Fiche pratique
Pratique acceptée

LA PHYTHOTHÉRAPIE

MCA ACCEPTÉE

Pratiques détenant un cadre réglementaire ou de formation et qui sont largement intégrées dans les centres de soins. Elles sont généralement proposées par des praticiens dont la formation est reconnue et ne comportent pas de risques ou de dérives.

Pratiques détenant un cadre et qui sont largement intégrées :
• La formation est reconnue
• Il n'y a pas de risques spécifiques
• Il n'y a pas de dérives

DEFINITION : Qu'est-ce que cette pratique ?

La phytothérapie consiste en l’utilisation de végétaux. Ces plantes médicinales sont utilisées en tout ou partie (racine, fleurs, feuilles, écorce…) et sous des présentations diverses : séchées, en poudre, sous forme d’extraits concentrés ou d’huiles essentielles pour les plantes aromatiques. Les voies d’administration sont variées : ingestion de gélules, d’infusion ou de décoction, applications cutanées, inhalation ou fumigation.

FORMATION : Quels praticiens la dispensent ?

Il existe des Diplômes Universitaires de Phytoaromathérapie (2 ans pour les professionnels non médicaux débouchant sur une activité limitée à l’information et au conseil, ou 3 ans, ouvrant à la pratique médicale de la phytothérapie, réservée aux médecins, vétérinaires, pharmaciens, sages femmes, dentistes). Il n’existe plus de diplôme d’herboriste reconnu par l’Etat. Les formations dispensées par des organismes privés ne sont donc pas reconnues.

RISQUES : Quels sont ses risques et/ou ses dérives ?

L’utilisation des plantes n’est pas sans risques. Certaines peuvent présenter une certaine toxicité surtout en cas d’utilisation prolongée (au-delà de 3 semaines). Il est important de bien connaître la composition des mélanges ou extraits, et la provenance des plantes. Il faut éviter de les acheter n’importe où : privilégier la pharmacie, la boutique bio ou l’herboristerie accompagné des conseils d'une personne formée.

POUR ALLER PLUS LOIN...

Si l’usage des plantes est familial et quotidien à travers l’utilisation d’aromates dans la cuisine et la consommation de tisanes, et s’il existe de nombreux écrits sur les plantes qui peuvent être utiles pour préserver sa santé, il faut rester prudent dans l'automédication et l'usage à des fins thérapeutiques. Des sorties botaniques permettent d’identifier les plantes et d’en apprendre plus sur leurs propriétés.

Fiche pratique
Pratique acceptée

LA PHYTHOTHÉRAPIE

MCA ACCEPTÉE

Pratiques conventionnelles à visées de soins, rassemblant des méthodes validées par la Haute Autorité de Santé.

Pratiques validées par la Haute Autorité de Santé (HAS) :
• Délimitées par la HAS
• Professionnalisées
• Pleinement intégrées
• Sans risques

DEFINITION : Qu'est-ce que cette pratique ?

La phytothérapie consiste en l’utilisation de végétaux. Ces plantes médicinales sont utilisées en tout ou partie (racine, fleurs, feuilles, écorce…) et sous des présentations diverses : séchées, en poudre, sous forme d’extraits concentrés ou d’huiles essentielles pour les plantes aromatiques. Les voies d’administration sont variées : ingestion de gélules, d’infusion ou de décoction, applications cutanées, inhalation ou fumigation.

FORMATION : Quels praticiens la dispensent ?

Il existe des Diplômes Universitaires de Phytoaromathérapie (2 ans pour les professionnels non médicaux débouchant sur une activité limitée à l’information et au conseil, ou 3 ans, ouvrant à la pratique médicale de la phytothérapie, réservée aux médecins, vétérinaires, pharmaciens, sages femmes, dentistes). Il n’existe plus de diplôme d’herboriste reconnu par l’Etat. Les formations dispensées par des organismes privés ne sont donc pas reconnues.

RISQUES : Quels sont ses risques et/ou ses dérives ?

L’utilisation des plantes n’est pas sans risques. Certaines peuvent présenter une certaine toxicité surtout en cas d’utilisation prolongée (au-delà de 3 semaines). Il est important de bien connaître la composition des mélanges ou extraits, et la provenance des plantes. Il faut éviter de les acheter n’importe où : privilégier la pharmacie, la boutique bio ou l’herboristerie accompagné des conseils d'une personne formée.

