Accueil
S'informer sur les MCA
Articles à thématique
« Ces ateliers de sophrologie étaient une bulle pour les salariés des Ehpad »
Accueil
S'informer sur les MCA
Interviews d'experts
« Ces ateliers de sophrologie étaient une bulle pour les salariés des Ehpad »
Accueil
Nos activités
Activités de l'A-MCA
« Ces ateliers de sophrologie étaient une bulle pour les salariés des Ehpad »
Accueil
Nos activités
Activités du RC-MCA
« Ces ateliers de sophrologie étaient une bulle pour les salariés des Ehpad »
Accueil
S'informer sur les MCA
Fiches pratiques
« Ces ateliers de sophrologie étaient une bulle pour les salariés des Ehpad »
Fiche pratique
Pratique acceptée

« Ces ateliers de sophrologie étaient une bulle pour les salariés des Ehpad »

Pratiques détenant un cadre réglementaire ou de formation, largement intégrées dans les centres de soins. Elles sont généralement proposées par des praticiens dont la formation est reconnue et ne comporte pas de risques ou de dérives.

Pratiques détenant un cadre et largement intégrées :
• La formation est reconnue
• Il n'y a pas de risques spécifiques
• Il n'y a pas de dérives

Pourquoi vous êtes-vous engagée dans ce projet ?  

De manière générale, l’intervention auprès des personnes âgées m’intéresse particulièrement, notamment pour les aider à prendre soin de leur moral et maintenir leurs capacités physiques pour agir sur leur bien-être. Ce travail est d’autant plus captivant lorsqu’il est réfléchi et réalisé en équipe. Lorsque l’IFS m’a contactée pour me parler du projet de l’A-MCA et de AAAS, j’ai trouvé vraiment intéressant que les ateliers s’adressent, cette fois-ci, au personnel. D’autant plus que le projet était solidement construit, avec des objectifs visés, un cadre pour la mise en place des ateliers et d’autres professions impliquées. Ce côté « équipe » m’a séduite.  

Comment vous êtes-vous organisée pour monter vos ateliers ?  

Je suis intervenue au sein de deux structures du groupe, à savoir les Ehpad situés à Montmorency et à Gonesse, dans le Val-d’Oise. Nous étions deux sophrologues à alterner les séances d’un mois à l’autre, d’octobre 2021 à juin 2022.  

Pour connaître les besoins des personnels, j’ai interrogé en toute confidentialité les psychologues des deux structures. Elles sont les mieux placées pour nous partager l’état d’esprit des équipes. Cela m’a permis de disposer de bases pour construire le protocole. Nous avons ensuite rencontré les membres du personnel des Ehpad pour nous présenter, leur montrer que nous avions compris leur état d’esprit, leur expliquer ce qu’est la sophrologie, le déroulement d’une séance avec la possibilité pour eux de s’exprimer.  

Les séances se sont déroulées en groupes ouverts, les membres du personnel venant s’ils le pouvaient et s’ils le souhaitaient, sur leur temps de travail ou de pause. Ils étaient en moyenne une dizaine par séance : membres de la direction, assistantes de direction, infirmières, psychologues, auxiliaires de vie, personnel technique. En parallèle, ils pouvaient également assister à des séances de chiropraxie et de diététique.  

Comment se déroulait une séance ?

Au cours des séances d’environ une heure, nous leur avons proposé des exercices à effectuer sur place et des entraînements à réaliser chez eux. L’idée était de fixer des objectifs simples à pouvoir répéter sans trop de contraintes. Toutefois, comme nous avions constaté une fragilité et une fatigabilité des équipes, nous nous sommes adaptées à ce qu’ils pouvaient ou non réaliser.  

Parmi les thématiques abordées : la découverte de la sophrologie avec de la détente et de la relaxation, chasser le stress, éliminer la fatigue, se libérer des pensées négatives, prendre du recul par rapport au travail, installer la détente, faciliter la récupération, renforcer la vitalité et la motivation.  

