Fiche pratique
Pratique acceptée

Naturopathie

MCA TOLÉRÉE

Pratiques détenant un cadre réglementaire ou de formation et qui sont largement intégrées dans les centres de soins. Elles sont généralement proposées par des praticiens dont la formation est reconnue et ne comportent pas de risques ou de dérives.

Pratiques détenant un cadre et qui sont largement intégrées :
• La formation est reconnue
• Il n'y a pas de risques spécifiques
• Il n'y a pas de dérives

DEFINITION : Qu'est-ce qu'est cette pratique ?

La naturopathie tend à un fonctionnement respectueux de la physiologie humaine, via un bilan de vitalité et un programme d’hygiène de vie individuel basé sur 3 piliers : nutrition, gestion émotionnelle et activité physique, ainsi que sur plusieurs techniques : hydrologie, phytologie, compléments alimentaires, massages bien- être ou techniques respiratoires. Elle se décline souvent en 2 phases : La détoxification (retrouver un fonctionnement optimal en éliminant les toxines par la stimulation des organes de nettoyage) et la revitalisation (retrouver énergie et qualité de vie).

FORMATION : Quels praticiens la dispensent ?

Le titre de « Conseiller.e en naturopathie », inscrit au RNCP, est en général délivré par des organismes de formation privés garantissant le socle de connaissances minimal nécessaire pour être un éducateur de santé, mais de nombreuses formations non reconnues conduisent à la disparité des qualifications. Pour s’informer, il est possible de s’adresser au Syndicat des professionnels de la naturopathie (SPN) à la Fédération française de Naturopathie (FENA).

RISQUES : Quels sont ses risques et/ou ses dérives ?

Depuis 1983, la naturopathie a été intégrée aux services de santé de l’OMS. Pour autant, elle reste une profession non réglementée en France. La diversité des formations peut ainsi conduire à un manque de compétences, notamment dans le cadre de l’accompagnement de personnes fragiles. L’absence d’écoute empathique, d’analyse de pratique régulière et de supervision professionnelle peuvent entraîner un non-respect de la personne et de son environnement de soin et doit alors inciter à s’adresser à un autre professionnel. La naturopathie ne doit pas être substituée à un accompagnement médical, ni donner lieu à la moindre pratique ésotérique.

À SAVOIR !

Toute prise en charge en naturopathie devrait faire l’objet d’un bilan individuel complet par un praticien confirmé, qui doit se positionner dans une dynamique complémentaire au suivi médical existant.

La naturopathie s’appuie sur des principes scientifiques (biologiques ou écologiques) permettant de restaurer le « capital santé » de chacun.

Fiche pratique
Pratique acceptée

Naturopathie

MCA TOLÉRÉE

Pratiques conventionnelles à visées de soins, rassemblant des méthodes validées par la Haute Autorité de Santé.

Pratiques validées par la Haute Autorité de Santé (HAS) :
• Délimitées par la HAS
• Professionnalisées
• Pleinement intégrées
• Sans risques

DEFINITION : Qu'est-ce qu'est cette pratique ?

La naturopathie tend à un fonctionnement respectueux de la physiologie humaine, via un bilan de vitalité et un programme d’hygiène de vie individuel basé sur 3 piliers : nutrition, gestion émotionnelle et activité physique, ainsi que sur plusieurs techniques : hydrologie, phytologie, compléments alimentaires, massages bien- être ou techniques respiratoires. Elle se décline souvent en 2 phases : La détoxification (retrouver un fonctionnement optimal en éliminant les toxines par la stimulation des organes de nettoyage) et la revitalisation (retrouver énergie et qualité de vie).

FORMATION : Quels praticiens la dispensent ?

Le titre de « Conseiller.e en naturopathie », inscrit au RNCP, est en général délivré par des organismes de formation privés garantissant le socle de connaissances minimal nécessaire pour être un éducateur de santé, mais de nombreuses formations non reconnues conduisent à la disparité des qualifications. Pour s’informer, il est possible de s’adresser au Syndicat des professionnels de la naturopathie (SPN) à la Fédération française de Naturopathie (FENA).

RISQUES : Quels sont ses risques et/ou ses dérives ?

