Fiche pratique
Pratique acceptée

Dramathérapie : utiliser la fiction pour prendre du recul

Pratiques détenant un cadre réglementaire ou de formation et qui sont largement intégrées dans les centres de soins. Elles sont généralement proposées par des praticiens dont la formation est reconnue et ne comportent pas de risques ou de dérives.

Pratiques détenant un cadre et qui sont largement intégrées :
• La formation est reconnue
• Il n'y a pas de risques spécifiques
• Il n'y a pas de dérives

Les objectifs

Avec la dramathérapie, les personnes s’engagent dans un travail sur soi, pouvant se pratiquer de manière individuelle ou en groupe. « L’art-thérapeute va faciliter la création, en utilisant l’apprentissage, l’introspection, le lien social, afin de permettre aux personnes de se dépasser, de s’entraîner et d’être en relation », indique-t-elle. La dramathérapie permet de trouver la ressource en soi, afin d’aller mieux, puisque « jouer » offre une prise de recul et l’expérimentation des changements que l’on souhaite pour soi. « Cela permet de mener un travail cathartique et de lâcher les émotions », ajoute Viviane SERON. L’objectif est de passer par la fiction pour prendre du recul et aborder de manière détournée des aspects de sa vie, de ses problématiques à travers le personnage. « Dans l’imaginaire, on s’entraîne à voir ce que l’on veut pour soi, dans sa relation à l’autre et au monde », indique-t-elle.

Le déroulement des séances

Comme pour toutes les thérapies, l’obtention de résultats prend du temps. Pour le travail en groupe, six à huit personnes sont réunies au cours de séances d’environ 1h30 et travaillent des objectifs individuels identifiés avec l’art-thérapeute. Dans le modèle de la dramathérapie intégrative, « les séances se déroulent autour d’un temps d’accueil, afin de ″faire groupe″, puis d’un temps de travail corporel pour s’ouvrir progressivement à la créativité par le corps puis l’imaginaire, explique la dramathérapeute. S’ensuit une période d’improvisation au cours de laquelle la spontanéité de chacun s’exprime tout comme la mise en action des émotions. » La séance se termine par un travail d’analyse de chacun, devant le groupe, pour obtenir du soutien. « Les séances sont très ludiques, avec beaucoup de joie et de rire, assure-t-elle. Le travail sur soi est agréable. » Il est également possible de pratiquer la dramathérapie en individuel dans des séances adaptées à chaque cas particulier.

La formation

Les différentes disciplines composant les art-thérapies sont dispensées par des professionnels généralement spécialisés dans une, voire deux pratiques, « car ils doivent être formés et pratiquer la discipline en question », précise Viviane SERON. Généralement, les art-thérapeutes suivent un Diplôme Universitaire, Master 2 en art-thérapie, accessible après une licence, ou sont formés dans une école reconnue. « Outre la formation, pour exercer l’une des art-thérapies, il faut pratiquer son art de manière régulière et être engagé dans une démarche de connaissance de soi supervisée par un professionnel, précise Viviane SERON. Il faut en effet connaître le processus pour pouvoir le transmettre et en faire profiter quelqu’un d’autre. » En France, il n’est cependant pas possible d’imposer aux thérapeutes d’avoir effectué ce travail sur soi, « même si cela fait partie des enjeux éthiques de nos métiers », conclut-elle.

Fiche pratique
Pratique acceptée

Dramathérapie : utiliser la fiction pour prendre du recul

Pratiques conventionnelles à visées de soins, rassemblant des méthodes validées par la Haute Autorité de Santé.

Pratiques validées par la Haute Autorité de Santé (HAS) :
• Délimitées par la HAS
• Professionnalisées
• Pleinement intégrées
• Sans risques

Les objectifs

Avec la dramathérapie, les personnes s’engagent dans un travail sur soi, pouvant se pratiquer de manière individuelle ou en groupe. « L’art-thérapeute va faciliter la création, en utilisant l’apprentissage, l’introspection, le lien social, afin de permettre aux personnes de se dépasser, de s’entraîner et d’être en relation », indique-t-elle. La dramathérapie permet de trouver la ressource en soi, afin d’aller mieux, puisque « jouer » offre une prise de recul et l’expérimentation des changements que l’on souhaite pour soi. « Cela permet de mener un travail cathartique et de lâcher les émotions », ajoute Viviane SERON. L’objectif est de passer par la fiction pour prendre du recul et aborder de manière détournée des aspects de sa vie, de ses problématiques à travers le personnage. « Dans l’imaginaire, on s’entraîne à voir ce que l’on veut pour soi, dans sa relation à l’autre et au monde », indique-t-elle.

