Accueil
S'informer sur les MCA
Articles à thématique
Bien-être des salariés : le rôle clef des MCA
Accueil
S'informer sur les MCA
Interviews d'experts
Bien-être des salariés : le rôle clef des MCA
Accueil
Nos activités
Activités de l'A-MCA
Bien-être des salariés : le rôle clef des MCA
Accueil
Nos activités
Activités du RC-MCA
Bien-être des salariés : le rôle clef des MCA
Accueil
S'informer sur les MCA
Fiches pratiques
Bien-être des salariés : le rôle clef des MCA
Fiche pratique
Pratique acceptée

Bien-être des salariés : le rôle clef des MCA

Pratiques détenant un cadre réglementaire ou de formation, largement intégrées dans les centres de soins. Elles sont généralement proposées par des praticiens dont la formation est reconnue et ne comporte pas de risques ou de dérives.

Pratiques détenant un cadre et largement intégrées :
• La formation est reconnue
• Il n'y a pas de risques spécifiques
• Il n'y a pas de dérives

La prise en compte des entreprises

« Depuis environ cinq ans, les remises en question ont commencé sur la QVT », fait savoir Élisabeth BRETON, relaxologue-réflexologue et directrice d’un centre de formation sur la prévention et la gestion du stress. Et de poursuivre : « C’est essentiel, car près d’un salarié sur trois fonctionne dans un état de stress, ce qui n’est pas sans conséquences sur sa santé et peut avoir des répercussions sur le fonctionnement de son service ou de son entreprise. » Dans l’idéal, au cœur même des entreprises, il faudrait des équipes d’intervenants professionnels, spécialisées sur la QVT et la prévention, en lien direct avec les salariés pour leur apporter toutes leurs compétences (3). Ou alors, a minima, que l’entreprise fasse appel à des intervenants extérieurs (4). « Certaines sociétés commencent à développer ce type d’offres, notamment celles fondées par des trentenaires ou quarantenaires, se félicite Élisabeth BRETON. Néanmoins, face à cette nouvelle dynamique, il faut continuer de travailler pour que cela soit inclus dans la culture des entreprises. » Elle plaide d'ailleurs pour une éducation des dirigeants à l’importance de la QVT afin qu’ils soient plus motivés et opérationnels, car « ils sont encore trop nombreux à ne pas y prêter toute l’attention nécessaire ».

Les effets des MCA dans le cadre du travail

Dans ce domaine, les MCA ont toutes leur place puisqu’elles visent à agir sur la réduction du stress, les troubles musculosquelettiques (TMS) ou encore à améliorer la concentration. « Les effets vont dépendre du type et des objectifs des MCA », précise Élisabeth BRETON. Par exemple, s’il s’agit de pratiques comportementales et cognitives comme la sophrologie, l’hypnose, le yoga ou la méditation, il est possible d’envisager un effet sur le stress « mental ». De fait, « la personne devrait être plus habile, plus agile, plus vive, moins parasitée par des tensions émotionnelles, et devrait alors preuve d’une meilleure concentration au travail », indique-t-elle.

Les pratiques corporelles comme la réflexologie, le shiatsu ou encore l’ostéopathie visent, elles, à agir sur les tensions corporelles afin d’avoir une meilleure posture ergonomique avec moins de douleurs physiques. « Le réflexologue, par exemple, est un professionnel de la relation d’aide, de la prévention et de la gestion du stress, fait savoir Élisabeth BRETON. Son champ d’action est justement la prévention, le mieux-être et la santé durable. Il cherche à favoriser le processus d’auto-régulation en stimulant les zones réflexes (plantaire, palmaire, faciale, auriculaire…). »

Les bénéfices peuvent être intéressants, d’autant plus que les douleurs peuvent amplifier la fatigue physique et mentale, l’anxiété, sans compter les absences liées au stress ou encore les risques liés au burn out.

(1) Données de Malakoff Humanis

(2) ÉtudeEurofound

(3) Réseau des intervenants spécialisés en prévention et gestion du stress en milieu professionnel : www.preventiongestionstress.com (4) Annuaire des réflexologues certifiés www.reflexologues-rncp.com

Fiche pratique
Pratique acceptée

Bien-être des salariés : le rôle clef des MCA

Pratiques conventionnelles à visées de soins, rassemblant des méthodes validées par la Haute Autorité de Santé.

