Accueil
S'informer sur les MCA
Articles à thématique
Alimentation plaisir et diététique santé : quelle articulation ?
Accueil
S'informer sur les MCA
Interviews d'experts
Alimentation plaisir et diététique santé : quelle articulation ?
Accueil
Nos activités
Activités de l'A-MCA
Alimentation plaisir et diététique santé : quelle articulation ?
Accueil
Nos activités
Activités du RC-MCA
Alimentation plaisir et diététique santé : quelle articulation ?
Accueil
S'informer sur les MCA
Fiches pratiques
Alimentation plaisir et diététique santé : quelle articulation ?
Fiche pratique
Pratique acceptée

Alimentation plaisir et diététique santé : quelle articulation ?

Pratiques détenant un cadre réglementaire ou de formation, largement intégrées dans les centres de soins. Elles sont généralement proposées par des praticiens dont la formation est reconnue et ne comporte pas de risques ou de dérives.

Pratiques détenant un cadre et largement intégrées :
• La formation est reconnue
• Il n'y a pas de risques spécifiques
• Il n'y a pas de dérives

Détenir des connaissances de base

Bien entendu, qui dit besoins nutritionnels, dit normes et valeurs caloriques à respecter en fonction de l’état de santé de chacun, afin de couvrir les besoins. Les repères dépendent du poids, de la masse musculaire, de l’Indice de masse corporelle (IMC) ou encore des habitudes de vie de la personne, notamment si elle a une activité physique. « Il est aussi possible de se baser sur les résultats d’une prise de sang pour détecter d’éventuelles carences », fait savoir Astrid ELMAALOUF. Et de poursuivre :

« Tout le monde à ses propres croyances sur ce qu’il faut manger. C’est pourquoi il me semble important que chacun détienne des bases en diététique, afin de s’assurer de la bonne voie à suivre. » Cela concerne chaque catégorie d’âge. Par exemple, si une personne ne mange pas de viande rouge, il faut qu’elle sache comment la remplacer pour ne pas avoir de carences. De même qu’il peut être intéressant pour une personne fatiguée de recevoir des conseils pour adopter une alimentation « vitaminée ». « En aucun cas, il ne faut tomber dans l’obsession, car cela peut impacter la notion de plaisir, prévient la diététicienne. Détenir des règles diététiques est une bonne chose, mais il ne faut pas pour autant sortir la calculette pour compter les calories à chaque repas. » C’est d’autant plus important par rapport au bien-être moral et physique. Aucun aliment n’est interdit sauf en cas de maladie spécifique.

Adapter l’alimentation à la pathologie

Dès lors qu’une personne présente une pathologie, il peut être nécessaire de mettre en place des adaptations au niveau de son alimentation, afin de combler d’éventuelles défaillances du corps. « En gériatrie, par exemple, nous adaptons l’alimentation, car avec l’âge, les personnes âgées mangent souvent moins et se dénutrissent », rapporte Astrid ELMAALOUF. Il s’agit pourtant d’une période de la vie où, au contraire, il faudrait davantage s’alimenter, car la personne âgée assimile moins bien et perd de la masse musculaire. Une fragilité peut alors s’installer. « Nous allons donc travailler la stimulation, la personnalisation et l’adaptation de l’alimentation entre autres, pour qu’elle mange davantage, indique-t-elle. À ce stade, la priorité reste la couverture des besoins nutritionnels, même si l’équilibre alimentaire n’est pas forcément respecté. »

Fiche pratique
Pratique acceptée

Alimentation plaisir et diététique santé : quelle articulation ?

Pratiques conventionnelles à visées de soins, rassemblant des méthodes validées par la Haute Autorité de Santé.

Pratiques validées par la Haute Autorité de Santé (HAS) :
• Délimitées par la HAS
• Professionnalisées
• Pleinement intégrées
• Sans risques

Détenir des connaissances de base

Bien entendu, qui dit besoins nutritionnels, dit normes et valeurs caloriques à respecter en fonction de l’état de santé de chacun, afin de couvrir les besoins. Les repères dépendent du poids, de la masse musculaire, de l’Indice de masse corporelle (IMC) ou encore des habitudes de vie de la personne, notamment si elle a une activité physique. « Il est aussi possible de se baser sur les résultats d’une prise de sang pour détecter d’éventuelles carences », fait savoir Astrid ELMAALOUF. Et de poursuivre :

