Fiche pratique
Pratique acceptée

Sophrologie : une pratique pour se sentir exister et vivant

Pratiques détenant un cadre réglementaire ou de formation et qui sont largement intégrées dans les centres de soins. Elles sont généralement proposées par des praticiens dont la formation est reconnue et ne comportent pas de risques ou de dérives.

Pratiques détenant un cadre et qui sont largement intégrées :
• La formation est reconnue
• Il n'y a pas de risques spécifiques
• Il n'y a pas de dérives

Les principes fondateurs

Par sa pratique régulière, la sophrologie chercher à permettre à la personne de vivre les phénomènes de vie se présentant à elle. « On s’appuie sur la philosophie de la phénoménologie existentielle, c’est-à-dire qu’en sophrologie, on considère que toute expérience de vie, tout ce qui se présente à soi est un phénomène, et qu’il faut faire l’expérience de tous ces phénomènes sans jugement, sans a priori, explique-t-elle. Il s’agit d’un vrai travail sur la pensée et l’esprit. »

Cette méthode s’appuie sur des principes fondamentaux que le sophrologue doit s’attacher à transmettre à la personne. Tout d’abord, le principe du schéma corporel comme une réalité vécue, ce qui implique d’être attentif à son ressenti, à l’expression de ce que l’on est en train de vivre. Le principe d’action positive amène la personne à développer une attitude positive, à se trouver dans une forme de bienveillance, dans la quête de vivre les choses autrement. Le principe de réalité objective repose sur le fait d’être tenté d’être au plus près de ce que l’on vit, dans l’instant présent. Enfin, le principe d’adaptabilité soutient que la sophrologie s’adapte à tous.

La pratique

Dans la pratique, la sophrologie s’appuie sur la respiration, permettant à la personne d’être dans l’instant. « L’objectif est de s’habituer à ne plus être dans le jugement et à vivre les expériences, les rencontres, les phénomènes, de manière unique à chaque instant », rapporte Anne ALMQVIST.

Pour y parvenir, la personne doit alterner entre des séances avec un sophrologue et un entraînement personnel. « Cette discipline permet de se libérer de pensées parfois anxiogènes, pour être à la rencontre de ce que l’on vit, ajoute-t-elle. On devient alors acteur de sa vie. » En moyenne, un minimum de dix séances sont nécessaires pour constater des effets qui vont varier en fonction de l’engagement personnel de chacun.

Si à l’origine, la sophrologie était cantonnée au milieu médical, elle s’est progressivement ouverte au développement personnel et à des thérapeutes non-médecins, pouvant se former via des Diplômes Universitaires (DU) ou au sein d’écoles référencées au Répertoire national des certifications professionnelles (RNCP).

Liens utiles vers des publications d’Anne ALMQVIST

Fiche pratique
Pratique acceptée

Sophrologie : une pratique pour se sentir exister et vivant

Pratiques conventionnelles à visées de soins, rassemblant des méthodes validées par la Haute Autorité de Santé.

Pratiques validées par la Haute Autorité de Santé (HAS) :
• Délimitées par la HAS
• Professionnalisées
• Pleinement intégrées
• Sans risques

Les principes fondateurs

Par sa pratique régulière, la sophrologie chercher à permettre à la personne de vivre les phénomènes de vie se présentant à elle. « On s’appuie sur la philosophie de la phénoménologie existentielle, c’est-à-dire qu’en sophrologie, on considère que toute expérience de vie, tout ce qui se présente à soi est un phénomène, et qu’il faut faire l’expérience de tous ces phénomènes sans jugement, sans a priori, explique-t-elle. Il s’agit d’un vrai travail sur la pensée et l’esprit. »

Cette méthode s’appuie sur des principes fondamentaux que le sophrologue doit s’attacher à transmettre à la personne. Tout d’abord, le principe du schéma corporel comme une réalité vécue, ce qui implique d’être attentif à son ressenti, à l’expression de ce que l’on est en train de vivre. Le principe d’action positive amène la personne à développer une attitude positive, à se trouver dans une forme de bienveillance, dans la quête de vivre les choses autrement. Le principe de réalité objective repose sur le fait d’être tenté d’être au plus près de ce que l’on vit, dans l’instant présent. Enfin, le principe d’adaptabilité soutient que la sophrologie s’adapte à tous.

La pratique

Dans la pratique, la sophrologie s’appuie sur la respiration, permettant à la personne d’être dans l’instant. « L’objectif est de s’habituer à ne plus être dans le jugement et à vivre les expériences, les rencontres, les phénomènes, de manière unique à chaque instant », rapporte Anne ALMQVIST.