L’objectif était de lutter contre l’épuisement professionnel en éliminant les tensions accumulées et retrouver la notion de plaisir au travail. Avec des retours réguliers à la fin des séances, nous avons pu nous adapter à leurs besoins pour les suivantes. Notre protocole n’était pas figé.  

Êtes-vous satisfaite des résultats du programme ?

Avec ma collègue, nous avons eu le même ressenti, à savoir une satisfaction réelle des membres du personnel. Ces moments constituaient leur bulle, un instant juste à eux, pour se poser et se recharger mentalement. Ils ont exprimé un bien-être et une détente physique.  

1.Répertoire national des certifications professionnelles

Fiche pratique
Pratique acceptée

« Ces ateliers de sophrologie étaient une bulle pour les salariés des Ehpad »

Pratiques conventionnelles à visées de soins, rassemblant des méthodes validées par la Haute Autorité de Santé.

Pratiques validées par la Haute Autorité de Santé (HAS) :
• Délimitées par la HAS
• Professionnalisées
• Pleinement intégrées
• Sans risques

Pourquoi vous êtes-vous engagée dans ce projet ?  

De manière générale, l’intervention auprès des personnes âgées m’intéresse particulièrement, notamment pour les aider à prendre soin de leur moral et maintenir leurs capacités physiques pour agir sur leur bien-être. Ce travail est d’autant plus captivant lorsqu’il est réfléchi et réalisé en équipe. Lorsque l’IFS m’a contactée pour me parler du projet de l’A-MCA et de AAAS, j’ai trouvé vraiment intéressant que les ateliers s’adressent, cette fois-ci, au personnel. D’autant plus que le projet était solidement construit, avec des objectifs visés, un cadre pour la mise en place des ateliers et d’autres professions impliquées. Ce côté « équipe » m’a séduite.  

Comment vous êtes-vous organisée pour monter vos ateliers ?  

Je suis intervenue au sein de deux structures du groupe, à savoir les Ehpad situés à Montmorency et à Gonesse, dans le Val-d’Oise. Nous étions deux sophrologues à alterner les séances d’un mois à l’autre, d’octobre 2021 à juin 2022.  

Pour connaître les besoins des personnels, j’ai interrogé en toute confidentialité les psychologues des deux structures. Elles sont les mieux placées pour nous partager l’état d’esprit des équipes. Cela m’a permis de disposer de bases pour construire le protocole. Nous avons ensuite rencontré les membres du personnel des Ehpad pour nous présenter, leur montrer que nous avions compris leur état d’esprit, leur expliquer ce qu’est la sophrologie, le déroulement d’une séance avec la possibilité pour eux de s’exprimer.  

Les séances se sont déroulées en groupes ouverts, les membres du personnel venant s’ils le pouvaient et s’ils le souhaitaient, sur leur temps de travail ou de pause. Ils étaient en moyenne une dizaine par séance : membres de la direction, assistantes de direction, infirmières, psychologues, auxiliaires de vie, personnel technique. En parallèle, ils pouvaient également assister à des séances de chiropraxie et de diététique.  

Comment se déroulait une séance ?

Au cours des séances d’environ une heure, nous leur avons proposé des exercices à effectuer sur place et des entraînements à réaliser chez eux. L’idée était de fixer des objectifs simples à pouvoir répéter sans trop de contraintes. Toutefois, comme nous avions constaté une fragilité et une fatigabilité des équipes, nous nous sommes adaptées à ce qu’ils pouvaient ou non réaliser.  

Parmi les thématiques abordées : la découverte de la sophrologie avec de la détente et de la relaxation, chasser le stress, éliminer la fatigue, se libérer des pensées négatives, prendre du recul par rapport au travail, installer la détente, faciliter la récupération, renforcer la vitalité et la motivation.  

L’objectif était de lutter contre l’épuisement professionnel en éliminant les tensions accumulées et retrouver la notion de plaisir au travail. Avec des retours réguliers à la fin des séances, nous avons pu nous adapter à leurs besoins pour les suivantes. Notre protocole n’était pas figé.  

