Accueil
S'informer sur les MCA
Articles à thématique
Ecoles, formations, praticiens : les différents types de certifications
Accueil
S'informer sur les MCA
Interviews d'experts
Ecoles, formations, praticiens : les différents types de certifications
Accueil
Nos activités
Activités de l'A-MCA
Ecoles, formations, praticiens : les différents types de certifications
Accueil
Activités de l'E-SD et de l'E-FPS
Ecoles, formations, praticiens : les différents types de certifications
Accueil
Activités de l'E-SD et de l'E-FPS
Ecoles, formations, praticiens : les différents types de certifications
Accueil
Nos activités
Activités du RC-MCA
Ecoles, formations, praticiens : les différents types de certifications
Accueil
S'informer sur les MCA
Fiches pratiques
Ecoles, formations, praticiens : les différents types de certifications
Fiche pratique
Pratique acceptée

Ecoles, formations, praticiens : les différents types de certifications

Pratiques détenant un cadre réglementaire ou de formation, largement intégrées dans les centres de soins. Elles sont généralement proposées par des praticiens dont la formation est reconnue et ne comporte pas de risques ou de dérives.

Pratiques détenant un cadre et largement intégrées :
• La formation est reconnue
• Il n'y a pas de risques spécifiques
• Il n'y a pas de dérives
Cette fiche d’information n’a pas de visée thérapeutique. Les pratiques s’inscrivent dans le champ du bien-être et ne peuvent pas guérir. Tout praticien est tenu de vous orienter vers un médecin lorsque les symptômes nécessitent un diagnostic ou lorsque le motif de consultation dépasse son champ de compétences. Quelle que soit la pratique, il est recommandé de rester vigilant devant tout comportement ou discours inadapté.

Les certifications d’un parcours de formation

Les certifications viennent sanctionner un niveau de compétences acquis en fin de parcours de formation. Il en existe de plusieurs ordres.  

  • Les certifications professionnelles de titres enregistrés au Répertoire national des compétences professionnelles (RNCP)

Dans le cadre de la formation professionnelle aux métiers du bien-être, les certifications professionnelles peuvent être enregistrées au RNCP. Un titre RNCP valide le niveau de qualification du praticien. L’organisme de formation effectue la démarche, auprès de France Compétences, afin de présenter son référentiel de certification avec lequel il évalue les compétences de ses apprenants. Si France compétences l’accepte, l’organisme devient centre certificateur, sa certification professionnelle est alors enregistrée au RNCP.  

Un décret encadre les différents niveaux de certification, délivrés pour une période d’un an à cinq ans. A l’issue de cette durée, l’organisme doit présenter une nouvelle demande d’enregistrement de sa certification. En revanche, la personne diplômée pendant la période au cours de laquelle la certification est enregistrée au RNCP, acquiert un niveau de qualification valable pour toute la durée de sa vie professionnelle.  

  • Les certifications professionnelles pour l’acquisition de compétences complémentaires

  • Les Diplômes universitaires (DU)

Les DU sont des parchemins délivrés par une université dans le cadre d’une formation continue, justifiant ainsi la nécessité de détenir des prérequis pour s’y inscrire. La volonté de « l’étudiant » est d’acquérir des compétences complémentaires.  

Nota : le DU n’est pas un diplôme d’Etat.

  • Les titres inscrits au Répertoire spécifique (RS)  

Il s’agit également de parchemins délivrant des compétences complémentaires ou transverses. Ils ne forment pas à un métier.  

Le RS est géré par France Compétences et fonctionne comme le RNCP.

Les certifications liées à la qualité des prestations de service du professionnel

L’objectif de ces certifications est de s’assurer que le professionnel installé, continue de travailler dans les règles de l’art acquises pendant sa formation. Les règles de l’art sont définies dans une norme généralement portée par l’Association française de normalisation (Afnor).  

Dès lors que la norme est établie, il est nécessaire d’apporter la preuve que les praticiens exercent de manière conforme à la norme. D’où l’existence de label qualité.  

A titre d’exemple, en sophrologie, le label qualité CertiSophro, basée sur la norme AFNOR NF S99-805, délivrée par la Chambre syndicale de sophrologie, peut être obtenu par les sophrologues à l’issue d’un audit vérifiant : leurs compétences, leur savoir-être, leur formation continue, le cadre d’exercice. Le label, valable deux ans, protège les usagers.  

