Fiche pratique
Pratique acceptée

L'ostéopathie

MCA ACCEPTÉE

Pratiques détenant un cadre réglementaire ou de formation et qui sont largement intégrées dans les centres de soins. Elles sont généralement proposées par des praticiens dont la formation est reconnue et ne comportent pas de risques ou de dérives.

Pratiques détenant un cadre et qui sont largement intégrées :
• La formation est reconnue
• Il n'y a pas de risques spécifiques
• Il n'y a pas de dérives

DÉFINITION : Qu'est ce que cette pratique ?

L’ostéopathie est une thérapie manuelle basée sur une compréhension approfondie de l’anatomie et de la physiologie, qui s’intéresse à la situation d’un individu dans son environnement. Elle utilise un ensemble de techniques manuelles réalisées dans les limites physiologiques de la mobilité afin de prévenir ou remédier à des troubles fonctionnels qui affectent un ou différents systèmes du corps. L’ostéopathie est à distinguer de la masso-kinésithérapie et de la chiropraxie.

FORMATION : Quels praticiens la dispensent ?

L’usage du titre d’ostéopathe est réservé aux titulaires du diplôme d’ostéopathe (D.O.), délivré par un établissement agréé, aux titulaires d’une autorisation d’exercice de l’ostéopathie délivrée par l’Agence Régionale de Santé du lieu d’exercice et aux médecins, sages-femmes, masseurs- kinésithérapeutes et infirmiers autorisés à exercer (DIU ou DU de médecine manuelle ostéopathie). Il requiert 5 ans de formation initiale ou continue.

RISQUES : Quels sont ses risques et/ou ses dérives ?

Les effets indésirables sont mineurs et transitoires (fatigue, douleurs articulaires ou musculaires, restriction des mouvements, maux de tête...). Il faut consulter son médecin en cas d’apparition, persistance ou aggravation des symptômes. Un risque de complication rare mais grave existe, notamment après des manipulations cervicales.

Les ostéopathes non-médecins sont tenus d’orienter le patient vers un médecin lorsque les symptômes nécessitent un diagnostic ou un traitement médical. Il s’agit d’un soin complémentaire et, en aucun cas, un traitement curatif a fortiori pour les pathologies graves. En cancérologie, les techniques manuelles faisant « craquer » les articulations ne sont pas conseillées sans avis médical.

A SAVOIR !

Les ostéopathes non-médecins ne peuvent effectuer de manipulations gynéco-obstétricales, touchers pelviens et la réalisation de manipulations cervicales, en particulier chez le nourrisson de moins de 6 mois qui nécessitent un diagnostic établi par un médecin attestant de l’absence de contre- indication médicale. Mais attention : La manipulation (technique qui consiste à « faire craquer ») n’est qu’UNE des techniques de l’arsenal thérapeutique en ostéopathie.

Les consultations d’ostéopathie ne sont pas prises en charge par l’assurance maladie mais le sont de plus en plus par les mutuelles.

*liste des établissements agrées consultable sur : https://bit.ly/3v0oFuG

Fiche pratique
Pratique acceptée

L'ostéopathie

MCA ACCEPTÉE

Pratiques conventionnelles à visées de soins, rassemblant des méthodes validées par la Haute Autorité de Santé.

Pratiques validées par la Haute Autorité de Santé (HAS) :
• Délimitées par la HAS
• Professionnalisées
• Pleinement intégrées
• Sans risques

DÉFINITION : Qu'est ce que cette pratique ?

L’ostéopathie est une thérapie manuelle basée sur une compréhension approfondie de l’anatomie et de la physiologie, qui s’intéresse à la situation d’un individu dans son environnement. Elle utilise un ensemble de techniques manuelles réalisées dans les limites physiologiques de la mobilité afin de prévenir ou remédier à des troubles fonctionnels qui affectent un ou différents systèmes du corps. L’ostéopathie est à distinguer de la masso-kinésithérapie et de la chiropraxie.

FORMATION : Quels praticiens la dispensent ?

L’usage du titre d’ostéopathe est réservé aux titulaires du diplôme d’ostéopathe (D.O.), délivré par un établissement agréé, aux titulaires d’une autorisation d’exercice de l’ostéopathie délivrée par l’Agence Régionale de Santé du lieu d’exercice et aux médecins, sages-femmes, masseurs- kinésithérapeutes et infirmiers autorisés à exercer (DIU ou DU de médecine manuelle ostéopathie). Il requiert 5 ans de formation initiale ou continue.

RISQUES : Quels sont ses risques et/ou ses dérives ?

Les effets indésirables sont mineurs et transitoires (fatigue, douleurs articulaires ou musculaires, restriction des mouvements, maux de tête...). Il faut consulter son médecin en cas d’apparition, persistance ou aggravation des symptômes. Un risque de complication rare mais grave existe, notamment après des manipulations cervicales.