Pratiques validées par la Haute Autorité de Santé (HAS) :
• Délimitées par la HAS
• Professionnalisées
• Pleinement intégrées
• Sans risques

La prise en compte des entreprises

« Depuis environ cinq ans, les remises en question ont commencé sur la QVT », fait savoir Élisabeth BRETON, relaxologue-réflexologue et directrice d’un centre de formation sur la prévention et la gestion du stress. Et de poursuivre : « C’est essentiel, car près d’un salarié sur trois fonctionne dans un état de stress, ce qui n’est pas sans conséquences sur sa santé et peut avoir des répercussions sur le fonctionnement de son service ou de son entreprise. » Dans l’idéal, au cœur même des entreprises, il faudrait des équipes d’intervenants professionnels, spécialisées sur la QVT et la prévention, en lien direct avec les salariés pour leur apporter toutes leurs compétences (3). Ou alors, a minima, que l’entreprise fasse appel à des intervenants extérieurs (4). « Certaines sociétés commencent à développer ce type d’offres, notamment celles fondées par des trentenaires ou quarantenaires, se félicite Élisabeth BRETON. Néanmoins, face à cette nouvelle dynamique, il faut continuer de travailler pour que cela soit inclus dans la culture des entreprises. » Elle plaide d'ailleurs pour une éducation des dirigeants à l’importance de la QVT afin qu’ils soient plus motivés et opérationnels, car « ils sont encore trop nombreux à ne pas y prêter toute l’attention nécessaire ».

Les effets des MCA dans le cadre du travail

Dans ce domaine, les MCA ont toutes leur place puisqu’elles visent à agir sur la réduction du stress, les troubles musculosquelettiques (TMS) ou encore à améliorer la concentration. « Les effets vont dépendre du type et des objectifs des MCA », précise Élisabeth BRETON. Par exemple, s’il s’agit de pratiques comportementales et cognitives comme la sophrologie, l’hypnose, le yoga ou la méditation, il est possible d’envisager un effet sur le stress « mental ». De fait, « la personne devrait être plus habile, plus agile, plus vive, moins parasitée par des tensions émotionnelles, et devrait alors preuve d’une meilleure concentration au travail », indique-t-elle.

Les pratiques corporelles comme la réflexologie, le shiatsu ou encore l’ostéopathie visent, elles, à agir sur les tensions corporelles afin d’avoir une meilleure posture ergonomique avec moins de douleurs physiques. « Le réflexologue, par exemple, est un professionnel de la relation d’aide, de la prévention et de la gestion du stress, fait savoir Élisabeth BRETON. Son champ d’action est justement la prévention, le mieux-être et la santé durable. Il cherche à favoriser le processus d’auto-régulation en stimulant les zones réflexes (plantaire, palmaire, faciale, auriculaire…). »

Les bénéfices peuvent être intéressants, d’autant plus que les douleurs peuvent amplifier la fatigue physique et mentale, l’anxiété, sans compter les absences liées au stress ou encore les risques liés au burn out.

(1) Données de Malakoff Humanis

(2) ÉtudeEurofound

(3) Réseau des intervenants spécialisés en prévention et gestion du stress en milieu professionnel : www.preventiongestionstress.com (4) Annuaire des réflexologues certifiés www.reflexologues-rncp.com

Fiche pratique
Pratique recommandée

Bien-être des salariés : le rôle clef des MCA

Pratiques conventionnelles à visées de soins, rassemblant des méthodes validées par la Haute Autorité de Santé.

Pratiques validées par la Haute Autorité de Santé (HAS) :
• Délimitées par la HAS
• Professionnalisées
• Pleinement intégrées
• Sans risques

La prise en compte des entreprises

« Depuis environ cinq ans, les remises en question ont commencé sur la QVT », fait savoir Élisabeth BRETON, relaxologue-réflexologue et directrice d’un centre de formation sur la prévention et la gestion du stress. Et de poursuivre : « C’est essentiel, car près d’un salarié sur trois fonctionne dans un état de stress, ce qui n’est pas sans conséquences sur sa santé et peut avoir des répercussions sur le fonctionnement de son service ou de son entreprise. » Dans l’idéal, au cœur même des entreprises, il faudrait des équipes d’intervenants professionnels, spécialisées sur la QVT et la prévention, en lien direct avec les salariés pour leur apporter toutes leurs compétences (3). Ou alors, a minima, que l’entreprise fasse appel à des intervenants extérieurs (4). « Certaines sociétés commencent à développer ce type d’offres, notamment celles fondées par des trentenaires ou quarantenaires, se félicite Élisabeth BRETON. Néanmoins, face à cette nouvelle dynamique, il faut continuer de travailler pour que cela soit inclus dans la culture des entreprises. » Elle plaide d'ailleurs pour une éducation des dirigeants à l’importance de la QVT afin qu’ils soient plus motivés et opérationnels, car « ils sont encore trop nombreux à ne pas y prêter toute l’attention nécessaire ».