Les certifications de centre de formation

Des labels qualité permettent de certifier les centres de formation. C’est le cas par exemple de Qualiopi. Il valide les processus mis en place par l’organisme de formation pour dispenser ses formations : organisation, gestion des stagiaires, etc.  Néanmoins, il ne valide pas le parcours pédagogique ou le contenu de la formation.  

Certains labels en revanche s’intéressent au contenu de la formation. C’est le cas, en sophrologie, de QualiSophro, certification délivrée par la Chambre syndicale de sophrologie à tout organisme dispensant des formations initiales de sophrologues ou des spécialisations dans le respect de la norme AFNOR NF S99-805 « Qualité de service du sophrologue ».

Avec l’aimable contribution de Catherine Aliotta, présidente de la Chambre syndicale de la Sophrologie.

Fiche pratique

Ecoles, formations, praticiens : les différents types de certifications

Pratiques conventionnelles à visées de soins, rassemblant des méthodes validées par la Haute Autorité de Santé.

Pratiques validées par la Haute Autorité de Santé (HAS) :
• Délimitées par la HAS
• Professionnalisées
• Pleinement intégrées
• Sans risques
Cette fiche d’information n’a pas de visée thérapeutique. Les pratiques s’inscrivent dans le champ du bien-être et ne peuvent pas guérir. Tout praticien est tenu de vous orienter vers un médecin lorsque les symptômes nécessitent un diagnostic ou lorsque le motif de consultation dépasse son champ de compétences. Quelle que soit la pratique, il est recommandé de rester vigilant devant tout comportement ou discours inadapté.

Les certifications d’un parcours de formation

Les certifications viennent sanctionner un niveau de compétences acquis en fin de parcours de formation. Il en existe de plusieurs ordres.  

  • Les certifications professionnelles de titres enregistrés au Répertoire national des compétences professionnelles (RNCP)

Dans le cadre de la formation professionnelle aux métiers du bien-être, les certifications professionnelles peuvent être enregistrées au RNCP. Un titre RNCP valide le niveau de qualification du praticien. L’organisme de formation effectue la démarche, auprès de France Compétences, afin de présenter son référentiel de certification avec lequel il évalue les compétences de ses apprenants. Si France compétences l’accepte, l’organisme devient centre certificateur, sa certification professionnelle est alors enregistrée au RNCP.  

Un décret encadre les différents niveaux de certification, délivrés pour une période d’un an à cinq ans. A l’issue de cette durée, l’organisme doit présenter une nouvelle demande d’enregistrement de sa certification. En revanche, la personne diplômée pendant la période au cours de laquelle la certification est enregistrée au RNCP, acquiert un niveau de qualification valable pour toute la durée de sa vie professionnelle.  

  • Les certifications professionnelles pour l’acquisition de compétences complémentaires

  • Les Diplômes universitaires (DU)

Les DU sont des parchemins délivrés par une université dans le cadre d’une formation continue, justifiant ainsi la nécessité de détenir des prérequis pour s’y inscrire. La volonté de « l’étudiant » est d’acquérir des compétences complémentaires.  

Nota : le DU n’est pas un diplôme d’Etat.

  • Les titres inscrits au Répertoire spécifique (RS)  

Il s’agit également de parchemins délivrant des compétences complémentaires ou transverses. Ils ne forment pas à un métier.  

Le RS est géré par France Compétences et fonctionne comme le RNCP.

Les certifications liées à la qualité des prestations de service du professionnel

L’objectif de ces certifications est de s’assurer que le professionnel installé, continue de travailler dans les règles de l’art acquises pendant sa formation. Les règles de l’art sont définies dans une norme généralement portée par l’Association française de normalisation (Afnor).  

Dès lors que la norme est établie, il est nécessaire d’apporter la preuve que les praticiens exercent de manière conforme à la norme. D’où l’existence de label qualité.  

A titre d’exemple, en sophrologie, le label qualité CertiSophro, basée sur la norme AFNOR NF S99-805, délivrée par la Chambre syndicale de sophrologie, peut être obtenu par les sophrologues à l’issue d’un audit vérifiant : leurs compétences, leur savoir-être, leur formation continue, le cadre d’exercice. Le label, valable deux ans, protège les usagers.  