Les ostéopathes non-médecins sont tenus d’orienter le patient vers un médecin lorsque les symptômes nécessitent un diagnostic ou un traitement médical. Il s’agit d’un soin complémentaire et, en aucun cas, un traitement curatif a fortiori pour les pathologies graves. En cancérologie, les techniques manuelles faisant « craquer » les articulations ne sont pas conseillées sans avis médical.

A SAVOIR !

Les ostéopathes non-médecins ne peuvent effectuer de manipulations gynéco-obstétricales, touchers pelviens et la réalisation de manipulations cervicales, en particulier chez le nourrisson de moins de 6 mois qui nécessitent un diagnostic établi par un médecin attestant de l’absence de contre- indication médicale. Mais attention : La manipulation (technique qui consiste à « faire craquer ») n’est qu’UNE des techniques de l’arsenal thérapeutique en ostéopathie.

Les consultations d’ostéopathie ne sont pas prises en charge par l’assurance maladie mais le sont de plus en plus par les mutuelles.

*liste des établissements agrées consultable sur : https://bit.ly/3v0oFuG

Fiche pratique
Pratique recommandée

L'ostéopathie

MCA ACCEPTÉE

Pratiques conventionnelles à visées de soins, rassemblant des méthodes validées par la Haute Autorité de Santé.

Pratiques validées par la Haute Autorité de Santé (HAS) :
• Délimitées par la HAS
• Professionnalisées
• Pleinement intégrées
• Sans risques

DÉFINITION : Qu'est ce que cette pratique ?

L’ostéopathie est une thérapie manuelle basée sur une compréhension approfondie de l’anatomie et de la physiologie, qui s’intéresse à la situation d’un individu dans son environnement. Elle utilise un ensemble de techniques manuelles réalisées dans les limites physiologiques de la mobilité afin de prévenir ou remédier à des troubles fonctionnels qui affectent un ou différents systèmes du corps. L’ostéopathie est à distinguer de la masso-kinésithérapie et de la chiropraxie.

FORMATION : Quels praticiens la dispensent ?

L’usage du titre d’ostéopathe est réservé aux titulaires du diplôme d’ostéopathe (D.O.), délivré par un établissement agréé, aux titulaires d’une autorisation d’exercice de l’ostéopathie délivrée par l’Agence Régionale de Santé du lieu d’exercice et aux médecins, sages-femmes, masseurs- kinésithérapeutes et infirmiers autorisés à exercer (DIU ou DU de médecine manuelle ostéopathie). Il requiert 5 ans de formation initiale ou continue.

RISQUES : Quels sont ses risques et/ou ses dérives ?

Les effets indésirables sont mineurs et transitoires (fatigue, douleurs articulaires ou musculaires, restriction des mouvements, maux de tête...). Il faut consulter son médecin en cas d’apparition, persistance ou aggravation des symptômes. Un risque de complication rare mais grave existe, notamment après des manipulations cervicales.

Les ostéopathes non-médecins sont tenus d’orienter le patient vers un médecin lorsque les symptômes nécessitent un diagnostic ou un traitement médical. Il s’agit d’un soin complémentaire et, en aucun cas, un traitement curatif a fortiori pour les pathologies graves. En cancérologie, les techniques manuelles faisant « craquer » les articulations ne sont pas conseillées sans avis médical.

A SAVOIR !

Les ostéopathes non-médecins ne peuvent effectuer de manipulations gynéco-obstétricales, touchers pelviens et la réalisation de manipulations cervicales, en particulier chez le nourrisson de moins de 6 mois qui nécessitent un diagnostic établi par un médecin attestant de l’absence de contre- indication médicale. Mais attention : La manipulation (technique qui consiste à « faire craquer ») n’est qu’UNE des techniques de l’arsenal thérapeutique en ostéopathie.

Les consultations d’ostéopathie ne sont pas prises en charge par l’assurance maladie mais le sont de plus en plus par les mutuelles.

*liste des établissements agrées consultable sur : https://bit.ly/3v0oFuG

Fiche pratique
Pratique Tolérée

L'ostéopathie

MCA ACCEPTÉE

Pratiques ne détenant pas de cadre, qui sont rarement intégrées et dont la formation n'est pas reconnue.

Pratiques ne détenant pas de cadre et qui sont rarement intégrées.
• La formation n'est pas reconnue
• Il n'y a des risques potentiels
• Les dérives sont involontaires

DÉFINITION : Qu'est ce que cette pratique ?

L’ostéopathie est une thérapie manuelle basée sur une compréhension approfondie de l’anatomie et de la physiologie, qui s’intéresse à la situation d’un individu dans son environnement. Elle utilise un ensemble de techniques manuelles réalisées dans les limites physiologiques de la mobilité afin de prévenir ou remédier à des troubles fonctionnels qui affectent un ou différents systèmes du corps. L’ostéopathie est à distinguer de la masso-kinésithérapie et de la chiropraxie.

FORMATION : Quels praticiens la dispensent ?

