Fiche pratique
Pratique acceptée

Rapport 2021 : les fondements de l'activité de l'A-MCA

Pratiques détenant un cadre réglementaire ou de formation et qui sont largement intégrées dans les centres de soins. Elles sont généralement proposées par des praticiens dont la formation est reconnue et ne comportent pas de risques ou de dérives.

Pratiques détenant un cadre et qui sont largement intégrées :
• La formation est reconnue
• Il n'y a pas de risques spécifiques
• Il n'y a pas de dérives

Répondre à un besoin sociétal

Ce travail assoit les fondements de l’A-MCA, qui se fixe pour finalité de garantir la sécurité des personnes ayant recours à ces pratiques et de les rendre lisibles d’autant plus que les patients et les citoyens, en recherche de mieux-être, de compléments voire d’alternatives à la médecine curative allopathique, sont de plus en plus nombreux à y avoir recours. Or, en matière de MCA, la France reste dans une zone grise. Elle propose un système tolérant c’est-à-dire centré sur la médecine occidentale tout en acceptant certaines médecines non conventionnelles. Ainsi, si certaines MCA sont réglementées (acupuncture, chiropraxie, ostéopathie) et certaines formations reconnues par le ministère du Travail et inscrites au Répertoire national des certifications professionnelles (RNCP) comme l’art-thérapie, l’hypnose ou encore la sophrologie, nombreuses sont celles qui ne sont pas encadrées d’un point de vue réglementaire et universitaire. Cette situation donne lieu à des pratiques hétérogènes - certains praticiens n’ayant pas les compétences requises pour exercer, et peut aussi conduire à des dérives thérapeutiques.

Apporter des repères

L’enjeu de ce rapport de l’A-MCA est donc d’apporter des premiers repères structurants aux citoyens, aux professionnels et aux institutions, et de guider vers des pratiques sûres, scientifiquement validées, tout en mettant en garde contre les pratiques obscures. C’est d’ailleurs tout l’enjeu de l’existence même de l’A-MCA, qui prévoit, au fil des ans et de ses travaux, d’apporter un éclairage toujours plus précis sur l’ensemble de ces questionnements.  

Ce rapport élaboré par des professeurs en psychologie, en psychopathologie, représentants des usagers, députés, chercheurs et épidémiologistes, spécialistes en santé publique, médecins oncologues, neurologues, spécialistes de la douleur, etc. donne d’ailleurs lieu à une vingtaine de recommandations autour de la définition du concept pour sa meilleure compréhension, l’évaluation des pratiques, la formation des praticiens, l’intégration ou l’exclusion des MCA et les modes d’actions pour lutter contre les risques et dérives thérapeutiques.  

Il a été publié sous forme d’ouvrage aux Editons Fauves et a fait l’objet d’une synthèse grand public afin de permettre la diffusion d’informations auprès des citoyens.

Fiche pratique
Pratique acceptée

Rapport 2021 : les fondements de l'activité de l'A-MCA

Pratiques conventionnelles à visées de soins, rassemblant des méthodes validées par la Haute Autorité de Santé.

Pratiques validées par la Haute Autorité de Santé (HAS) :
• Délimitées par la HAS
• Professionnalisées
• Pleinement intégrées
• Sans risques

Répondre à un besoin sociétal

Ce travail assoit les fondements de l’A-MCA, qui se fixe pour finalité de garantir la sécurité des personnes ayant recours à ces pratiques et de les rendre lisibles d’autant plus que les patients et les citoyens, en recherche de mieux-être, de compléments voire d’alternatives à la médecine curative allopathique, sont de plus en plus nombreux à y avoir recours. Or, en matière de MCA, la France reste dans une zone grise. Elle propose un système tolérant c’est-à-dire centré sur la médecine occidentale tout en acceptant certaines médecines non conventionnelles. Ainsi, si certaines MCA sont réglementées (acupuncture, chiropraxie, ostéopathie) et certaines formations reconnues par le ministère du Travail et inscrites au Répertoire national des certifications professionnelles (RNCP) comme l’art-thérapie, l’hypnose ou encore la sophrologie, nombreuses sont celles qui ne sont pas encadrées d’un point de vue réglementaire et universitaire. Cette situation donne lieu à des pratiques hétérogènes - certains praticiens n’ayant pas les compétences requises pour exercer, et peut aussi conduire à des dérives thérapeutiques.

Apporter des repères

L’enjeu de ce rapport de l’A-MCA est donc d’apporter des premiers repères structurants aux citoyens, aux professionnels et aux institutions, et de guider vers des pratiques sûres, scientifiquement validées, tout en mettant en garde contre les pratiques obscures. C’est d’ailleurs tout l’enjeu de l’existence même de l’A-MCA, qui prévoit, au fil des ans et de ses travaux, d’apporter un éclairage toujours plus précis sur l’ensemble de ces questionnements.  