Les certifications de centre de formation

Des labels qualité permettent de certifier les centres de formation. C’est le cas par exemple de Qualiopi. Il valide les processus mis en place par l’organisme de formation pour dispenser ses formations : organisation, gestion des stagiaires, etc.  Néanmoins, il ne valide pas le parcours pédagogique ou le contenu de la formation.  

Certains labels en revanche s’intéressent au contenu de la formation. C’est le cas, en sophrologie, de QualiSophro, certification délivrée par la Chambre syndicale de sophrologie à tout organisme dispensant des formations initiales de sophrologues ou des spécialisations dans le respect de la norme AFNOR NF S99-805 « Qualité de service du sophrologue ».

Avec l’aimable contribution de Catherine Aliotta, présidente de la Chambre syndicale de la Sophrologie.

Fiche pratique
Pratique recommandée

Ecoles, formations, praticiens : les différents types de certifications

Pratiques conventionnelles à visées de soins, rassemblant des méthodes validées par la Haute Autorité de Santé.

Pratiques validées par la Haute Autorité de Santé (HAS) :
• Délimitées par la HAS
• Professionnalisées
• Pleinement intégrées
• Sans risques
Cette fiche d’information n’a pas de visée thérapeutique. Les pratiques s’inscrivent dans le champ du bien-être et ne peuvent pas guérir. Tout praticien est tenu de vous orienter vers un médecin lorsque les symptômes nécessitent un diagnostic ou lorsque le motif de consultation dépasse son champ de compétences. Quelle que soit la pratique, il est recommandé de rester vigilant devant tout comportement ou discours inadapté.

Les certifications d’un parcours de formation

Les certifications viennent sanctionner un niveau de compétences acquis en fin de parcours de formation. Il en existe de plusieurs ordres.  

  • Les certifications professionnelles de titres enregistrés au Répertoire national des compétences professionnelles (RNCP)

Dans le cadre de la formation professionnelle aux métiers du bien-être, les certifications professionnelles peuvent être enregistrées au RNCP. Un titre RNCP valide le niveau de qualification du praticien. L’organisme de formation effectue la démarche, auprès de France Compétences, afin de présenter son référentiel de certification avec lequel il évalue les compétences de ses apprenants. Si France compétences l’accepte, l’organisme devient centre certificateur, sa certification professionnelle est alors enregistrée au RNCP.  

Un décret encadre les différents niveaux de certification, délivrés pour une période d’un an à cinq ans. A l’issue de cette durée, l’organisme doit présenter une nouvelle demande d’enregistrement de sa certification. En revanche, la personne diplômée pendant la période au cours de laquelle la certification est enregistrée au RNCP, acquiert un niveau de qualification valable pour toute la durée de sa vie professionnelle.  

  • Les certifications professionnelles pour l’acquisition de compétences complémentaires

  • Les Diplômes universitaires (DU)

Les DU sont des parchemins délivrés par une université dans le cadre d’une formation continue, justifiant ainsi la nécessité de détenir des prérequis pour s’y inscrire. La volonté de « l’étudiant » est d’acquérir des compétences complémentaires.  

Nota : le DU n’est pas un diplôme d’Etat.

  • Les titres inscrits au Répertoire spécifique (RS)  

Il s’agit également de parchemins délivrant des compétences complémentaires ou transverses. Ils ne forment pas à un métier.  

Le RS est géré par France Compétences et fonctionne comme le RNCP.

Les certifications liées à la qualité des prestations de service du professionnel

L’objectif de ces certifications est de s’assurer que le professionnel installé, continue de travailler dans les règles de l’art acquises pendant sa formation. Les règles de l’art sont définies dans une norme généralement portée par l’Association française de normalisation (Afnor).  

Dès lors que la norme est établie, il est nécessaire d’apporter la preuve que les praticiens exercent de manière conforme à la norme. D’où l’existence de label qualité.  

A titre d’exemple, en sophrologie, le label qualité CertiSophro, basée sur la norme AFNOR NF S99-805, délivrée par la Chambre syndicale de sophrologie, peut être obtenu par les sophrologues à l’issue d’un audit vérifiant : leurs compétences, leur savoir-être, leur formation continue, le cadre d’exercice. Le label, valable deux ans, protège les usagers.  