POUR ALLER PLUS LOIN...

Si l’usage des plantes est familial et quotidien à travers l’utilisation d’aromates dans la cuisine et la consommation de tisanes, et s’il existe de nombreux écrits sur les plantes qui peuvent être utiles pour préserver sa santé, il faut rester prudent dans l'automédication et l'usage à des fins thérapeutiques. Des sorties botaniques permettent d’identifier les plantes et d’en apprendre plus sur leurs propriétés.

Fiche pratique
Pratique recommandée

LA PHYTHOTHÉRAPIE

MCA ACCEPTÉE

Pratiques conventionnelles à visées de soins, rassemblant des méthodes validées par la Haute Autorité de Santé.

Pratiques validées par la Haute Autorité de Santé (HAS) :
• Délimitées par la HAS
• Professionnalisées
• Pleinement intégrées
• Sans risques

DEFINITION : Qu'est-ce que cette pratique ?

La phytothérapie consiste en l’utilisation de végétaux. Ces plantes médicinales sont utilisées en tout ou partie (racine, fleurs, feuilles, écorce…) et sous des présentations diverses : séchées, en poudre, sous forme d’extraits concentrés ou d’huiles essentielles pour les plantes aromatiques. Les voies d’administration sont variées : ingestion de gélules, d’infusion ou de décoction, applications cutanées, inhalation ou fumigation.

FORMATION : Quels praticiens la dispensent ?

Il existe des Diplômes Universitaires de Phytoaromathérapie (2 ans pour les professionnels non médicaux débouchant sur une activité limitée à l’information et au conseil, ou 3 ans, ouvrant à la pratique médicale de la phytothérapie, réservée aux médecins, vétérinaires, pharmaciens, sages femmes, dentistes). Il n’existe plus de diplôme d’herboriste reconnu par l’Etat. Les formations dispensées par des organismes privés ne sont donc pas reconnues.

RISQUES : Quels sont ses risques et/ou ses dérives ?

L’utilisation des plantes n’est pas sans risques. Certaines peuvent présenter une certaine toxicité surtout en cas d’utilisation prolongée (au-delà de 3 semaines). Il est important de bien connaître la composition des mélanges ou extraits, et la provenance des plantes. Il faut éviter de les acheter n’importe où : privilégier la pharmacie, la boutique bio ou l’herboristerie accompagné des conseils d'une personne formée.

POUR ALLER PLUS LOIN...

Si l’usage des plantes est familial et quotidien à travers l’utilisation d’aromates dans la cuisine et la consommation de tisanes, et s’il existe de nombreux écrits sur les plantes qui peuvent être utiles pour préserver sa santé, il faut rester prudent dans l'automédication et l'usage à des fins thérapeutiques. Des sorties botaniques permettent d’identifier les plantes et d’en apprendre plus sur leurs propriétés.

Fiche pratique
Pratique Tolérée

LA PHYTHOTHÉRAPIE

MCA ACCEPTÉE

Pratiques ne détenant pas de cadre, qui sont rarement intégrées et dont la formation n'est pas reconnue.

Pratiques ne détenant pas de cadre et qui sont rarement intégrées.
• La formation n'est pas reconnue
• Il n'y a des risques potentiels
• Les dérives sont involontaires

DEFINITION : Qu'est-ce que cette pratique ?

La phytothérapie consiste en l’utilisation de végétaux. Ces plantes médicinales sont utilisées en tout ou partie (racine, fleurs, feuilles, écorce…) et sous des présentations diverses : séchées, en poudre, sous forme d’extraits concentrés ou d’huiles essentielles pour les plantes aromatiques. Les voies d’administration sont variées : ingestion de gélules, d’infusion ou de décoction, applications cutanées, inhalation ou fumigation.

FORMATION : Quels praticiens la dispensent ?

Il existe des Diplômes Universitaires de Phytoaromathérapie (2 ans pour les professionnels non médicaux débouchant sur une activité limitée à l’information et au conseil, ou 3 ans, ouvrant à la pratique médicale de la phytothérapie, réservée aux médecins, vétérinaires, pharmaciens, sages femmes, dentistes). Il n’existe plus de diplôme d’herboriste reconnu par l’Etat. Les formations dispensées par des organismes privés ne sont donc pas reconnues.