Êtes-vous satisfaite des résultats du programme ?

Avec ma collègue, nous avons eu le même ressenti, à savoir une satisfaction réelle des membres du personnel. Ces moments constituaient leur bulle, un instant juste à eux, pour se poser et se recharger mentalement. Ils ont exprimé un bien-être et une détente physique.  

1.Répertoire national des certifications professionnelles

Fiche pratique
Pratique recommandée

« Ces ateliers de sophrologie étaient une bulle pour les salariés des Ehpad »

Pratiques conventionnelles à visées de soins, rassemblant des méthodes validées par la Haute Autorité de Santé.

Pratiques validées par la Haute Autorité de Santé (HAS) :
• Délimitées par la HAS
• Professionnalisées
• Pleinement intégrées
• Sans risques

Pourquoi vous êtes-vous engagée dans ce projet ?  

De manière générale, l’intervention auprès des personnes âgées m’intéresse particulièrement, notamment pour les aider à prendre soin de leur moral et maintenir leurs capacités physiques pour agir sur leur bien-être. Ce travail est d’autant plus captivant lorsqu’il est réfléchi et réalisé en équipe. Lorsque l’IFS m’a contactée pour me parler du projet de l’A-MCA et de AAAS, j’ai trouvé vraiment intéressant que les ateliers s’adressent, cette fois-ci, au personnel. D’autant plus que le projet était solidement construit, avec des objectifs visés, un cadre pour la mise en place des ateliers et d’autres professions impliquées. Ce côté « équipe » m’a séduite.  

Comment vous êtes-vous organisée pour monter vos ateliers ?  

Je suis intervenue au sein de deux structures du groupe, à savoir les Ehpad situés à Montmorency et à Gonesse, dans le Val-d’Oise. Nous étions deux sophrologues à alterner les séances d’un mois à l’autre, d’octobre 2021 à juin 2022.  

Pour connaître les besoins des personnels, j’ai interrogé en toute confidentialité les psychologues des deux structures. Elles sont les mieux placées pour nous partager l’état d’esprit des équipes. Cela m’a permis de disposer de bases pour construire le protocole. Nous avons ensuite rencontré les membres du personnel des Ehpad pour nous présenter, leur montrer que nous avions compris leur état d’esprit, leur expliquer ce qu’est la sophrologie, le déroulement d’une séance avec la possibilité pour eux de s’exprimer.  

Les séances se sont déroulées en groupes ouverts, les membres du personnel venant s’ils le pouvaient et s’ils le souhaitaient, sur leur temps de travail ou de pause. Ils étaient en moyenne une dizaine par séance : membres de la direction, assistantes de direction, infirmières, psychologues, auxiliaires de vie, personnel technique. En parallèle, ils pouvaient également assister à des séances de chiropraxie et de diététique.  

Comment se déroulait une séance ?

Au cours des séances d’environ une heure, nous leur avons proposé des exercices à effectuer sur place et des entraînements à réaliser chez eux. L’idée était de fixer des objectifs simples à pouvoir répéter sans trop de contraintes. Toutefois, comme nous avions constaté une fragilité et une fatigabilité des équipes, nous nous sommes adaptées à ce qu’ils pouvaient ou non réaliser.  

Parmi les thématiques abordées : la découverte de la sophrologie avec de la détente et de la relaxation, chasser le stress, éliminer la fatigue, se libérer des pensées négatives, prendre du recul par rapport au travail, installer la détente, faciliter la récupération, renforcer la vitalité et la motivation.  

L’objectif était de lutter contre l’épuisement professionnel en éliminant les tensions accumulées et retrouver la notion de plaisir au travail. Avec des retours réguliers à la fin des séances, nous avons pu nous adapter à leurs besoins pour les suivantes. Notre protocole n’était pas figé.  

Êtes-vous satisfaite des résultats du programme ?