Les certifications de centre de formation

Des labels qualité permettent de certifier les centres de formation. C’est le cas par exemple de Qualiopi. Il valide les processus mis en place par l’organisme de formation pour dispenser ses formations : organisation, gestion des stagiaires, etc.  Néanmoins, il ne valide pas le parcours pédagogique ou le contenu de la formation.  

Certains labels en revanche s’intéressent au contenu de la formation. C’est le cas, en sophrologie, de QualiSophro, certification délivrée par la Chambre syndicale de sophrologie à tout organisme dispensant des formations initiales de sophrologues ou des spécialisations dans le respect de la norme AFNOR NF S99-805 « Qualité de service du sophrologue ».

Avec l’aimable contribution de Catherine Aliotta, présidente de la Chambre syndicale de la Sophrologie.

Fiche pratique
Pratique Tolérée

Ecoles, formations, praticiens : les différents types de certifications

Pratiques ne détenant pas de cadre, rarement intégrées et dont la formation n'est pas reconnue.

Pratiques ne détenant pas de cadre et rarement intégrées.
• La formation n'est pas reconnue
• Il existe des risques
• Les dérives sont involontaires
Cette fiche d’information n’a pas de visée thérapeutique. Les pratiques s’inscrivent dans le champ du bien-être et ne peuvent pas guérir. Tout praticien est tenu de vous orienter vers un médecin lorsque les symptômes nécessitent un diagnostic ou lorsque le motif de consultation dépasse son champ de compétences. Quelle que soit la pratique, il est recommandé de rester vigilant devant tout comportement ou discours inadapté.

Les certifications d’un parcours de formation

Les certifications viennent sanctionner un niveau de compétences acquis en fin de parcours de formation. Il en existe de plusieurs ordres.  

  • Les certifications professionnelles de titres enregistrés au Répertoire national des compétences professionnelles (RNCP)

Dans le cadre de la formation professionnelle aux métiers du bien-être, les certifications professionnelles peuvent être enregistrées au RNCP. Un titre RNCP valide le niveau de qualification du praticien. L’organisme de formation effectue la démarche, auprès de France Compétences, afin de présenter son référentiel de certification avec lequel il évalue les compétences de ses apprenants. Si France compétences l’accepte, l’organisme devient centre certificateur, sa certification professionnelle est alors enregistrée au RNCP.  

Un décret encadre les différents niveaux de certification, délivrés pour une période d’un an à cinq ans. A l’issue de cette durée, l’organisme doit présenter une nouvelle demande d’enregistrement de sa certification. En revanche, la personne diplômée pendant la période au cours de laquelle la certification est enregistrée au RNCP, acquiert un niveau de qualification valable pour toute la durée de sa vie professionnelle.  

  • Les certifications professionnelles pour l’acquisition de compétences complémentaires

  • Les Diplômes universitaires (DU)

Les DU sont des parchemins délivrés par une université dans le cadre d’une formation continue, justifiant ainsi la nécessité de détenir des prérequis pour s’y inscrire. La volonté de « l’étudiant » est d’acquérir des compétences complémentaires.  

Nota : le DU n’est pas un diplôme d’Etat.

  • Les titres inscrits au Répertoire spécifique (RS)  

Il s’agit également de parchemins délivrant des compétences complémentaires ou transverses. Ils ne forment pas à un métier.  

Le RS est géré par France Compétences et fonctionne comme le RNCP.

Les certifications liées à la qualité des prestations de service du professionnel

L’objectif de ces certifications est de s’assurer que le professionnel installé, continue de travailler dans les règles de l’art acquises pendant sa formation. Les règles de l’art sont définies dans une norme généralement portée par l’Association française de normalisation (Afnor).  

Dès lors que la norme est établie, il est nécessaire d’apporter la preuve que les praticiens exercent de manière conforme à la norme. D’où l’existence de label qualité.  

A titre d’exemple, en sophrologie, le label qualité CertiSophro, basée sur la norme AFNOR NF S99-805, délivrée par la Chambre syndicale de sophrologie, peut être obtenu par les sophrologues à l’issue d’un audit vérifiant : leurs compétences, leur savoir-être, leur formation continue, le cadre d’exercice. Le label, valable deux ans, protège les usagers.  

