuncteur. En stimulant les points dans l’oreille, il est alors possible d’agir sur les organes présentant des problématiques. »

Les indications

Le recours à l’auriculothérapie peut être à visée thérapeutique notamment pour des douleurs de dos, des problèmes anxieux, des troubles du sommeil, des addictions (tabac, alcool, drogues) ou encore des allergies.  Elle peut aussi être utilisée en prévention. « En observant l’oreille, il est possible de constater des faiblesses au niveau d’un organe, permettant ainsi de se focaliser sur certains d’entre eux, en demandant par exemple des bilans complémentaires », indique le médecin.  

L’auriculothérapie peut présenter des effets indésirables transitoires et bénins telles que des sensations parfois douloureuses et passagères à l’insertion de l’aiguille, des légers saignements ou encore l’exacerbation des symptômes pendant 24 à 48 heures après la séance. Quant aux effets indésirables graves, ils sont limités dans le cadre d’un exercice pratiqué par des membres de professions médicales formés avec utilisation d’aiguilles stériles à usage unique et en complément du traitement médical conventionnel. L’aiguille semi permanente ne doit d’ailleurs jamais être remise en place ou déplacée afin d’éviter tous risques infectieux.

Les praticiens et la formation

L’acte d’acupuncture est considéré par la jurisprudence française comme un acte médical. D’après le ministère de la Santé, ce principe est susceptible de s’appliquer à l’acupuncture auriculaire. De fait, les personnes n’appartenant pas au corps médical et pratiquant l’auriculothérapie peuvent être poursuivies pour exercice illégal de la médecine. Comme pour l’acupuncture, les professions médicales pouvant pratiquer l’auriculothérapie sont les médecins, les chirurgiens-dentistes pour les actes en lien avec la chirurgie dentaire et les sages-femmes pour les actes en lien avec l’obstétrique. « En France, les professionnels de santé ont accès à des Diplômes universitaires ou interuniversitaires d’auriculothérapie », précise le Dr Large. Attention toutefois car des diplômes d’organismes privés ou associatifs sont parfois accessibles à un public plus large que les professions médicales.