Depuis 1983, la naturopathie a été intégrée aux services de santé de l’OMS. Pour autant, elle reste une profession non réglementée en France. La diversité des formations peut ainsi conduire à un manque de compétences, notamment dans le cadre de l’accompagnement de personnes fragiles. L’absence d’écoute empathique, d’analyse de pratique régulière et de supervision professionnelle peuvent entraîner un non-respect de la personne et de son environnement de soin et doit alors inciter à s’adresser à un autre professionnel. La naturopathie ne doit pas être substituée à un accompagnement médical, ni donner lieu à la moindre pratique ésotérique.

À SAVOIR !

Toute prise en charge en naturopathie devrait faire l’objet d’un bilan individuel complet par un praticien confirmé, qui doit se positionner dans une dynamique complémentaire au suivi médical existant.

La naturopathie s’appuie sur des principes scientifiques (biologiques ou écologiques) permettant de restaurer le « capital santé » de chacun.

Fiche pratique
Pratique recommandée

Naturopathie

MCA TOLÉRÉE

Pratiques conventionnelles à visées de soins, rassemblant des méthodes validées par la Haute Autorité de Santé.

Pratiques validées par la Haute Autorité de Santé (HAS) :
• Délimitées par la HAS
• Professionnalisées
• Pleinement intégrées
• Sans risques

DEFINITION : Qu'est-ce qu'est cette pratique ?

La naturopathie tend à un fonctionnement respectueux de la physiologie humaine, via un bilan de vitalité et un programme d’hygiène de vie individuel basé sur 3 piliers : nutrition, gestion émotionnelle et activité physique, ainsi que sur plusieurs techniques : hydrologie, phytologie, compléments alimentaires, massages bien- être ou techniques respiratoires. Elle se décline souvent en 2 phases : La détoxification (retrouver un fonctionnement optimal en éliminant les toxines par la stimulation des organes de nettoyage) et la revitalisation (retrouver énergie et qualité de vie).

FORMATION : Quels praticiens la dispensent ?

Le titre de « Conseiller.e en naturopathie », inscrit au RNCP, est en général délivré par des organismes de formation privés garantissant le socle de connaissances minimal nécessaire pour être un éducateur de santé, mais de nombreuses formations non reconnues conduisent à la disparité des qualifications. Pour s’informer, il est possible de s’adresser au Syndicat des professionnels de la naturopathie (SPN) à la Fédération française de Naturopathie (FENA).

RISQUES : Quels sont ses risques et/ou ses dérives ?

Depuis 1983, la naturopathie a été intégrée aux services de santé de l’OMS. Pour autant, elle reste une profession non réglementée en France. La diversité des formations peut ainsi conduire à un manque de compétences, notamment dans le cadre de l’accompagnement de personnes fragiles. L’absence d’écoute empathique, d’analyse de pratique régulière et de supervision professionnelle peuvent entraîner un non-respect de la personne et de son environnement de soin et doit alors inciter à s’adresser à un autre professionnel. La naturopathie ne doit pas être substituée à un accompagnement médical, ni donner lieu à la moindre pratique ésotérique.

À SAVOIR !

Toute prise en charge en naturopathie devrait faire l’objet d’un bilan individuel complet par un praticien confirmé, qui doit se positionner dans une dynamique complémentaire au suivi médical existant.

La naturopathie s’appuie sur des principes scientifiques (biologiques ou écologiques) permettant de restaurer le « capital santé » de chacun.

Fiche pratique
Pratique Tolérée

Naturopathie

MCA TOLÉRÉE

Pratiques ne détenant pas de cadre, qui sont rarement intégrées et dont la formation n'est pas reconnue.

Pratiques ne détenant pas de cadre et qui sont rarement intégrées.
• La formation n'est pas reconnue
• Il n'y a des risques potentiels
• Les dérives sont involontaires

DEFINITION : Qu'est-ce qu'est cette pratique ?

La naturopathie tend à un fonctionnement respectueux de la physiologie humaine, via un bilan de vitalité et un programme d’hygiène de vie individuel basé sur 3 piliers : nutrition, gestion émotionnelle et activité physique, ainsi que sur plusieurs techniques : hydrologie, phytologie, compléments alimentaires, massages bien- être ou techniques respiratoires. Elle se décline souvent en 2 phases : La détoxification (retrouver un fonctionnement optimal en éliminant les toxines par la stimulation des organes de nettoyage) et la revitalisation (retrouver énergie et qualité de vie).