Les certifications de centre de formation

Des labels qualité permettent de certifier les centres de formation. C’est le cas par exemple de Qualiopi. Il valide les processus mis en place par l’organisme de formation pour dispenser ses formations : organisation, gestion des stagiaires, etc.  Néanmoins, il ne valide pas le parcours pédagogique ou le contenu de la formation.  

Certains labels en revanche s’intéressent au contenu de la formation. C’est le cas, en sophrologie, de QualiSophro, certification délivrée par la Chambre syndicale de sophrologie à tout organisme dispensant des formations initiales de sophrologues ou des spécialisations dans le respect de la norme AFNOR NF S99-805 « Qualité de service du sophrologue ».

Avec l’aimable contribution de Catherine Aliotta, présidente de la Chambre syndicale de la Sophrologie.

Fiche pratique
Pratique rejetée

Ecoles, formations, praticiens : les différents types de certifications

Pratiques ne détenant pas de cadre, rarement intégrées et dont la formation n'est pas reconnue.

Pratiques ne détenant pas de cadre et rarement intégrées.
• La formation n'est pas reconnue
• Il existe des risques
• Les dérives sont involontaires

Les certifications d’un parcours de formation

Les certifications viennent sanctionner un niveau de compétences acquis en fin de parcours de formation. Il en existe de plusieurs ordres.  

  • Les certifications professionnelles de titres enregistrés au Répertoire national des compétences professionnelles (RNCP)

Dans le cadre de la formation professionnelle aux métiers du bien-être, les certifications professionnelles peuvent être enregistrées au RNCP. Un titre RNCP valide le niveau de qualification du praticien. L’organisme de formation effectue la démarche, auprès de France Compétences, afin de présenter son référentiel de certification avec lequel il évalue les compétences de ses apprenants. Si France compétences l’accepte, l’organisme devient centre certificateur, sa certification professionnelle est alors enregistrée au RNCP.  

Un décret encadre les différents niveaux de certification, délivrés pour une période d’un an à cinq ans. A l’issue de cette durée, l’organisme doit présenter une nouvelle demande d’enregistrement de sa certification. En revanche, la personne diplômée pendant la période au cours de laquelle la certification est enregistrée au RNCP, acquiert un niveau de qualification valable pour toute la durée de sa vie professionnelle.  

  • Les certifications professionnelles pour l’acquisition de compétences complémentaires

  • Les Diplômes universitaires (DU)

Les DU sont des parchemins délivrés par une université dans le cadre d’une formation continue, justifiant ainsi la nécessité de détenir des prérequis pour s’y inscrire. La volonté de « l’étudiant » est d’acquérir des compétences complémentaires.  

Nota : le DU n’est pas un diplôme d’Etat.

  • Les titres inscrits au Répertoire spécifique (RS)  

Il s’agit également de parchemins délivrant des compétences complémentaires ou transverses. Ils ne forment pas à un métier.  

Le RS est géré par France Compétences et fonctionne comme le RNCP.

Les certifications liées à la qualité des prestations de service du professionnel

L’objectif de ces certifications est de s’assurer que le professionnel installé, continue de travailler dans les règles de l’art acquises pendant sa formation. Les règles de l’art sont définies dans une norme généralement portée par l’Association française de normalisation (Afnor).  

Dès lors que la norme est établie, il est nécessaire d’apporter la preuve que les praticiens exercent de manière conforme à la norme. D’où l’existence de label qualité.  

A titre d’exemple, en sophrologie, le label qualité CertiSophro, basée sur la norme AFNOR NF S99-805, délivrée par la Chambre syndicale de sophrologie, peut être obtenu par les sophrologues à l’issue d’un audit vérifiant : leurs compétences, leur savoir-être, leur formation continue, le cadre d’exercice. Le label, valable deux ans, protège les usagers.  

Les certifications de centre de formation

Des labels qualité permettent de certifier les centres de formation. C’est le cas par exemple de Qualiopi. Il valide les processus mis en place par l’organisme de formation pour dispenser ses formations : organisation, gestion des stagiaires, etc.  Néanmoins, il ne valide pas le parcours pédagogique ou le contenu de la formation.  

Certains labels en revanche s’intéressent au contenu de la formation. C’est le cas, en sophrologie, de QualiSophro, certification délivrée par la Chambre syndicale de sophrologie à tout organisme dispensant des formations initiales de sophrologues ou des spécialisations dans le respect de la norme AFNOR NF S99-805 « Qualité de service du sophrologue ».