L’usage du titre d’ostéopathe est réservé aux titulaires du diplôme d’ostéopathe (D.O.), délivré par un établissement agréé, aux titulaires d’une autorisation d’exercice de l’ostéopathie délivrée par l’Agence Régionale de Santé du lieu d’exercice et aux médecins, sages-femmes, masseurs- kinésithérapeutes et infirmiers autorisés à exercer (DIU ou DU de médecine manuelle ostéopathie). Il requiert 5 ans de formation initiale ou continue.

RISQUES : Quels sont ses risques et/ou ses dérives ?

Les effets indésirables sont mineurs et transitoires (fatigue, douleurs articulaires ou musculaires, restriction des mouvements, maux de tête...). Il faut consulter son médecin en cas d’apparition, persistance ou aggravation des symptômes. Un risque de complication rare mais grave existe, notamment après des manipulations cervicales.

Les ostéopathes non-médecins sont tenus d’orienter le patient vers un médecin lorsque les symptômes nécessitent un diagnostic ou un traitement médical. Il s’agit d’un soin complémentaire et, en aucun cas, un traitement curatif a fortiori pour les pathologies graves. En cancérologie, les techniques manuelles faisant « craquer » les articulations ne sont pas conseillées sans avis médical.

A SAVOIR !

Les ostéopathes non-médecins ne peuvent effectuer de manipulations gynéco-obstétricales, touchers pelviens et la réalisation de manipulations cervicales, en particulier chez le nourrisson de moins de 6 mois qui nécessitent un diagnostic établi par un médecin attestant de l’absence de contre- indication médicale. Mais attention : La manipulation (technique qui consiste à « faire craquer ») n’est qu’UNE des techniques de l’arsenal thérapeutique en ostéopathie.

Les consultations d’ostéopathie ne sont pas prises en charge par l’assurance maladie mais le sont de plus en plus par les mutuelles.

*liste des établissements agrées consultable sur : https://bit.ly/3v0oFuG

L'ostéopathie

MCA ACCEPTÉE
MCA ACCEPTÉE
MCA ACCEPTÉE
MCA ACCEPTÉE
Temps de lecture :
Lieu :
5mn
Publié le :
17/10/2022
Catégorie :

DÉFINITION : Qu'est ce que cette pratique ?

L’ostéopathie est une thérapie manuelle basée sur une compréhension approfondie de l’anatomie et de la physiologie, qui s’intéresse à la situation d’un individu dans son environnement. Elle utilise un ensemble de techniques manuelles réalisées dans les limites physiologiques de la mobilité afin de prévenir ou remédier à des troubles fonctionnels qui affectent un ou différents systèmes du corps. L’ostéopathie est à distinguer de la masso-kinésithérapie et de la chiropraxie.

FORMATION : Quels praticiens la dispensent ?

L’usage du titre d’ostéopathe est réservé aux titulaires du diplôme d’ostéopathe (D.O.), délivré par un établissement agréé, aux titulaires d’une autorisation d’exercice de l’ostéopathie délivrée par l’Agence Régionale de Santé du lieu d’exercice et aux médecins, sages-femmes, masseurs- kinésithérapeutes et infirmiers autorisés à exercer (DIU ou DU de médecine manuelle ostéopathie). Il requiert 5 ans de formation initiale ou continue.

RISQUES : Quels sont ses risques et/ou ses dérives ?

Les effets indésirables sont mineurs et transitoires (fatigue, douleurs articulaires ou musculaires, restriction des mouvements, maux de tête...). Il faut consulter son médecin en cas d’apparition, persistance ou aggravation des symptômes. Un risque de complication rare mais grave existe, notamment après des manipulations cervicales.

Les ostéopathes non-médecins sont tenus d’orienter le patient vers un médecin lorsque les symptômes nécessitent un diagnostic ou un traitement médical. Il s’agit d’un soin complémentaire et, en aucun cas, un traitement curatif a fortiori pour les pathologies graves. En cancérologie, les techniques manuelles faisant « craquer » les articulations ne sont pas conseillées sans avis médical.

A SAVOIR !

Les ostéopathes non-médecins ne peuvent effectuer de manipulations gynéco-obstétricales, touchers pelviens et la réalisation de manipulations cervicales, en particulier chez le nourrisson de moins de 6 mois qui nécessitent un diagnostic établi par un médecin attestant de l’absence de contre- indication médicale. Mais attention : La manipulation (technique qui consiste à « faire craquer ») n’est qu’UNE des techniques de l’arsenal thérapeutique en ostéopathie.

Les consultations d’ostéopathie ne sont pas prises en charge par l’assurance maladie mais le sont de plus en plus par les mutuelles.

*liste des établissements agrées consultable sur : https://bit.ly/3v0oFuG

No items found.

Photo

No items found.

Vidéo

Partenaire

No items found.

Media

No items found.

LA bibliothèque de l'a-mca

No items found.

Pour aller plus loin