Le déroulement des séances

Comme pour toutes les thérapies, l’obtention de résultats prend du temps. Pour le travail en groupe, six à huit personnes sont réunies au cours de séances d’environ 1h30 et travaillent des objectifs individuels identifiés avec l’art-thérapeute. Dans le modèle de la dramathérapie intégrative, « les séances se déroulent autour d’un temps d’accueil, afin de ″faire groupe″, puis d’un temps de travail corporel pour s’ouvrir progressivement à la créativité par le corps puis l’imaginaire, explique la dramathérapeute. S’ensuit une période d’improvisation au cours de laquelle la spontanéité de chacun s’exprime tout comme la mise en action des émotions. » La séance se termine par un travail d’analyse de chacun, devant le groupe, pour obtenir du soutien. « Les séances sont très ludiques, avec beaucoup de joie et de rire, assure-t-elle. Le travail sur soi est agréable. » Il est également possible de pratiquer la dramathérapie en individuel dans des séances adaptées à chaque cas particulier.

La formation

Les différentes disciplines composant les art-thérapies sont dispensées par des professionnels généralement spécialisés dans une, voire deux pratiques, « car ils doivent être formés et pratiquer la discipline en question », précise Viviane SERON. Généralement, les art-thérapeutes suivent un Diplôme Universitaire, Master 2 en art-thérapie, accessible après une licence, ou sont formés dans une école reconnue. « Outre la formation, pour exercer l’une des art-thérapies, il faut pratiquer son art de manière régulière et être engagé dans une démarche de connaissance de soi supervisée par un professionnel, précise Viviane SERON. Il faut en effet connaître le processus pour pouvoir le transmettre et en faire profiter quelqu’un d’autre. » En France, il n’est cependant pas possible d’imposer aux thérapeutes d’avoir effectué ce travail sur soi, « même si cela fait partie des enjeux éthiques de nos métiers », conclut-elle.

Fiche pratique
Pratique recommandée

Dramathérapie : utiliser la fiction pour prendre du recul

Pratiques conventionnelles à visées de soins, rassemblant des méthodes validées par la Haute Autorité de Santé.

Pratiques validées par la Haute Autorité de Santé (HAS) :
• Délimitées par la HAS
• Professionnalisées
• Pleinement intégrées
• Sans risques

Les objectifs

Avec la dramathérapie, les personnes s’engagent dans un travail sur soi, pouvant se pratiquer de manière individuelle ou en groupe. « L’art-thérapeute va faciliter la création, en utilisant l’apprentissage, l’introspection, le lien social, afin de permettre aux personnes de se dépasser, de s’entraîner et d’être en relation », indique-t-elle. La dramathérapie permet de trouver la ressource en soi, afin d’aller mieux, puisque « jouer » offre une prise de recul et l’expérimentation des changements que l’on souhaite pour soi. « Cela permet de mener un travail cathartique et de lâcher les émotions », ajoute Viviane SERON. L’objectif est de passer par la fiction pour prendre du recul et aborder de manière détournée des aspects de sa vie, de ses problématiques à travers le personnage. « Dans l’imaginaire, on s’entraîne à voir ce que l’on veut pour soi, dans sa relation à l’autre et au monde », indique-t-elle.

Le déroulement des séances

Comme pour toutes les thérapies, l’obtention de résultats prend du temps. Pour le travail en groupe, six à huit personnes sont réunies au cours de séances d’environ 1h30 et travaillent des objectifs individuels identifiés avec l’art-thérapeute. Dans le modèle de la dramathérapie intégrative, « les séances se déroulent autour d’un temps d’accueil, afin de ″faire groupe″, puis d’un temps de travail corporel pour s’ouvrir progressivement à la créativité par le corps puis l’imaginaire, explique la dramathérapeute. S’ensuit une période d’improvisation au cours de laquelle la spontanéité de chacun s’exprime tout comme la mise en action des émotions. » La séance se termine par un travail d’analyse de chacun, devant le groupe, pour obtenir du soutien. « Les séances sont très ludiques, avec beaucoup de joie et de rire, assure-t-elle. Le travail sur soi est agréable. » Il est également possible de pratiquer la dramathérapie en individuel dans des séances adaptées à chaque cas particulier.

