Fiche pratique
Pratique acceptée

Santé et habitat : l’A-MCA porte un sondage avec les ESH et l’IFOP

Pratiques détenant un cadre réglementaire ou de formation et qui sont largement intégrées dans les centres de soins. Elles sont généralement proposées par des praticiens dont la formation est reconnue et ne comportent pas de risques ou de dérives.

Pratiques détenant un cadre et qui sont largement intégrées :
• La formation est reconnue
• Il n'y a pas de risques spécifiques
• Il n'y a pas de dérives

Le contexte sociétal

Dans un contexte d’élections présidentielles, les Français ont fait savoir que la santé était un enjeu prioritaire de leur quotidien. L’A-MCA a donc décidé de proposer un sondage tendant à explorer la santé au sens de la définition de l’OMS, intégrant à la fois les dimensions du « cure » c’est-à-dire les attentes en matière de prise en charge médicale, et celles liées au « care », portant davantage sur les modes de vie, la prévention, le bien-être ou encore la qualité de vie. Ce sondage doit aussi permettre de saisir les différences d’appréhension et de représentation de la santé, de la prévention et de l’utilisation des médecines complémentaires et alternatives selon les catégories sociales.

La finalité est donc de tirer les leçons de la crise sanitaire, de dégager une vision de la prévention en santé, de renforcer la notion du « prendre soin » tout en positionnant les habitants comme acteurs de leur santé. Ce sondage vise à s’intéresser concrètement à leurs modes de vie, à leur bien-être et à leur qualité de vie, à considérer la diversité de leurs orientations en santé, à explorer les freins et les leviers d’accès à l’information et aux services de santé, et à saisir en quoi le logement et l’habitat sont, pour ces populations, des leviers de santé.

Orientations du sondage  

Ce sondage se veut constituer un repère sociétal et institutionnel, permettant d’orienter et/ou de prioriser des actions, au regard des attentes et des réalités des citoyens et d’interpeller sur le rôle des acteurs du logement dans la santé.

Constitué d’une vingtaine de questions, il explore les liens entre la vie quotidienne et la santé en investiguant six thèmes principaux, tous associés à un objectif :  

  • les usages : identifier les représentations, les attentes et les priorités des Français en santé ;
  • la prévention: évaluer la place et l’importance de la prévention en santé ;
  • le bien-être: s’intéresser à leurs modes de vie, à leur bien-être et leur qualité de vie ;
  • l’habitat : comprendre en quoi le logement et l’habitat jouent sur la santé de chacun ;
  • l’accès : explorer l’accès à l’information et aux services de santé de proximité ;
  • les MCA : déterminer leur intérêt et leurs orientations envers les pratiques complémentaires.

Outre l’A-MCA et les ESH, ce sondage implique également l’IFOP, organisme d’expertise des enquêtes sociétales. Les résultats de ce sondage donneront lieu à un rapport d’analyse qui sera présenté au moment de l’AG des ESH au courant du mois de juin.  

Résultats du sondage mené par l’A-MCA et les ESH sur les attentes des locataires en HLM

Dans le cadre d’un partenariat liant l’A-MCA et la Fédération des Entreprises sociales pour l’habitat (ESH), un sondage a été mené, afin de mieux comprendre les attentes, les usages et les priorités des locataires en HLM en matière de santé. En voici les principaux enseignements.

Ce sondage « Santé et habitat social : prévention, santé, qualité de vie et accompagnement », a permis d’interroger 2 005 personnes âgées de plus de 18 ans, entre le 25 mars et le 4 avril, soit 1 006 locataires en logements privés et 999 locataires en logements sociaux.  

Bien-être et logement

Pour les deux catégories de répondants, les deux points fondamentaux que doit présenter leur logement pour qu’ils s’y sentent bien sont la luminosité (79 % privés et 81 % sociaux) et la superficie (76 % pour les deux). Cependant, seulement 53 % des locataires (privés et sociaux) affirment que leur besoin d’isolation thermique est assuré par le logement. De même que seulement 42 % des locataires sociaux affirment avoir une isolation sonore correcte contre 60 % des locataires privés.