Les effets des MCA dans le cadre du travail

Dans ce domaine, les MCA ont toutes leur place puisqu’elles visent à agir sur la réduction du stress, les troubles musculosquelettiques (TMS) ou encore à améliorer la concentration. « Les effets vont dépendre du type et des objectifs des MCA », précise Élisabeth BRETON. Par exemple, s’il s’agit de pratiques comportementales et cognitives comme la sophrologie, l’hypnose, le yoga ou la méditation, il est possible d’envisager un effet sur le stress « mental ». De fait, « la personne devrait être plus habile, plus agile, plus vive, moins parasitée par des tensions émotionnelles, et devrait alors preuve d’une meilleure concentration au travail », indique-t-elle.

Les pratiques corporelles comme la réflexologie, le shiatsu ou encore l’ostéopathie visent, elles, à agir sur les tensions corporelles afin d’avoir une meilleure posture ergonomique avec moins de douleurs physiques. « Le réflexologue, par exemple, est un professionnel de la relation d’aide, de la prévention et de la gestion du stress, fait savoir Élisabeth BRETON. Son champ d’action est justement la prévention, le mieux-être et la santé durable. Il cherche à favoriser le processus d’auto-régulation en stimulant les zones réflexes (plantaire, palmaire, faciale, auriculaire…). »

Les bénéfices peuvent être intéressants, d’autant plus que les douleurs peuvent amplifier la fatigue physique et mentale, l’anxiété, sans compter les absences liées au stress ou encore les risques liés au burn out.

(1) Données de Malakoff Humanis

(2) ÉtudeEurofound

(3) Réseau des intervenants spécialisés en prévention et gestion du stress en milieu professionnel : www.preventiongestionstress.com (4) Annuaire des réflexologues certifiés www.reflexologues-rncp.com

Fiche pratique
Pratique Tolérée

Bien-être des salariés : le rôle clef des MCA

Pratiques ne détenant pas de cadre, rarement intégrées et dont la formation n'est pas reconnue.

Pratiques ne détenant pas de cadre et rarement intégrées.
• La formation n'est pas reconnue
• Il existe des risques
• Les dérives sont involontaires

La prise en compte des entreprises

« Depuis environ cinq ans, les remises en question ont commencé sur la QVT », fait savoir Élisabeth BRETON, relaxologue-réflexologue et directrice d’un centre de formation sur la prévention et la gestion du stress. Et de poursuivre : « C’est essentiel, car près d’un salarié sur trois fonctionne dans un état de stress, ce qui n’est pas sans conséquences sur sa santé et peut avoir des répercussions sur le fonctionnement de son service ou de son entreprise. » Dans l’idéal, au cœur même des entreprises, il faudrait des équipes d’intervenants professionnels, spécialisées sur la QVT et la prévention, en lien direct avec les salariés pour leur apporter toutes leurs compétences (3). Ou alors, a minima, que l’entreprise fasse appel à des intervenants extérieurs (4). « Certaines sociétés commencent à développer ce type d’offres, notamment celles fondées par des trentenaires ou quarantenaires, se félicite Élisabeth BRETON. Néanmoins, face à cette nouvelle dynamique, il faut continuer de travailler pour que cela soit inclus dans la culture des entreprises. » Elle plaide d'ailleurs pour une éducation des dirigeants à l’importance de la QVT afin qu’ils soient plus motivés et opérationnels, car « ils sont encore trop nombreux à ne pas y prêter toute l’attention nécessaire ».

Les effets des MCA dans le cadre du travail

Dans ce domaine, les MCA ont toutes leur place puisqu’elles visent à agir sur la réduction du stress, les troubles musculosquelettiques (TMS) ou encore à améliorer la concentration. « Les effets vont dépendre du type et des objectifs des MCA », précise Élisabeth BRETON. Par exemple, s’il s’agit de pratiques comportementales et cognitives comme la sophrologie, l’hypnose, le yoga ou la méditation, il est possible d’envisager un effet sur le stress « mental ». De fait, « la personne devrait être plus habile, plus agile, plus vive, moins parasitée par des tensions émotionnelles, et devrait alors preuve d’une meilleure concentration au travail », indique-t-elle.