Ce rapport élaboré par des professeurs en psychologie, en psychopathologie, représentants des usagers, députés, chercheurs et épidémiologistes, spécialistes en santé publique, médecins oncologues, neurologues, spécialistes de la douleur, etc. donne d’ailleurs lieu à une vingtaine de recommandations autour de la définition du concept pour sa meilleure compréhension, l’évaluation des pratiques, la formation des praticiens, l’intégration ou l’exclusion des MCA et les modes d’actions pour lutter contre les risques et dérives thérapeutiques.  

Il a été publié sous forme d’ouvrage aux Editons Fauves et a fait l’objet d’une synthèse grand public afin de permettre la diffusion d’informations auprès des citoyens.

Fiche pratique
Pratique recommandée

Rapport 2021 : les fondements de l'activité de l'A-MCA

Pratiques conventionnelles à visées de soins, rassemblant des méthodes validées par la Haute Autorité de Santé.

Pratiques validées par la Haute Autorité de Santé (HAS) :
• Délimitées par la HAS
• Professionnalisées
• Pleinement intégrées
• Sans risques

Répondre à un besoin sociétal

Ce travail assoit les fondements de l’A-MCA, qui se fixe pour finalité de garantir la sécurité des personnes ayant recours à ces pratiques et de les rendre lisibles d’autant plus que les patients et les citoyens, en recherche de mieux-être, de compléments voire d’alternatives à la médecine curative allopathique, sont de plus en plus nombreux à y avoir recours. Or, en matière de MCA, la France reste dans une zone grise. Elle propose un système tolérant c’est-à-dire centré sur la médecine occidentale tout en acceptant certaines médecines non conventionnelles. Ainsi, si certaines MCA sont réglementées (acupuncture, chiropraxie, ostéopathie) et certaines formations reconnues par le ministère du Travail et inscrites au Répertoire national des certifications professionnelles (RNCP) comme l’art-thérapie, l’hypnose ou encore la sophrologie, nombreuses sont celles qui ne sont pas encadrées d’un point de vue réglementaire et universitaire. Cette situation donne lieu à des pratiques hétérogènes - certains praticiens n’ayant pas les compétences requises pour exercer, et peut aussi conduire à des dérives thérapeutiques.

Apporter des repères

L’enjeu de ce rapport de l’A-MCA est donc d’apporter des premiers repères structurants aux citoyens, aux professionnels et aux institutions, et de guider vers des pratiques sûres, scientifiquement validées, tout en mettant en garde contre les pratiques obscures. C’est d’ailleurs tout l’enjeu de l’existence même de l’A-MCA, qui prévoit, au fil des ans et de ses travaux, d’apporter un éclairage toujours plus précis sur l’ensemble de ces questionnements.  

Ce rapport élaboré par des professeurs en psychologie, en psychopathologie, représentants des usagers, députés, chercheurs et épidémiologistes, spécialistes en santé publique, médecins oncologues, neurologues, spécialistes de la douleur, etc. donne d’ailleurs lieu à une vingtaine de recommandations autour de la définition du concept pour sa meilleure compréhension, l’évaluation des pratiques, la formation des praticiens, l’intégration ou l’exclusion des MCA et les modes d’actions pour lutter contre les risques et dérives thérapeutiques.  

Il a été publié sous forme d’ouvrage aux Editons Fauves et a fait l’objet d’une synthèse grand public afin de permettre la diffusion d’informations auprès des citoyens.

Fiche pratique
Pratique Tolérée

Rapport 2021 : les fondements de l'activité de l'A-MCA

Pratiques ne détenant pas de cadre, qui sont rarement intégrées et dont la formation n'est pas reconnue.

Pratiques ne détenant pas de cadre et qui sont rarement intégrées.
• La formation n'est pas reconnue
• Il n'y a des risques potentiels
• Les dérives sont involontaires

Répondre à un besoin sociétal

Ce travail assoit les fondements de l’A-MCA, qui se fixe pour finalité de garantir la sécurité des personnes ayant recours à ces pratiques et de les rendre lisibles d’autant plus que les patients et les citoyens, en recherche de mieux-être, de compléments voire d’alternatives à la médecine curative allopathique, sont de plus en plus nombreux à y avoir recours. Or, en matière de MCA, la France reste dans une zone grise. Elle propose un système tolérant c’est-à-dire centré sur la médecine occidentale tout en acceptant certaines médecines non conventionnelles. Ainsi, si certaines MCA sont réglementées (acupuncture, chiropraxie, ostéopathie) et certaines formations reconnues par le ministère du Travail et inscrites au Répertoire national des certifications professionnelles (RNCP) comme l’art-thérapie, l’hypnose ou encore la sophrologie, nombreuses sont celles qui ne sont pas encadrées d’un point de vue réglementaire et universitaire. Cette situation donne lieu à des pratiques hétérogènes - certains praticiens n’ayant pas les compétences requises pour exercer, et peut aussi conduire à des dérives thérapeutiques.