RISQUES : Quels sont ses risques et/ou ses dérives ?

L’utilisation des plantes n’est pas sans risques. Certaines peuvent présenter une certaine toxicité surtout en cas d’utilisation prolongée (au-delà de 3 semaines). Il est important de bien connaître la composition des mélanges ou extraits, et la provenance des plantes. Il faut éviter de les acheter n’importe où : privilégier la pharmacie, la boutique bio ou l’herboristerie accompagné des conseils d'une personne formée.

POUR ALLER PLUS LOIN...

Si l’usage des plantes est familial et quotidien à travers l’utilisation d’aromates dans la cuisine et la consommation de tisanes, et s’il existe de nombreux écrits sur les plantes qui peuvent être utiles pour préserver sa santé, il faut rester prudent dans l'automédication et l'usage à des fins thérapeutiques. Des sorties botaniques permettent d’identifier les plantes et d’en apprendre plus sur leurs propriétés.

LA PHYTHOTHÉRAPIE

MCA ACCEPTÉE
MCA ACCEPTÉE
MCA ACCEPTÉE
MCA ACCEPTÉE

Fiche verte : MCA ACCEPTÉE Pratiques détenant un cadre réglementaire ou de formation et qui sont largement intégrées dans les centres de soins. Elles sont généralement proposées par des praticiens dont la formation est reconnue et ne comportent pas de risques ou de dérives

Temps de lecture :
Lieu :
5min
Publié le :
Catégorie :

Cette fiche d’information n’a pas de visée thérapeutique. Les MCA s’inscrivent dans le champ du bien-être et ne peuvent pas guérir. Tout praticien est tenu de vous orienter vers un médecin lorsque les symptômes nécessitent un diagnostic ou lorsque le motif de consultation dépasse son champ de compétences. Quelle que soit la pratique, il est recommandé de rester vigilant devant tout comportement ou discours inadapté.

DEFINITION : Qu'est-ce que cette pratique ?

La phytothérapie consiste en l’utilisation de végétaux. Ces plantes médicinales sont utilisées en tout ou partie (racine, fleurs, feuilles, écorce…) et sous des présentations diverses : séchées, en poudre, sous forme d’extraits concentrés ou d’huiles essentielles pour les plantes aromatiques. Les voies d’administration sont variées : ingestion de gélules, d’infusion ou de décoction, applications cutanées, inhalation ou fumigation.

FORMATION : Quels praticiens la dispensent ?

Il existe des Diplômes Universitaires de Phytoaromathérapie (2 ans pour les professionnels non médicaux débouchant sur une activité limitée à l’information et au conseil, ou 3 ans, ouvrant à la pratique médicale de la phytothérapie, réservée aux médecins, vétérinaires, pharmaciens, sages femmes, dentistes). Il n’existe plus de diplôme d’herboriste reconnu par l’Etat. Les formations dispensées par des organismes privés ne sont donc pas reconnues.

RISQUES : Quels sont ses risques et/ou ses dérives ?

L’utilisation des plantes n’est pas sans risques. Certaines peuvent présenter une certaine toxicité surtout en cas d’utilisation prolongée (au-delà de 3 semaines). Il est important de bien connaître la composition des mélanges ou extraits, et la provenance des plantes. Il faut éviter de les acheter n’importe où : privilégier la pharmacie, la boutique bio ou l’herboristerie accompagné des conseils d'une personne formée.

POUR ALLER PLUS LOIN...

Si l’usage des plantes est familial et quotidien à travers l’utilisation d’aromates dans la cuisine et la consommation de tisanes, et s’il existe de nombreux écrits sur les plantes qui peuvent être utiles pour préserver sa santé, il faut rester prudent dans l'automédication et l'usage à des fins thérapeutiques. Des sorties botaniques permettent d’identifier les plantes et d’en apprendre plus sur leurs propriétés.

No items found.

Photo

No items found.

Vidéo

Partenaire

No items found.

Media

No items found.

LA bibliothèque de l'a-mca

No items found.

Pour aller plus loin