Les pratiques corporelles comme la réflexologie, le shiatsu ou encore l’ostéopathie visent, elles, à agir sur les tensions corporelles afin d’avoir une meilleure posture ergonomique avec moins de douleurs physiques. « Le réflexologue, par exemple, est un professionnel de la relation d’aide, de la prévention et de la gestion du stress, fait savoir Élisabeth BRETON. Son champ d’action est justement la prévention, le mieux-être et la santé durable. Il cherche à favoriser le processus d’auto-régulation en stimulant les zones réflexes (plantaire, palmaire, faciale, auriculaire…). »

Les bénéfices peuvent être intéressants, d’autant plus que les douleurs peuvent amplifier la fatigue physique et mentale, l’anxiété, sans compter les absences liées au stress ou encore les risques liés au burn out.

(1) Données de Malakoff Humanis

(2) ÉtudeEurofound

(3) Réseau des intervenants spécialisés en prévention et gestion du stress en milieu professionnel : www.preventiongestionstress.com (4) Annuaire des réflexologues certifiés www.reflexologues-rncp.com

Fiche pratique
Pratique Tolérée

Bien-être des salariés : le rôle clef des MCA

Pratiques ne détenant pas de cadre, rarement intégrées et dont la formation n'est pas reconnue.

Pratiques ne détenant pas de cadre et rarement intégrées.
• La formation n'est pas reconnue
• Il existe des risques
• Les dérives sont involontaires

La prise en compte des entreprises

« Depuis environ cinq ans, les remises en question ont commencé sur la QVT », fait savoir Élisabeth BRETON, relaxologue-réflexologue et directrice d’un centre de formation sur la prévention et la gestion du stress. Et de poursuivre : « C’est essentiel, car près d’un salarié sur trois fonctionne dans un état de stress, ce qui n’est pas sans conséquences sur sa santé et peut avoir des répercussions sur le fonctionnement de son service ou de son entreprise. » Dans l’idéal, au cœur même des entreprises, il faudrait des équipes d’intervenants professionnels, spécialisées sur la QVT et la prévention, en lien direct avec les salariés pour leur apporter toutes leurs compétences (3). Ou alors, a minima, que l’entreprise fasse appel à des intervenants extérieurs (4). « Certaines sociétés commencent à développer ce type d’offres, notamment celles fondées par des trentenaires ou quarantenaires, se félicite Élisabeth BRETON. Néanmoins, face à cette nouvelle dynamique, il faut continuer de travailler pour que cela soit inclus dans la culture des entreprises. » Elle plaide d'ailleurs pour une éducation des dirigeants à l’importance de la QVT afin qu’ils soient plus motivés et opérationnels, car « ils sont encore trop nombreux à ne pas y prêter toute l’attention nécessaire ».

Les effets des MCA dans le cadre du travail

Dans ce domaine, les MCA ont toutes leur place puisqu’elles visent à agir sur la réduction du stress, les troubles musculosquelettiques (TMS) ou encore à améliorer la concentration. « Les effets vont dépendre du type et des objectifs des MCA », précise Élisabeth BRETON. Par exemple, s’il s’agit de pratiques comportementales et cognitives comme la sophrologie, l’hypnose, le yoga ou la méditation, il est possible d’envisager un effet sur le stress « mental ». De fait, « la personne devrait être plus habile, plus agile, plus vive, moins parasitée par des tensions émotionnelles, et devrait alors preuve d’une meilleure concentration au travail », indique-t-elle.

Les pratiques corporelles comme la réflexologie, le shiatsu ou encore l’ostéopathie visent, elles, à agir sur les tensions corporelles afin d’avoir une meilleure posture ergonomique avec moins de douleurs physiques. « Le réflexologue, par exemple, est un professionnel de la relation d’aide, de la prévention et de la gestion du stress, fait savoir Élisabeth BRETON. Son champ d’action est justement la prévention, le mieux-être et la santé durable. Il cherche à favoriser le processus d’auto-régulation en stimulant les zones réflexes (plantaire, palmaire, faciale, auriculaire…). »

Les bénéfices peuvent être intéressants, d’autant plus que les douleurs peuvent amplifier la fatigue physique et mentale, l’anxiété, sans compter les absences liées au stress ou encore les risques liés au burn out.

(1) Données de Malakoff Humanis

(2) ÉtudeEurofound

(3) Réseau des intervenants spécialisés en prévention et gestion du stress en milieu professionnel : www.preventiongestionstress.com (4) Annuaire des réflexologues certifiés www.reflexologues-rncp.com

Bientôt, plus d'information sur cette pratique.

Bien-être des salariés : le rôle clef des MCA

La Qualité de vie au travail (QVT) a pris une place centrale dans les préoccupations des salariés et ce, d’autant plus dans le contexte actuel de la crise sanitaire.