« Tout le monde à ses propres croyances sur ce qu’il faut manger. C’est pourquoi il me semble important que chacun détienne des bases en diététique, afin de s’assurer de la bonne voie à suivre. » Cela concerne chaque catégorie d’âge. Par exemple, si une personne ne mange pas de viande rouge, il faut qu’elle sache comment la remplacer pour ne pas avoir de carences. De même qu’il peut être intéressant pour une personne fatiguée de recevoir des conseils pour adopter une alimentation « vitaminée ». « En aucun cas, il ne faut tomber dans l’obsession, car cela peut impacter la notion de plaisir, prévient la diététicienne. Détenir des règles diététiques est une bonne chose, mais il ne faut pas pour autant sortir la calculette pour compter les calories à chaque repas. » C’est d’autant plus important par rapport au bien-être moral et physique. Aucun aliment n’est interdit sauf en cas de maladie spécifique.

Adapter l’alimentation à la pathologie

Dès lors qu’une personne présente une pathologie, il peut être nécessaire de mettre en place des adaptations au niveau de son alimentation, afin de combler d’éventuelles défaillances du corps. « En gériatrie, par exemple, nous adaptons l’alimentation, car avec l’âge, les personnes âgées mangent souvent moins et se dénutrissent », rapporte Astrid ELMAALOUF. Il s’agit pourtant d’une période de la vie où, au contraire, il faudrait davantage s’alimenter, car la personne âgée assimile moins bien et perd de la masse musculaire. Une fragilité peut alors s’installer. « Nous allons donc travailler la stimulation, la personnalisation et l’adaptation de l’alimentation entre autres, pour qu’elle mange davantage, indique-t-elle. À ce stade, la priorité reste la couverture des besoins nutritionnels, même si l’équilibre alimentaire n’est pas forcément respecté. »

Fiche pratique
Pratique recommandée

Alimentation plaisir et diététique santé : quelle articulation ?

Pratiques conventionnelles à visées de soins, rassemblant des méthodes validées par la Haute Autorité de Santé.

Pratiques validées par la Haute Autorité de Santé (HAS) :
• Délimitées par la HAS
• Professionnalisées
• Pleinement intégrées
• Sans risques

Détenir des connaissances de base

Bien entendu, qui dit besoins nutritionnels, dit normes et valeurs caloriques à respecter en fonction de l’état de santé de chacun, afin de couvrir les besoins. Les repères dépendent du poids, de la masse musculaire, de l’Indice de masse corporelle (IMC) ou encore des habitudes de vie de la personne, notamment si elle a une activité physique. « Il est aussi possible de se baser sur les résultats d’une prise de sang pour détecter d’éventuelles carences », fait savoir Astrid ELMAALOUF. Et de poursuivre :

« Tout le monde à ses propres croyances sur ce qu’il faut manger. C’est pourquoi il me semble important que chacun détienne des bases en diététique, afin de s’assurer de la bonne voie à suivre. » Cela concerne chaque catégorie d’âge. Par exemple, si une personne ne mange pas de viande rouge, il faut qu’elle sache comment la remplacer pour ne pas avoir de carences. De même qu’il peut être intéressant pour une personne fatiguée de recevoir des conseils pour adopter une alimentation « vitaminée ». « En aucun cas, il ne faut tomber dans l’obsession, car cela peut impacter la notion de plaisir, prévient la diététicienne. Détenir des règles diététiques est une bonne chose, mais il ne faut pas pour autant sortir la calculette pour compter les calories à chaque repas. » C’est d’autant plus important par rapport au bien-être moral et physique. Aucun aliment n’est interdit sauf en cas de maladie spécifique.

Adapter l’alimentation à la pathologie

Dès lors qu’une personne présente une pathologie, il peut être nécessaire de mettre en place des adaptations au niveau de son alimentation, afin de combler d’éventuelles défaillances du corps. « En gériatrie, par exemple, nous adaptons l’alimentation, car avec l’âge, les personnes âgées mangent souvent moins et se dénutrissent », rapporte Astrid ELMAALOUF. Il s’agit pourtant d’une période de la vie où, au contraire, il faudrait davantage s’alimenter, car la personne âgée assimile moins bien et perd de la masse musculaire. Une fragilité peut alors s’installer. « Nous allons donc travailler la stimulation, la personnalisation et l’adaptation de l’alimentation entre autres, pour qu’elle mange davantage, indique-t-elle. À ce stade, la priorité reste la couverture des besoins nutritionnels, même si l’équilibre alimentaire n’est pas forcément respecté. »

Fiche pratique
Pratique Tolérée

Alimentation plaisir et diététique santé : quelle articulation ?