Avec ma collègue, nous avons eu le même ressenti, à savoir une satisfaction réelle des membres du personnel. Ces moments constituaient leur bulle, un instant juste à eux, pour se poser et se recharger mentalement. Ils ont exprimé un bien-être et une détente physique.  

1.Répertoire national des certifications professionnelles

Fiche pratique
Pratique Tolérée

« Ces ateliers de sophrologie étaient une bulle pour les salariés des Ehpad »

Pratiques ne détenant pas de cadre, rarement intégrées et dont la formation n'est pas reconnue.

Pratiques ne détenant pas de cadre et rarement intégrées.
• La formation n'est pas reconnue
• Il existe des risques
• Les dérives sont involontaires

Pourquoi vous êtes-vous engagée dans ce projet ?  

De manière générale, l’intervention auprès des personnes âgées m’intéresse particulièrement, notamment pour les aider à prendre soin de leur moral et maintenir leurs capacités physiques pour agir sur leur bien-être. Ce travail est d’autant plus captivant lorsqu’il est réfléchi et réalisé en équipe. Lorsque l’IFS m’a contactée pour me parler du projet de l’A-MCA et de AAAS, j’ai trouvé vraiment intéressant que les ateliers s’adressent, cette fois-ci, au personnel. D’autant plus que le projet était solidement construit, avec des objectifs visés, un cadre pour la mise en place des ateliers et d’autres professions impliquées. Ce côté « équipe » m’a séduite.  

Comment vous êtes-vous organisée pour monter vos ateliers ?  

Je suis intervenue au sein de deux structures du groupe, à savoir les Ehpad situés à Montmorency et à Gonesse, dans le Val-d’Oise. Nous étions deux sophrologues à alterner les séances d’un mois à l’autre, d’octobre 2021 à juin 2022.  

Pour connaître les besoins des personnels, j’ai interrogé en toute confidentialité les psychologues des deux structures. Elles sont les mieux placées pour nous partager l’état d’esprit des équipes. Cela m’a permis de disposer de bases pour construire le protocole. Nous avons ensuite rencontré les membres du personnel des Ehpad pour nous présenter, leur montrer que nous avions compris leur état d’esprit, leur expliquer ce qu’est la sophrologie, le déroulement d’une séance avec la possibilité pour eux de s’exprimer.  

Les séances se sont déroulées en groupes ouverts, les membres du personnel venant s’ils le pouvaient et s’ils le souhaitaient, sur leur temps de travail ou de pause. Ils étaient en moyenne une dizaine par séance : membres de la direction, assistantes de direction, infirmières, psychologues, auxiliaires de vie, personnel technique. En parallèle, ils pouvaient également assister à des séances de chiropraxie et de diététique.  

Comment se déroulait une séance ?

Au cours des séances d’environ une heure, nous leur avons proposé des exercices à effectuer sur place et des entraînements à réaliser chez eux. L’idée était de fixer des objectifs simples à pouvoir répéter sans trop de contraintes. Toutefois, comme nous avions constaté une fragilité et une fatigabilité des équipes, nous nous sommes adaptées à ce qu’ils pouvaient ou non réaliser.  

Parmi les thématiques abordées : la découverte de la sophrologie avec de la détente et de la relaxation, chasser le stress, éliminer la fatigue, se libérer des pensées négatives, prendre du recul par rapport au travail, installer la détente, faciliter la récupération, renforcer la vitalité et la motivation.  

L’objectif était de lutter contre l’épuisement professionnel en éliminant les tensions accumulées et retrouver la notion de plaisir au travail. Avec des retours réguliers à la fin des séances, nous avons pu nous adapter à leurs besoins pour les suivantes. Notre protocole n’était pas figé.  

Êtes-vous satisfaite des résultats du programme ?

Avec ma collègue, nous avons eu le même ressenti, à savoir une satisfaction réelle des membres du personnel. Ces moments constituaient leur bulle, un instant juste à eux, pour se poser et se recharger mentalement. Ils ont exprimé un bien-être et une détente physique.  