Apporter des repères

L’enjeu de ce rapport de l’A-MCA est donc d’apporter des premiers repères structurants aux citoyens, aux professionnels et aux institutions, et de guider vers des pratiques sûres, scientifiquement validées, tout en mettant en garde contre les pratiques obscures. C’est d’ailleurs tout l’enjeu de l’existence même de l’A-MCA, qui prévoit, au fil des ans et de ses travaux, d’apporter un éclairage toujours plus précis sur l’ensemble de ces questionnements.  

Ce rapport élaboré par des professeurs en psychologie, en psychopathologie, représentants des usagers, députés, chercheurs et épidémiologistes, spécialistes en santé publique, médecins oncologues, neurologues, spécialistes de la douleur, etc. donne d’ailleurs lieu à une vingtaine de recommandations autour de la définition du concept pour sa meilleure compréhension, l’évaluation des pratiques, la formation des praticiens, l’intégration ou l’exclusion des MCA et les modes d’actions pour lutter contre les risques et dérives thérapeutiques.  

Il a été publié sous forme d’ouvrage aux Editons Fauves et a fait l’objet d’une synthèse grand public afin de permettre la diffusion d’informations auprès des citoyens.

Rapport 2021 : les fondements de l'activité de l'A-MCA

Le 8 avril 2021, l’A-MCA a remis la synthèse de son rapport Asseoir les pratiques complémentaires adaptées et lutter contre les méthodes alternatives, au secrétaire d’Etat en charge des Retraites et de la santé au travail, Laurent PIETRASZEWSKI. Ce travail, qui pose les fondements de l’Agence, dresse un état des lieux sur la nécessaire structuration des médecines complémentaires et alternatives et propose des premiers éléments de réponses.

Temps de lecture :
Lieu :
Publié le :
8/4/2022
Catégorie :
Publications grand public

Dans son rapport 2021, Asseoir les pratiques complémentaires adaptées et lutter contre les méthodes alternatives, l’A-MCA structure son champ d’intervention en proposant à la fois une définition du concept de MCA et sa méthode pour l’évaluation des pratiques. Son objectif est de rassembler autour de valeurs communes, les praticiens formés, de préconiser des critères d’intégration des MCA en établissements de santé et d’identifier et définir les risques et dérives thérapeutiques de ces médecines.

Répondre à un besoin sociétal

Ce travail assoit les fondements de l’A-MCA, qui se fixe pour finalité de garantir la sécurité des personnes ayant recours à ces pratiques et de les rendre lisibles d’autant plus que les patients et les citoyens, en recherche de mieux-être, de compléments voire d’alternatives à la médecine curative allopathique, sont de plus en plus nombreux à y avoir recours. Or, en matière de MCA, la France reste dans une zone grise. Elle propose un système tolérant c’est-à-dire centré sur la médecine occidentale tout en acceptant certaines médecines non conventionnelles. Ainsi, si certaines MCA sont réglementées (acupuncture, chiropraxie, ostéopathie) et certaines formations reconnues par le ministère du Travail et inscrites au Répertoire national des certifications professionnelles (RNCP) comme l’art-thérapie, l’hypnose ou encore la sophrologie, nombreuses sont celles qui ne sont pas encadrées d’un point de vue réglementaire et universitaire. Cette situation donne lieu à des pratiques hétérogènes - certains praticiens n’ayant pas les compétences requises pour exercer, et peut aussi conduire à des dérives thérapeutiques.

Apporter des repères

L’enjeu de ce rapport de l’A-MCA est donc d’apporter des premiers repères structurants aux citoyens, aux professionnels et aux institutions, et de guider vers des pratiques sûres, scientifiquement validées, tout en mettant en garde contre les pratiques obscures. C’est d’ailleurs tout l’enjeu de l’existence même de l’A-MCA, qui prévoit, au fil des ans et de ses travaux, d’apporter un éclairage toujours plus précis sur l’ensemble de ces questionnements.  

Ce rapport élaboré par des professeurs en psychologie, en psychopathologie, représentants des usagers, députés, chercheurs et épidémiologistes, spécialistes en santé publique, médecins oncologues, neurologues, spécialistes de la douleur, etc. donne d’ailleurs lieu à une vingtaine de recommandations autour de la définition du concept pour sa meilleure compréhension, l’évaluation des pratiques, la formation des praticiens, l’intégration ou l’exclusion des MCA et les modes d’actions pour lutter contre les risques et dérives thérapeutiques.  

Il a été publié sous forme d’ouvrage aux Editons Fauves et a fait l’objet d’une synthèse grand public afin de permettre la diffusion d’informations auprès des citoyens.

No items found.

Photo

No items found.

Vidéo

Partenaire

No items found.

Media

LA bibliothèque de l'a-mca

Pour aller plus loin