Pour la majorité des locataires privés comme sociaux, le sentiment que leur logement est adapté à leur santé est acquis (84 % privés et 78 % sociaux). Il en est de même pour les besoins du quotidien (87 %et 80 %) puis, le mode de vie (86 et 79 %). Pour les deux groupes, le logement a plus d’impacts positifs que négatifs sur la santé. Toutefois, les impacts positifs sur la santé morale, la vie sociale et la santé physique sont acquis pour plus de 50 % des locataires privés (57 %, 52 % et 51 %) contre seulement 43 %, 40 % et 41 % chez les locataires des parcs sociaux. Cette satisfaction n’empêche pas pour autant les attentes. Les locataires privés souhaiteraient un logement plus adapté à leurs besoins (ex. : superficie, accès, etc.) (30 %). Pour les locataires sociaux, la première attente est également d’avoir un logement plus adapté à leurs besoins (34 %), suivi d’une envie de se sentir plus en sécurité dans le logement ou le quartier.

Santé, prévention et mode de vie

Seulement 56 % des locataires privés et 46 % des locataires en logements sociaux se sentent en bonne santé. Parmi les raisons d’une mauvaise santé : le stress (33 % privés, 37 % sociaux), la fragilité (22 %, 29 %) et la dépression (15 %,19 %).  

Si la majorité d’entre eux s’estiment bien accompagnés lors d’un problème de santé (75 %, 67 %), il est tout de même important de constater que seulement environ 20 % s’estiment tout à fait bien accompagnés, contre environ 50 % plutôt bien accompagnés. Au cours des deux dernières années, environ 70 % des participants ou un des habitants de leur logement ont dû faire face à au moins une difficulté : souffrances psychologiques (39 % privés, 44 % sociaux), difficultés hors Covid-19 (34 %, 40 %) puis, difficultés liées à la Covid-19 (36 %, 39 %).

Pour la majorité des locataires, la prévention en santé est un enjeu de santé publique (87 %, 88 %). Pourtant, quasiment 50 % des réponses étaient « oui, plutôt », contre environ 30 % de « oui, tout à fait ».

Le sentiment que le mode de vie agit sur la santé est globalement acté (77 %et 69 %). Toutefois, comme pour l’item précédent, seulement 16 % (sociaux) et 20 % (privés) considèrent ce sentiment fort. Ils sont 50 % à ressentir le besoin d’être informés ou conseillés sur la prévention et les modes de vie en santé (diététique, sport, hygiène de vie, sommeil, postures, etc.).

La connaissance des MCA

Par ailleurs, un peu moins de la moitié des habitants (45 % privés et 38 % parcs sociaux) ont déjà entendu le terme de MCA. Environ la moitié des participants pensent que les MCA contribuent à la prévention et au bien-être (51 % privés et 45 % sociaux). Parmi les usagers, les principales MCA utilisées sont l’ostéopathie (32 % privés, 30 % sociaux), l’homéopathie (21 %et 19 %), l’acupuncture (13 % et 14 %), l’hypnose (13 % pour les deux groupes) suivie de la phytothérapie (11 % et 12 %). Les fréquences d’utilisation sont majoritairement occasionnelles, soit « tous les trimestres ou plus » (47 % privés et 44 % sociaux), suivies d’utilisations régulières, soit « 1 fois par mois ou plus » (29 % et 35 %) puis, d’utilisations exceptionnelles, à savoir « 1 fois par an » (24 % et 21 %).  

La principale raison d’utilisation a pour but de réduire un ou plusieurs symptômes tels que le fatigue ou la douleur (78 % pour les deux groupes). L’utilisation en vue du bien-être ou du plaisir oscille entre 40 % et 46 %. Enfin, l’utilisation comme prévention, arrive en troisième position (29 %et 35 %). Le non-recours se justifie principalement par le manque d’accès aux pratiques, celui-ci à cause d’un manque d’information, du coût élevé des pratiques ou encore de l’éloignement par rapport aux praticiens. Plus de 70 % des locataires souhaiteraient que les MCA soient remboursées ou mieux remboursées par leur mutuelle.  