La formation

Les différentes disciplines composant les art-thérapies sont dispensées par des professionnels généralement spécialisés dans une, voire deux pratiques, « car ils doivent être formés et pratiquer la discipline en question », précise Viviane SERON. Généralement, les art-thérapeutes suivent un Diplôme Universitaire, Master 2 en art-thérapie, accessible après une licence, ou sont formés dans une école reconnue. « Outre la formation, pour exercer l’une des art-thérapies, il faut pratiquer son art de manière régulière et être engagé dans une démarche de connaissance de soi supervisée par un professionnel, précise Viviane SERON. Il faut en effet connaître le processus pour pouvoir le transmettre et en faire profiter quelqu’un d’autre. » En France, il n’est cependant pas possible d’imposer aux thérapeutes d’avoir effectué ce travail sur soi, « même si cela fait partie des enjeux éthiques de nos métiers », conclut-elle.

Fiche pratique
Pratique Tolérée

Dramathérapie : utiliser la fiction pour prendre du recul

Pratiques ne détenant pas de cadre, qui sont rarement intégrées et dont la formation n'est pas reconnue.

Pratiques ne détenant pas de cadre et qui sont rarement intégrées.
• La formation n'est pas reconnue
• Il n'y a des risques potentiels
• Les dérives sont involontaires

Les objectifs

Avec la dramathérapie, les personnes s’engagent dans un travail sur soi, pouvant se pratiquer de manière individuelle ou en groupe. « L’art-thérapeute va faciliter la création, en utilisant l’apprentissage, l’introspection, le lien social, afin de permettre aux personnes de se dépasser, de s’entraîner et d’être en relation », indique-t-elle. La dramathérapie permet de trouver la ressource en soi, afin d’aller mieux, puisque « jouer » offre une prise de recul et l’expérimentation des changements que l’on souhaite pour soi. « Cela permet de mener un travail cathartique et de lâcher les émotions », ajoute Viviane SERON. L’objectif est de passer par la fiction pour prendre du recul et aborder de manière détournée des aspects de sa vie, de ses problématiques à travers le personnage. « Dans l’imaginaire, on s’entraîne à voir ce que l’on veut pour soi, dans sa relation à l’autre et au monde », indique-t-elle.

Le déroulement des séances

Comme pour toutes les thérapies, l’obtention de résultats prend du temps. Pour le travail en groupe, six à huit personnes sont réunies au cours de séances d’environ 1h30 et travaillent des objectifs individuels identifiés avec l’art-thérapeute. Dans le modèle de la dramathérapie intégrative, « les séances se déroulent autour d’un temps d’accueil, afin de ″faire groupe″, puis d’un temps de travail corporel pour s’ouvrir progressivement à la créativité par le corps puis l’imaginaire, explique la dramathérapeute. S’ensuit une période d’improvisation au cours de laquelle la spontanéité de chacun s’exprime tout comme la mise en action des émotions. » La séance se termine par un travail d’analyse de chacun, devant le groupe, pour obtenir du soutien. « Les séances sont très ludiques, avec beaucoup de joie et de rire, assure-t-elle. Le travail sur soi est agréable. » Il est également possible de pratiquer la dramathérapie en individuel dans des séances adaptées à chaque cas particulier.

La formation

Les différentes disciplines composant les art-thérapies sont dispensées par des professionnels généralement spécialisés dans une, voire deux pratiques, « car ils doivent être formés et pratiquer la discipline en question », précise Viviane SERON. Généralement, les art-thérapeutes suivent un Diplôme Universitaire, Master 2 en art-thérapie, accessible après une licence, ou sont formés dans une école reconnue. « Outre la formation, pour exercer l’une des art-thérapies, il faut pratiquer son art de manière régulière et être engagé dans une démarche de connaissance de soi supervisée par un professionnel, précise Viviane SERON. Il faut en effet connaître le processus pour pouvoir le transmettre et en faire profiter quelqu’un d’autre. » En France, il n’est cependant pas possible d’imposer aux thérapeutes d’avoir effectué ce travail sur soi, « même si cela fait partie des enjeux éthiques de nos métiers », conclut-elle.