Pratiques ne détenant pas de cadre, rarement intégrées et dont la formation n'est pas reconnue.

Pratiques ne détenant pas de cadre et rarement intégrées.
• La formation n'est pas reconnue
• Il existe des risques
• Les dérives sont involontaires

Détenir des connaissances de base

Bien entendu, qui dit besoins nutritionnels, dit normes et valeurs caloriques à respecter en fonction de l’état de santé de chacun, afin de couvrir les besoins. Les repères dépendent du poids, de la masse musculaire, de l’Indice de masse corporelle (IMC) ou encore des habitudes de vie de la personne, notamment si elle a une activité physique. « Il est aussi possible de se baser sur les résultats d’une prise de sang pour détecter d’éventuelles carences », fait savoir Astrid ELMAALOUF. Et de poursuivre :

« Tout le monde à ses propres croyances sur ce qu’il faut manger. C’est pourquoi il me semble important que chacun détienne des bases en diététique, afin de s’assurer de la bonne voie à suivre. » Cela concerne chaque catégorie d’âge. Par exemple, si une personne ne mange pas de viande rouge, il faut qu’elle sache comment la remplacer pour ne pas avoir de carences. De même qu’il peut être intéressant pour une personne fatiguée de recevoir des conseils pour adopter une alimentation « vitaminée ». « En aucun cas, il ne faut tomber dans l’obsession, car cela peut impacter la notion de plaisir, prévient la diététicienne. Détenir des règles diététiques est une bonne chose, mais il ne faut pas pour autant sortir la calculette pour compter les calories à chaque repas. » C’est d’autant plus important par rapport au bien-être moral et physique. Aucun aliment n’est interdit sauf en cas de maladie spécifique.

Adapter l’alimentation à la pathologie

Dès lors qu’une personne présente une pathologie, il peut être nécessaire de mettre en place des adaptations au niveau de son alimentation, afin de combler d’éventuelles défaillances du corps. « En gériatrie, par exemple, nous adaptons l’alimentation, car avec l’âge, les personnes âgées mangent souvent moins et se dénutrissent », rapporte Astrid ELMAALOUF. Il s’agit pourtant d’une période de la vie où, au contraire, il faudrait davantage s’alimenter, car la personne âgée assimile moins bien et perd de la masse musculaire. Une fragilité peut alors s’installer. « Nous allons donc travailler la stimulation, la personnalisation et l’adaptation de l’alimentation entre autres, pour qu’elle mange davantage, indique-t-elle. À ce stade, la priorité reste la couverture des besoins nutritionnels, même si l’équilibre alimentaire n’est pas forcément respecté. »

Fiche pratique
Pratique Tolérée

Alimentation plaisir et diététique santé : quelle articulation ?

Pratiques ne détenant pas de cadre, rarement intégrées et dont la formation n'est pas reconnue.

Pratiques ne détenant pas de cadre et rarement intégrées.
• La formation n'est pas reconnue
• Il existe des risques
• Les dérives sont involontaires

Détenir des connaissances de base

Bien entendu, qui dit besoins nutritionnels, dit normes et valeurs caloriques à respecter en fonction de l’état de santé de chacun, afin de couvrir les besoins. Les repères dépendent du poids, de la masse musculaire, de l’Indice de masse corporelle (IMC) ou encore des habitudes de vie de la personne, notamment si elle a une activité physique. « Il est aussi possible de se baser sur les résultats d’une prise de sang pour détecter d’éventuelles carences », fait savoir Astrid ELMAALOUF. Et de poursuivre :

« Tout le monde à ses propres croyances sur ce qu’il faut manger. C’est pourquoi il me semble important que chacun détienne des bases en diététique, afin de s’assurer de la bonne voie à suivre. » Cela concerne chaque catégorie d’âge. Par exemple, si une personne ne mange pas de viande rouge, il faut qu’elle sache comment la remplacer pour ne pas avoir de carences. De même qu’il peut être intéressant pour une personne fatiguée de recevoir des conseils pour adopter une alimentation « vitaminée ». « En aucun cas, il ne faut tomber dans l’obsession, car cela peut impacter la notion de plaisir, prévient la diététicienne. Détenir des règles diététiques est une bonne chose, mais il ne faut pas pour autant sortir la calculette pour compter les calories à chaque repas. » C’est d’autant plus important par rapport au bien-être moral et physique. Aucun aliment n’est interdit sauf en cas de maladie spécifique.