1.Répertoire national des certifications professionnelles

Fiche pratique
Pratique Tolérée

« Ces ateliers de sophrologie étaient une bulle pour les salariés des Ehpad »

Pratiques ne détenant pas de cadre, rarement intégrées et dont la formation n'est pas reconnue.

Pratiques ne détenant pas de cadre et rarement intégrées.
• La formation n'est pas reconnue
• Il existe des risques
• Les dérives sont involontaires

Pourquoi vous êtes-vous engagée dans ce projet ?  

De manière générale, l’intervention auprès des personnes âgées m’intéresse particulièrement, notamment pour les aider à prendre soin de leur moral et maintenir leurs capacités physiques pour agir sur leur bien-être. Ce travail est d’autant plus captivant lorsqu’il est réfléchi et réalisé en équipe. Lorsque l’IFS m’a contactée pour me parler du projet de l’A-MCA et de AAAS, j’ai trouvé vraiment intéressant que les ateliers s’adressent, cette fois-ci, au personnel. D’autant plus que le projet était solidement construit, avec des objectifs visés, un cadre pour la mise en place des ateliers et d’autres professions impliquées. Ce côté « équipe » m’a séduite.  

Comment vous êtes-vous organisée pour monter vos ateliers ?  

Je suis intervenue au sein de deux structures du groupe, à savoir les Ehpad situés à Montmorency et à Gonesse, dans le Val-d’Oise. Nous étions deux sophrologues à alterner les séances d’un mois à l’autre, d’octobre 2021 à juin 2022.  

Pour connaître les besoins des personnels, j’ai interrogé en toute confidentialité les psychologues des deux structures. Elles sont les mieux placées pour nous partager l’état d’esprit des équipes. Cela m’a permis de disposer de bases pour construire le protocole. Nous avons ensuite rencontré les membres du personnel des Ehpad pour nous présenter, leur montrer que nous avions compris leur état d’esprit, leur expliquer ce qu’est la sophrologie, le déroulement d’une séance avec la possibilité pour eux de s’exprimer.  

Les séances se sont déroulées en groupes ouverts, les membres du personnel venant s’ils le pouvaient et s’ils le souhaitaient, sur leur temps de travail ou de pause. Ils étaient en moyenne une dizaine par séance : membres de la direction, assistantes de direction, infirmières, psychologues, auxiliaires de vie, personnel technique. En parallèle, ils pouvaient également assister à des séances de chiropraxie et de diététique.  

Comment se déroulait une séance ?

Au cours des séances d’environ une heure, nous leur avons proposé des exercices à effectuer sur place et des entraînements à réaliser chez eux. L’idée était de fixer des objectifs simples à pouvoir répéter sans trop de contraintes. Toutefois, comme nous avions constaté une fragilité et une fatigabilité des équipes, nous nous sommes adaptées à ce qu’ils pouvaient ou non réaliser.  

Parmi les thématiques abordées : la découverte de la sophrologie avec de la détente et de la relaxation, chasser le stress, éliminer la fatigue, se libérer des pensées négatives, prendre du recul par rapport au travail, installer la détente, faciliter la récupération, renforcer la vitalité et la motivation.  

L’objectif était de lutter contre l’épuisement professionnel en éliminant les tensions accumulées et retrouver la notion de plaisir au travail. Avec des retours réguliers à la fin des séances, nous avons pu nous adapter à leurs besoins pour les suivantes. Notre protocole n’était pas figé.  

Êtes-vous satisfaite des résultats du programme ?

Avec ma collègue, nous avons eu le même ressenti, à savoir une satisfaction réelle des membres du personnel. Ces moments constituaient leur bulle, un instant juste à eux, pour se poser et se recharger mentalement. Ils ont exprimé un bien-être et une détente physique.  

1.Répertoire national des certifications professionnelles

Bientôt, plus d'information sur cette pratique.