Dramathérapie : utiliser la fiction pour prendre du recul

Au même titre que la musicothérapie, la danse thérapie, la danse mouvement thérapie et l’art-thérapie à médiation plastique, la dramathérapie est l’une des composantes des art-thérapies.

Temps de lecture :
Lieu :
5min
Publié le :
6/12/2021
Catégorie :
Les pratiques en MCA

La dramathérapie utilise l’action dramatique, à savoir le théâtre au sens large, afin d’accompagner dans un cadre institutionnel, les personnes souffrant de troubles psychiques (TSA, trauma, addictions…), de handicaps physiques et de maladies chroniques. Elle s’adresse également aux enfants, adolescents et adultes traversant une phase difficile comme un deuil, un burn out ou encore une maladie chronique. Dans ce cadre, « nous pouvons utiliser des textes, l’écriture, la représentation scénique, le travail de préparation du comédien, les jeux, la scénographie ou encore les costumes, énumère Viviane SERON, dramathérapeute et présidente de l’association nationale de dramathérapie. Mais généralement, on se focalise sur le jeu de rôle et les techniques projectives. On est dans une approche active, expérientielle, dans laquelle on retrouve cette capacité de mobiliser le corps et la psyché. »

Les objectifs

Avec la dramathérapie, les personnes s’engagent dans un travail sur soi, pouvant se pratiquer de manière individuelle ou en groupe. « L’art-thérapeute va faciliter la création, en utilisant l’apprentissage, l’introspection, le lien social, afin de permettre aux personnes de se dépasser, de s’entraîner et d’être en relation », indique-t-elle. La dramathérapie permet de trouver la ressource en soi, afin d’aller mieux, puisque « jouer » offre une prise de recul et l’expérimentation des changements que l’on souhaite pour soi. « Cela permet de mener un travail cathartique et de lâcher les émotions », ajoute Viviane SERON. L’objectif est de passer par la fiction pour prendre du recul et aborder de manière détournée des aspects de sa vie, de ses problématiques à travers le personnage. « Dans l’imaginaire, on s’entraîne à voir ce que l’on veut pour soi, dans sa relation à l’autre et au monde », indique-t-elle.

Le déroulement des séances

Comme pour toutes les thérapies, l’obtention de résultats prend du temps. Pour le travail en groupe, six à huit personnes sont réunies au cours de séances d’environ 1h30 et travaillent des objectifs individuels identifiés avec l’art-thérapeute. Dans le modèle de la dramathérapie intégrative, « les séances se déroulent autour d’un temps d’accueil, afin de ″faire groupe″, puis d’un temps de travail corporel pour s’ouvrir progressivement à la créativité par le corps puis l’imaginaire, explique la dramathérapeute. S’ensuit une période d’improvisation au cours de laquelle la spontanéité de chacun s’exprime tout comme la mise en action des émotions. » La séance se termine par un travail d’analyse de chacun, devant le groupe, pour obtenir du soutien. « Les séances sont très ludiques, avec beaucoup de joie et de rire, assure-t-elle. Le travail sur soi est agréable. » Il est également possible de pratiquer la dramathérapie en individuel dans des séances adaptées à chaque cas particulier.

La formation

Les différentes disciplines composant les art-thérapies sont dispensées par des professionnels généralement spécialisés dans une, voire deux pratiques, « car ils doivent être formés et pratiquer la discipline en question », précise Viviane SERON. Généralement, les art-thérapeutes suivent un Diplôme Universitaire, Master 2 en art-thérapie, accessible après une licence, ou sont formés dans une école reconnue. « Outre la formation, pour exercer l’une des art-thérapies, il faut pratiquer son art de manière régulière et être engagé dans une démarche de connaissance de soi supervisée par un professionnel, précise Viviane SERON. Il faut en effet connaître le processus pour pouvoir le transmettre et en faire profiter quelqu’un d’autre. » En France, il n’est cependant pas possible d’imposer aux thérapeutes d’avoir effectué ce travail sur soi, « même si cela fait partie des enjeux éthiques de nos métiers », conclut-elle.

No items found.

Photo

No items found.

Vidéo

Partenaire

No items found.

Media

No items found.

LA bibliothèque de l'a-mca

No items found.

Pour aller plus loin