Des pistes d’actions

Grâce aux différentes observations issues du sondage, l’A-MCA a suggéré différentes pistes de réflexion et de travail. Parmi elles, la mise en place de rencontres de quartiers, au minimum, trimestrielles, incluant des professionnels de santé locaux, mais également des praticiens diplômés de MCA, permettant ainsi de favoriser les rencontres/échanges avec les citoyens à proximité de leur logement. Les actions à mener devraient permettre d’appuyer l’importance de la prévention en santé ; d’établir un lien plus marqué entre le mode de vie et la qualité de vie perçue ; de démocratiser le sujet des MCA ; de diffuser les connaissances actuelles sur chacune d’entre elles ; de communiquer davantage sur le lien entre les MCA et la prévention en santé.  

Différentes actions pourraient être proposées telles que des ateliers de prévention, (atelier diététique, sport adapté, relaxation, sophrologie, etc.) ; des conférences à thématiques sur la prévention en santé (bien manger, bien bouger, MCA et prévention, etc.) ou encore, des outils clairs d’information sur la prévention et les MCA, facilement accessibles (fiches pratiques, ouvrages grand public, guide, articles à thématiques, etc.).

Fiche pratique
Pratique acceptée

Santé et habitat : l’A-MCA porte un sondage avec les ESH et l’IFOP

Pratiques conventionnelles à visées de soins, rassemblant des méthodes validées par la Haute Autorité de Santé.

Pratiques validées par la Haute Autorité de Santé (HAS) :
• Délimitées par la HAS
• Professionnalisées
• Pleinement intégrées
• Sans risques

Le contexte sociétal

Dans un contexte d’élections présidentielles, les Français ont fait savoir que la santé était un enjeu prioritaire de leur quotidien. L’A-MCA a donc décidé de proposer un sondage tendant à explorer la santé au sens de la définition de l’OMS, intégrant à la fois les dimensions du « cure » c’est-à-dire les attentes en matière de prise en charge médicale, et celles liées au « care », portant davantage sur les modes de vie, la prévention, le bien-être ou encore la qualité de vie. Ce sondage doit aussi permettre de saisir les différences d’appréhension et de représentation de la santé, de la prévention et de l’utilisation des médecines complémentaires et alternatives selon les catégories sociales.

La finalité est donc de tirer les leçons de la crise sanitaire, de dégager une vision de la prévention en santé, de renforcer la notion du « prendre soin » tout en positionnant les habitants comme acteurs de leur santé. Ce sondage vise à s’intéresser concrètement à leurs modes de vie, à leur bien-être et à leur qualité de vie, à considérer la diversité de leurs orientations en santé, à explorer les freins et les leviers d’accès à l’information et aux services de santé, et à saisir en quoi le logement et l’habitat sont, pour ces populations, des leviers de santé.

Orientations du sondage  

Ce sondage se veut constituer un repère sociétal et institutionnel, permettant d’orienter et/ou de prioriser des actions, au regard des attentes et des réalités des citoyens et d’interpeller sur le rôle des acteurs du logement dans la santé.

Constitué d’une vingtaine de questions, il explore les liens entre la vie quotidienne et la santé en investiguant six thèmes principaux, tous associés à un objectif :  

  • les usages : identifier les représentations, les attentes et les priorités des Français en santé ;
  • la prévention: évaluer la place et l’importance de la prévention en santé ;
  • le bien-être: s’intéresser à leurs modes de vie, à leur bien-être et leur qualité de vie ;
  • l’habitat : comprendre en quoi le logement et l’habitat jouent sur la santé de chacun ;
  • l’accès : explorer l’accès à l’information et aux services de santé de proximité ;
  • les MCA : déterminer leur intérêt et leurs orientations envers les pratiques complémentaires.

Outre l’A-MCA et les ESH, ce sondage implique également l’IFOP, organisme d’expertise des enquêtes sociétales. Les résultats de ce sondage donneront lieu à un rapport d’analyse qui sera présenté au moment de l’AG des ESH au courant du mois de juin.  

Résultats du sondage mené par l’A-MCA et les ESH sur les attentes des locataires en HLM

Dans le cadre d’un partenariat liant l’A-MCA et la Fédération des Entreprises sociales pour l’habitat (ESH), un sondage a été mené, afin de mieux comprendre les attentes, les usages et les priorités des locataires en HLM en matière de santé. En voici les principaux enseignements.