Pour y parvenir, la personne doit alterner entre des séances avec un sophrologue et un entraînement personnel. « Cette discipline permet de se libérer de pensées parfois anxiogènes, pour être à la rencontre de ce que l’on vit, ajoute-t-elle. On devient alors acteur de sa vie. » En moyenne, un minimum de dix séances sont nécessaires pour constater des effets qui vont varier en fonction de l’engagement personnel de chacun.

Si à l’origine, la sophrologie était cantonnée au milieu médical, elle s’est progressivement ouverte au développement personnel et à des thérapeutes non-médecins, pouvant se former via des Diplômes Universitaires (DU) ou au sein d’écoles référencées au Répertoire national des certifications professionnelles (RNCP).

Liens utiles vers des publications d’Anne ALMQVIST

Fiche pratique
Pratique recommandée

Sophrologie : une pratique pour se sentir exister et vivant

Pratiques conventionnelles à visées de soins, rassemblant des méthodes validées par la Haute Autorité de Santé.

Pratiques validées par la Haute Autorité de Santé (HAS) :
• Délimitées par la HAS
• Professionnalisées
• Pleinement intégrées
• Sans risques

Les principes fondateurs

Par sa pratique régulière, la sophrologie chercher à permettre à la personne de vivre les phénomènes de vie se présentant à elle. « On s’appuie sur la philosophie de la phénoménologie existentielle, c’est-à-dire qu’en sophrologie, on considère que toute expérience de vie, tout ce qui se présente à soi est un phénomène, et qu’il faut faire l’expérience de tous ces phénomènes sans jugement, sans a priori, explique-t-elle. Il s’agit d’un vrai travail sur la pensée et l’esprit. »

Cette méthode s’appuie sur des principes fondamentaux que le sophrologue doit s’attacher à transmettre à la personne. Tout d’abord, le principe du schéma corporel comme une réalité vécue, ce qui implique d’être attentif à son ressenti, à l’expression de ce que l’on est en train de vivre. Le principe d’action positive amène la personne à développer une attitude positive, à se trouver dans une forme de bienveillance, dans la quête de vivre les choses autrement. Le principe de réalité objective repose sur le fait d’être tenté d’être au plus près de ce que l’on vit, dans l’instant présent. Enfin, le principe d’adaptabilité soutient que la sophrologie s’adapte à tous.

La pratique

Dans la pratique, la sophrologie s’appuie sur la respiration, permettant à la personne d’être dans l’instant. « L’objectif est de s’habituer à ne plus être dans le jugement et à vivre les expériences, les rencontres, les phénomènes, de manière unique à chaque instant », rapporte Anne ALMQVIST.

Pour y parvenir, la personne doit alterner entre des séances avec un sophrologue et un entraînement personnel. « Cette discipline permet de se libérer de pensées parfois anxiogènes, pour être à la rencontre de ce que l’on vit, ajoute-t-elle. On devient alors acteur de sa vie. » En moyenne, un minimum de dix séances sont nécessaires pour constater des effets qui vont varier en fonction de l’engagement personnel de chacun.

Si à l’origine, la sophrologie était cantonnée au milieu médical, elle s’est progressivement ouverte au développement personnel et à des thérapeutes non-médecins, pouvant se former via des Diplômes Universitaires (DU) ou au sein d’écoles référencées au Répertoire national des certifications professionnelles (RNCP).

Liens utiles vers des publications d’Anne ALMQVIST

Fiche pratique
Pratique Tolérée

Sophrologie : une pratique pour se sentir exister et vivant

Pratiques ne détenant pas de cadre, qui sont rarement intégrées et dont la formation n'est pas reconnue.

Pratiques ne détenant pas de cadre et qui sont rarement intégrées.
• La formation n'est pas reconnue
• Il n'y a des risques potentiels
• Les dérives sont involontaires

Les principes fondateurs

Par sa pratique régulière, la sophrologie chercher à permettre à la personne de vivre les phénomènes de vie se présentant à elle. « On s’appuie sur la philosophie de la phénoménologie existentielle, c’est-à-dire qu’en sophrologie, on considère que toute expérience de vie, tout ce qui se présente à soi est un phénomène, et qu’il faut faire l’expérience de tous ces phénomènes sans jugement, sans a priori, explique-t-elle. Il s’agit d’un vrai travail sur la pensée et l’esprit. »

Cette méthode s’appuie sur des principes fondamentaux que le sophrologue doit s’attacher à transmettre à la personne. Tout d’abord, le principe du schéma corporel comme une réalité vécue, ce qui implique d’être attentif à son ressenti, à l’expression de ce que l’on est en train de vivre. Le principe d’action positive amène la personne à développer une attitude positive, à se trouver dans une forme de bienveillance, dans la quête de vivre les choses autrement. Le principe de réalité objective repose sur le fait d’être tenté d’être au plus près de ce que l’on vit, dans l’instant présent. Enfin, le principe d’adaptabilité soutient que la sophrologie s’adapte à tous.