FORMATION : Quels praticiens la dispensent ?

Le titre de « Conseiller.e en naturopathie », inscrit au RNCP, est en général délivré par des organismes de formation privés garantissant le socle de connaissances minimal nécessaire pour être un éducateur de santé, mais de nombreuses formations non reconnues conduisent à la disparité des qualifications. Pour s’informer, il est possible de s’adresser au Syndicat des professionnels de la naturopathie (SPN) à la Fédération française de Naturopathie (FENA).

RISQUES : Quels sont ses risques et/ou ses dérives ?

Depuis 1983, la naturopathie a été intégrée aux services de santé de l’OMS. Pour autant, elle reste une profession non réglementée en France. La diversité des formations peut ainsi conduire à un manque de compétences, notamment dans le cadre de l’accompagnement de personnes fragiles. L’absence d’écoute empathique, d’analyse de pratique régulière et de supervision professionnelle peuvent entraîner un non-respect de la personne et de son environnement de soin et doit alors inciter à s’adresser à un autre professionnel. La naturopathie ne doit pas être substituée à un accompagnement médical, ni donner lieu à la moindre pratique ésotérique.

À SAVOIR !

Toute prise en charge en naturopathie devrait faire l’objet d’un bilan individuel complet par un praticien confirmé, qui doit se positionner dans une dynamique complémentaire au suivi médical existant.

La naturopathie s’appuie sur des principes scientifiques (biologiques ou écologiques) permettant de restaurer le « capital santé » de chacun.

Naturopathie

MCA TOLÉRÉE
MCA TOLÉRÉE
MCA TOLÉRÉE
MCA TOLÉRÉE
Temps de lecture :
Lieu :
Publié le :
Catégorie :

DEFINITION : Qu'est-ce qu'est cette pratique ?

La naturopathie tend à un fonctionnement respectueux de la physiologie humaine, via un bilan de vitalité et un programme d’hygiène de vie individuel basé sur 3 piliers : nutrition, gestion émotionnelle et activité physique, ainsi que sur plusieurs techniques : hydrologie, phytologie, compléments alimentaires, massages bien- être ou techniques respiratoires. Elle se décline souvent en 2 phases : La détoxification (retrouver un fonctionnement optimal en éliminant les toxines par la stimulation des organes de nettoyage) et la revitalisation (retrouver énergie et qualité de vie).

FORMATION : Quels praticiens la dispensent ?

Le titre de « Conseiller.e en naturopathie », inscrit au RNCP, est en général délivré par des organismes de formation privés garantissant le socle de connaissances minimal nécessaire pour être un éducateur de santé, mais de nombreuses formations non reconnues conduisent à la disparité des qualifications. Pour s’informer, il est possible de s’adresser au Syndicat des professionnels de la naturopathie (SPN) à la Fédération française de Naturopathie (FENA).

RISQUES : Quels sont ses risques et/ou ses dérives ?

Depuis 1983, la naturopathie a été intégrée aux services de santé de l’OMS. Pour autant, elle reste une profession non réglementée en France. La diversité des formations peut ainsi conduire à un manque de compétences, notamment dans le cadre de l’accompagnement de personnes fragiles. L’absence d’écoute empathique, d’analyse de pratique régulière et de supervision professionnelle peuvent entraîner un non-respect de la personne et de son environnement de soin et doit alors inciter à s’adresser à un autre professionnel. La naturopathie ne doit pas être substituée à un accompagnement médical, ni donner lieu à la moindre pratique ésotérique.

À SAVOIR !

Toute prise en charge en naturopathie devrait faire l’objet d’un bilan individuel complet par un praticien confirmé, qui doit se positionner dans une dynamique complémentaire au suivi médical existant.

La naturopathie s’appuie sur des principes scientifiques (biologiques ou écologiques) permettant de restaurer le « capital santé » de chacun.

No items found.

Photo

No items found.

Vidéo

Partenaire

No items found.

Media

No items found.

LA bibliothèque de l'a-mca

No items found.

Pour aller plus loin