« Ces ateliers de sophrologie étaient une bulle pour les salariés des Ehpad »

Sophrologue certifiée RNCP1 et formatrice à l’Institut de formation à la sophrologie (IFS), Yvane PALLARDY a organisé, dans le cadre d’un partenariat entre l’A-MCA et le groupe d’Ehpad de l’Association arménienne d’aide sociale (AAAS), des ateliers de sophrologie à destination des salariés du groupe. Elle partage son retour d’expérience.

Temps de lecture :
Lieu :
Publié le :
25/1/23
Catégorie :
Regards de praticiens

Pourquoi vous êtes-vous engagée dans ce projet ?  

De manière générale, l’intervention auprès des personnes âgées m’intéresse particulièrement, notamment pour les aider à prendre soin de leur moral et maintenir leurs capacités physiques pour agir sur leur bien-être. Ce travail est d’autant plus captivant lorsqu’il est réfléchi et réalisé en équipe. Lorsque l’IFS m’a contactée pour me parler du projet de l’A-MCA et de AAAS, j’ai trouvé vraiment intéressant que les ateliers s’adressent, cette fois-ci, au personnel. D’autant plus que le projet était solidement construit, avec des objectifs visés, un cadre pour la mise en place des ateliers et d’autres professions impliquées. Ce côté « équipe » m’a séduite.  

Comment vous êtes-vous organisée pour monter vos ateliers ?  

Je suis intervenue au sein de deux structures du groupe, à savoir les Ehpad situés à Montmorency et à Gonesse, dans le Val-d’Oise. Nous étions deux sophrologues à alterner les séances d’un mois à l’autre, d’octobre 2021 à juin 2022.  

Pour connaître les besoins des personnels, j’ai interrogé en toute confidentialité les psychologues des deux structures. Elles sont les mieux placées pour nous partager l’état d’esprit des équipes. Cela m’a permis de disposer de bases pour construire le protocole. Nous avons ensuite rencontré les membres du personnel des Ehpad pour nous présenter, leur montrer que nous avions compris leur état d’esprit, leur expliquer ce qu’est la sophrologie, le déroulement d’une séance avec la possibilité pour eux de s’exprimer.  

Les séances se sont déroulées en groupes ouverts, les membres du personnel venant s’ils le pouvaient et s’ils le souhaitaient, sur leur temps de travail ou de pause. Ils étaient en moyenne une dizaine par séance : membres de la direction, assistantes de direction, infirmières, psychologues, auxiliaires de vie, personnel technique. En parallèle, ils pouvaient également assister à des séances de chiropraxie et de diététique.  

Comment se déroulait une séance ?

Au cours des séances d’environ une heure, nous leur avons proposé des exercices à effectuer sur place et des entraînements à réaliser chez eux. L’idée était de fixer des objectifs simples à pouvoir répéter sans trop de contraintes. Toutefois, comme nous avions constaté une fragilité et une fatigabilité des équipes, nous nous sommes adaptées à ce qu’ils pouvaient ou non réaliser.  

Parmi les thématiques abordées : la découverte de la sophrologie avec de la détente et de la relaxation, chasser le stress, éliminer la fatigue, se libérer des pensées négatives, prendre du recul par rapport au travail, installer la détente, faciliter la récupération, renforcer la vitalité et la motivation.  

L’objectif était de lutter contre l’épuisement professionnel en éliminant les tensions accumulées et retrouver la notion de plaisir au travail. Avec des retours réguliers à la fin des séances, nous avons pu nous adapter à leurs besoins pour les suivantes. Notre protocole n’était pas figé.  

Êtes-vous satisfaite des résultats du programme ?

Avec ma collègue, nous avons eu le même ressenti, à savoir une satisfaction réelle des membres du personnel. Ces moments constituaient leur bulle, un instant juste à eux, pour se poser et se recharger mentalement. Ils ont exprimé un bien-être et une détente physique.  

1.Répertoire national des certifications professionnelles

No items found.

Photos

No items found.

Vidéos

Partenaires

No items found.

Medias

No items found.

La bibliothèque de l'A-MCA

No items found.

Pour aller plus loin

Pour aller plus loin