La pratique

Dans la pratique, la sophrologie s’appuie sur la respiration, permettant à la personne d’être dans l’instant. « L’objectif est de s’habituer à ne plus être dans le jugement et à vivre les expériences, les rencontres, les phénomènes, de manière unique à chaque instant », rapporte Anne ALMQVIST.

Pour y parvenir, la personne doit alterner entre des séances avec un sophrologue et un entraînement personnel. « Cette discipline permet de se libérer de pensées parfois anxiogènes, pour être à la rencontre de ce que l’on vit, ajoute-t-elle. On devient alors acteur de sa vie. » En moyenne, un minimum de dix séances sont nécessaires pour constater des effets qui vont varier en fonction de l’engagement personnel de chacun.

Si à l’origine, la sophrologie était cantonnée au milieu médical, elle s’est progressivement ouverte au développement personnel et à des thérapeutes non-médecins, pouvant se former via des Diplômes Universitaires (DU) ou au sein d’écoles référencées au Répertoire national des certifications professionnelles (RNCP).

Liens utiles vers des publications d’Anne ALMQVIST

Sophrologie : une pratique pour se sentir exister et vivant

La sophrologie repose sur un entraînement du corps et de l’esprit, afin de développer ou de retrouver une forme de sérénité et de bien-être. Outre l’accompagnement par un sophrologue, un exercice personnel est également requis.

Temps de lecture :
Lieu :
5min
Publié le :
7/12/2021
Catégorie :
Les pratiques en MCA

« La sophrologie est souvent définie comme une méthode aidant à gérer le stress, souligne Anne ALMQVIST, sophrologue, directrice de l’École supérieure de sophrologie appliquée (ESSA). Cependant, en fonction de la visée et de la recherche de la personne la pratiquant, il s’agit davantage d’une pédagogie de l’existence ou d’une thérapie existentielle. L’objectif est de se poser dans le monde et d’être acteur de ce monde, de se sentir exister et vivant. » La sophrologie s’adresse principalement aux personnes en souffrance, concernées par le stress, les troubles du sommeil, la dépression, ou encore le burn out.

Les principes fondateurs

Par sa pratique régulière, la sophrologie chercher à permettre à la personne de vivre les phénomènes de vie se présentant à elle. « On s’appuie sur la philosophie de la phénoménologie existentielle, c’est-à-dire qu’en sophrologie, on considère que toute expérience de vie, tout ce qui se présente à soi est un phénomène, et qu’il faut faire l’expérience de tous ces phénomènes sans jugement, sans a priori, explique-t-elle. Il s’agit d’un vrai travail sur la pensée et l’esprit. »

Cette méthode s’appuie sur des principes fondamentaux que le sophrologue doit s’attacher à transmettre à la personne. Tout d’abord, le principe du schéma corporel comme une réalité vécue, ce qui implique d’être attentif à son ressenti, à l’expression de ce que l’on est en train de vivre. Le principe d’action positive amène la personne à développer une attitude positive, à se trouver dans une forme de bienveillance, dans la quête de vivre les choses autrement. Le principe de réalité objective repose sur le fait d’être tenté d’être au plus près de ce que l’on vit, dans l’instant présent. Enfin, le principe d’adaptabilité soutient que la sophrologie s’adapte à tous.

La pratique

Dans la pratique, la sophrologie s’appuie sur la respiration, permettant à la personne d’être dans l’instant. « L’objectif est de s’habituer à ne plus être dans le jugement et à vivre les expériences, les rencontres, les phénomènes, de manière unique à chaque instant », rapporte Anne ALMQVIST.

Pour y parvenir, la personne doit alterner entre des séances avec un sophrologue et un entraînement personnel. « Cette discipline permet de se libérer de pensées parfois anxiogènes, pour être à la rencontre de ce que l’on vit, ajoute-t-elle. On devient alors acteur de sa vie. » En moyenne, un minimum de dix séances sont nécessaires pour constater des effets qui vont varier en fonction de l’engagement personnel de chacun.

Si à l’origine, la sophrologie était cantonnée au milieu médical, elle s’est progressivement ouverte au développement personnel et à des thérapeutes non-médecins, pouvant se former via des Diplômes Universitaires (DU) ou au sein d’écoles référencées au Répertoire national des certifications professionnelles (RNCP).

Liens utiles vers des publications d’Anne ALMQVIST

No items found.

Photo

No items found.

Vidéo

Partenaire

No items found.

Media

No items found.

LA bibliothèque de l'a-mca

No items found.

Pour aller plus loin