Temps de lecture :
Lieu :
5min
Publié le :
21/10/21
Catégorie :
Prévention, santé et modes de vie

Stress, troubles du sommeil, addictions, alimentation déséquilibrée : tous ces facteurs ont un impact sur les salariés. L’introduction des MCA au sein même des entreprises permet d’agir à la source. En 2020, les arrêts de travail de plus de 30 jours ont représenté 12 % des arrêts contre 9 % en 2019 (1). 60 % des salariés déclarent que leur manager est source de stress et seuls 20 % indiquent pouvoir se confier à lui en cas de problème (2). Aujourd’hui, la santé au travail constitue un point central de la qualité de vie au travail. D’ailleurs, le troisième Plan santé travail (PST) 2016/2020 avait fixé la prévention comme l’une de ses priorités majeures. Plus récemment, la loi du 2 août 2021 pour renforcer la prévention de la santé au travail, met l’accent sur tout ce qui concerne l’amélioration de la QVT au niveau des salariés. Cette démarche QVT a pour objectif de prendre en compte les risques socioprofessionnels et de mener des actions de prévention primaire au sein même des entreprises.

La prise en compte des entreprises

« Depuis environ cinq ans, les remises en question ont commencé sur la QVT », fait savoir Élisabeth BRETON, relaxologue-réflexologue et directrice d’un centre de formation sur la prévention et la gestion du stress. Et de poursuivre : « C’est essentiel, car près d’un salarié sur trois fonctionne dans un état de stress, ce qui n’est pas sans conséquences sur sa santé et peut avoir des répercussions sur le fonctionnement de son service ou de son entreprise. » Dans l’idéal, au cœur même des entreprises, il faudrait des équipes d’intervenants professionnels, spécialisées sur la QVT et la prévention, en lien direct avec les salariés pour leur apporter toutes leurs compétences (3). Ou alors, a minima, que l’entreprise fasse appel à des intervenants extérieurs (4). « Certaines sociétés commencent à développer ce type d’offres, notamment celles fondées par des trentenaires ou quarantenaires, se félicite Élisabeth BRETON. Néanmoins, face à cette nouvelle dynamique, il faut continuer de travailler pour que cela soit inclus dans la culture des entreprises. » Elle plaide d'ailleurs pour une éducation des dirigeants à l’importance de la QVT afin qu’ils soient plus motivés et opérationnels, car « ils sont encore trop nombreux à ne pas y prêter toute l’attention nécessaire ».

Les effets des MCA dans le cadre du travail

Dans ce domaine, les MCA ont toutes leur place puisqu’elles visent à agir sur la réduction du stress, les troubles musculosquelettiques (TMS) ou encore à améliorer la concentration. « Les effets vont dépendre du type et des objectifs des MCA », précise Élisabeth BRETON. Par exemple, s’il s’agit de pratiques comportementales et cognitives comme la sophrologie, l’hypnose, le yoga ou la méditation, il est possible d’envisager un effet sur le stress « mental ». De fait, « la personne devrait être plus habile, plus agile, plus vive, moins parasitée par des tensions émotionnelles, et devrait alors preuve d’une meilleure concentration au travail », indique-t-elle.

Les pratiques corporelles comme la réflexologie, le shiatsu ou encore l’ostéopathie visent, elles, à agir sur les tensions corporelles afin d’avoir une meilleure posture ergonomique avec moins de douleurs physiques. « Le réflexologue, par exemple, est un professionnel de la relation d’aide, de la prévention et de la gestion du stress, fait savoir Élisabeth BRETON. Son champ d’action est justement la prévention, le mieux-être et la santé durable. Il cherche à favoriser le processus d’auto-régulation en stimulant les zones réflexes (plantaire, palmaire, faciale, auriculaire…). »

Les bénéfices peuvent être intéressants, d’autant plus que les douleurs peuvent amplifier la fatigue physique et mentale, l’anxiété, sans compter les absences liées au stress ou encore les risques liés au burn out.

(1) Données de Malakoff Humanis

(2) ÉtudeEurofound

(3) Réseau des intervenants spécialisés en prévention et gestion du stress en milieu professionnel : www.preventiongestionstress.com (4) Annuaire des réflexologues certifiés www.reflexologues-rncp.com

No items found.

Photos

No items found.

Vidéos

Partenaires

No items found.

Medias

No items found.

La bibliothèque de l'A-MCA

No items found.

Pour aller plus loin

Pour aller plus loin