Avec l’aimable contribution de Catherine Aliotta, présidente de la Chambre syndicale de la Sophrologie.

Bientôt, plus d'information sur cette pratique.

Ecoles, formations, praticiens : les différents types de certifications

Certifications d’un praticien, d’un parcours de formation, d’une école ou encore d’un diplôme : il n’est pas toujours facile, pour les novices, de comprendre la subtilité de toutes ces distinctions. Eclairage.

Temps de lecture :
Lieu :
5min
Publié le :
27/3/23
Catégorie :

Les certifications d’un parcours de formation

Les certifications viennent sanctionner un niveau de compétences acquis en fin de parcours de formation. Il en existe de plusieurs ordres.  

  • Les certifications professionnelles de titres enregistrés au Répertoire national des compétences professionnelles (RNCP)

Dans le cadre de la formation professionnelle aux métiers du bien-être, les certifications professionnelles peuvent être enregistrées au RNCP. Un titre RNCP valide le niveau de qualification du praticien. L’organisme de formation effectue la démarche, auprès de France Compétences, afin de présenter son référentiel de certification avec lequel il évalue les compétences de ses apprenants. Si France compétences l’accepte, l’organisme devient centre certificateur, sa certification professionnelle est alors enregistrée au RNCP.  

Un décret encadre les différents niveaux de certification, délivrés pour une période d’un an à cinq ans. A l’issue de cette durée, l’organisme doit présenter une nouvelle demande d’enregistrement de sa certification. En revanche, la personne diplômée pendant la période au cours de laquelle la certification est enregistrée au RNCP, acquiert un niveau de qualification valable pour toute la durée de sa vie professionnelle.  

  • Les certifications professionnelles pour l’acquisition de compétences complémentaires

  • Les Diplômes universitaires (DU)

Les DU sont des parchemins délivrés par une université dans le cadre d’une formation continue, justifiant ainsi la nécessité de détenir des prérequis pour s’y inscrire. La volonté de « l’étudiant » est d’acquérir des compétences complémentaires.  

Nota : le DU n’est pas un diplôme d’Etat.

  • Les titres inscrits au Répertoire spécifique (RS)  

Il s’agit également de parchemins délivrant des compétences complémentaires ou transverses. Ils ne forment pas à un métier.  

Le RS est géré par France Compétences et fonctionne comme le RNCP.

Les certifications liées à la qualité des prestations de service du professionnel

L’objectif de ces certifications est de s’assurer que le professionnel installé, continue de travailler dans les règles de l’art acquises pendant sa formation. Les règles de l’art sont définies dans une norme généralement portée par l’Association française de normalisation (Afnor).  

Dès lors que la norme est établie, il est nécessaire d’apporter la preuve que les praticiens exercent de manière conforme à la norme. D’où l’existence de label qualité.  

A titre d’exemple, en sophrologie, le label qualité CertiSophro, basée sur la norme AFNOR NF S99-805, délivrée par la Chambre syndicale de sophrologie, peut être obtenu par les sophrologues à l’issue d’un audit vérifiant : leurs compétences, leur savoir-être, leur formation continue, le cadre d’exercice. Le label, valable deux ans, protège les usagers.  

Les certifications de centre de formation

Des labels qualité permettent de certifier les centres de formation. C’est le cas par exemple de Qualiopi. Il valide les processus mis en place par l’organisme de formation pour dispenser ses formations : organisation, gestion des stagiaires, etc.  Néanmoins, il ne valide pas le parcours pédagogique ou le contenu de la formation.  

Certains labels en revanche s’intéressent au contenu de la formation. C’est le cas, en sophrologie, de QualiSophro, certification délivrée par la Chambre syndicale de sophrologie à tout organisme dispensant des formations initiales de sophrologues ou des spécialisations dans le respect de la norme AFNOR NF S99-805 « Qualité de service du sophrologue ».

Avec l’aimable contribution de Catherine Aliotta, présidente de la Chambre syndicale de la Sophrologie.

No items found.

Photos

No items found.

Vidéos

Partenaires

No items found.

Medias

No items found.

La bibliothèque de l'A-MCA

No items found.

Pour aller plus loin

Pour aller plus loin

No items found.