Adapter l’alimentation à la pathologie

Dès lors qu’une personne présente une pathologie, il peut être nécessaire de mettre en place des adaptations au niveau de son alimentation, afin de combler d’éventuelles défaillances du corps. « En gériatrie, par exemple, nous adaptons l’alimentation, car avec l’âge, les personnes âgées mangent souvent moins et se dénutrissent », rapporte Astrid ELMAALOUF. Il s’agit pourtant d’une période de la vie où, au contraire, il faudrait davantage s’alimenter, car la personne âgée assimile moins bien et perd de la masse musculaire. Une fragilité peut alors s’installer. « Nous allons donc travailler la stimulation, la personnalisation et l’adaptation de l’alimentation entre autres, pour qu’elle mange davantage, indique-t-elle. À ce stade, la priorité reste la couverture des besoins nutritionnels, même si l’équilibre alimentaire n’est pas forcément respecté. »

Bientôt, plus d'information sur cette pratique.

Alimentation plaisir et diététique santé : quelle articulation ?

En diététique, il y a des règles à respecter pour permettre à chacun de couvrir ses besoins nutritionnels. Mais pour autant, cela n’empêche pas de se faire plaisir en mangeant, bien au contraire.

Temps de lecture :
Lieu :
5min
Publié le :
29/10/21
Catégorie :
Prévention, santé et modes de vie

« Il est important de suivre des règles hygiéno-diététiques afin d’avoir une alimentation équilibrée sur la durée, indique Astrid ELMAALOUF, diététicienne en gériatrie, en milieu hospitalier. Cet équilibre se met en place, non pas sur une journée, mais plutôt sur une semaine, voire sur le mois. Il faut juste savoir réguler et ajuster au fil des jours. » Cette alimentation équilibrée se compose notamment de fruits, de légumes, de protéines ou encore de produits laitiers. « L’objectif reste malgré tout de se faire plaisir, et ce, même d’un point de vue visuel, car cela peut contribuer à une meilleure assimilation des aliments par le corps », ajoute-t-elle. Il est également important d’écouter son ressenti et ses envies, qui peuvent parfois être une manifestation d’un besoin du corps.

Détenir des connaissances de base

Bien entendu, qui dit besoins nutritionnels, dit normes et valeurs caloriques à respecter en fonction de l’état de santé de chacun, afin de couvrir les besoins. Les repères dépendent du poids, de la masse musculaire, de l’Indice de masse corporelle (IMC) ou encore des habitudes de vie de la personne, notamment si elle a une activité physique. « Il est aussi possible de se baser sur les résultats d’une prise de sang pour détecter d’éventuelles carences », fait savoir Astrid ELMAALOUF. Et de poursuivre :

« Tout le monde à ses propres croyances sur ce qu’il faut manger. C’est pourquoi il me semble important que chacun détienne des bases en diététique, afin de s’assurer de la bonne voie à suivre. » Cela concerne chaque catégorie d’âge. Par exemple, si une personne ne mange pas de viande rouge, il faut qu’elle sache comment la remplacer pour ne pas avoir de carences. De même qu’il peut être intéressant pour une personne fatiguée de recevoir des conseils pour adopter une alimentation « vitaminée ». « En aucun cas, il ne faut tomber dans l’obsession, car cela peut impacter la notion de plaisir, prévient la diététicienne. Détenir des règles diététiques est une bonne chose, mais il ne faut pas pour autant sortir la calculette pour compter les calories à chaque repas. » C’est d’autant plus important par rapport au bien-être moral et physique. Aucun aliment n’est interdit sauf en cas de maladie spécifique.

Adapter l’alimentation à la pathologie

Dès lors qu’une personne présente une pathologie, il peut être nécessaire de mettre en place des adaptations au niveau de son alimentation, afin de combler d’éventuelles défaillances du corps. « En gériatrie, par exemple, nous adaptons l’alimentation, car avec l’âge, les personnes âgées mangent souvent moins et se dénutrissent », rapporte Astrid ELMAALOUF. Il s’agit pourtant d’une période de la vie où, au contraire, il faudrait davantage s’alimenter, car la personne âgée assimile moins bien et perd de la masse musculaire. Une fragilité peut alors s’installer. « Nous allons donc travailler la stimulation, la personnalisation et l’adaptation de l’alimentation entre autres, pour qu’elle mange davantage, indique-t-elle. À ce stade, la priorité reste la couverture des besoins nutritionnels, même si l’équilibre alimentaire n’est pas forcément respecté. »

No items found.

Photos

No items found.

Vidéos

Partenaires

No items found.

Medias

No items found.

La bibliothèque de l'A-MCA

No items found.

Pour aller plus loin

Pour aller plus loin