Ce sondage « Santé et habitat social : prévention, santé, qualité de vie et accompagnement », a permis d’interroger 2 005 personnes âgées de plus de 18 ans, entre le 25 mars et le 4 avril, soit 1 006 locataires en logements privés et 999 locataires en logements sociaux.  

Bien-être et logement

Pour les deux catégories de répondants, les deux points fondamentaux que doit présenter leur logement pour qu’ils s’y sentent bien sont la luminosité (79 % privés et 81 % sociaux) et la superficie (76 % pour les deux). Cependant, seulement 53 % des locataires (privés et sociaux) affirment que leur besoin d’isolation thermique est assuré par le logement. De même que seulement 42 % des locataires sociaux affirment avoir une isolation sonore correcte contre 60 % des locataires privés.

Pour la majorité des locataires privés comme sociaux, le sentiment que leur logement est adapté à leur santé est acquis (84 % privés et 78 % sociaux). Il en est de même pour les besoins du quotidien (87 %et 80 %) puis, le mode de vie (86 et 79 %). Pour les deux groupes, le logement a plus d’impacts positifs que négatifs sur la santé. Toutefois, les impacts positifs sur la santé morale, la vie sociale et la santé physique sont acquis pour plus de 50 % des locataires privés (57 %, 52 % et 51 %) contre seulement 43 %, 40 % et 41 % chez les locataires des parcs sociaux. Cette satisfaction n’empêche pas pour autant les attentes. Les locataires privés souhaiteraient un logement plus adapté à leurs besoins (ex. : superficie, accès, etc.) (30 %). Pour les locataires sociaux, la première attente est également d’avoir un logement plus adapté à leurs besoins (34 %), suivi d’une envie de se sentir plus en sécurité dans le logement ou le quartier.

Santé, prévention et mode de vie

Seulement 56 % des locataires privés et 46 % des locataires en logements sociaux se sentent en bonne santé. Parmi les raisons d’une mauvaise santé : le stress (33 % privés, 37 % sociaux), la fragilité (22 %, 29 %) et la dépression (15 %,19 %).  

Si la majorité d’entre eux s’estiment bien accompagnés lors d’un problème de santé (75 %, 67 %), il est tout de même important de constater que seulement environ 20 % s’estiment tout à fait bien accompagnés, contre environ 50 % plutôt bien accompagnés. Au cours des deux dernières années, environ 70 % des participants ou un des habitants de leur logement ont dû faire face à au moins une difficulté : souffrances psychologiques (39 % privés, 44 % sociaux), difficultés hors Covid-19 (34 %, 40 %) puis, difficultés liées à la Covid-19 (36 %, 39 %).

Pour la majorité des locataires, la prévention en santé est un enjeu de santé publique (87 %, 88 %). Pourtant, quasiment 50 % des réponses étaient « oui, plutôt », contre environ 30 % de « oui, tout à fait ».

Le sentiment que le mode de vie agit sur la santé est globalement acté (77 %et 69 %). Toutefois, comme pour l’item précédent, seulement 16 % (sociaux) et 20 % (privés) considèrent ce sentiment fort. Ils sont 50 % à ressentir le besoin d’être informés ou conseillés sur la prévention et les modes de vie en santé (diététique, sport, hygiène de vie, sommeil, postures, etc.).

La connaissance des MCA

Par ailleurs, un peu moins de la moitié des habitants (45 % privés et 38 % parcs sociaux) ont déjà entendu le terme de MCA. Environ la moitié des participants pensent que les MCA contribuent à la prévention et au bien-être (51 % privés et 45 % sociaux). Parmi les usagers, les principales MCA utilisées sont l’ostéopathie (32 % privés, 30 % sociaux), l’homéopathie (21 %et 19 %), l’acupuncture (13 % et 14 %), l’hypnose (13 % pour les deux groupes) suivie de la phytothérapie (11 % et 12 %). Les fréquences d’utilisation sont majoritairement occasionnelles, soit « tous les trimestres ou plus » (47 % privés et 44 % sociaux), suivies d’utilisations régulières, soit « 1 fois par mois ou plus » (29 % et 35 %) puis, d’utilisations exceptionnelles, à savoir « 1 fois par an » (24 % et 21 %).  

La principale raison d’utilisation a pour but de réduire un ou plusieurs symptômes tels que le fatigue ou la douleur (78 % pour les deux groupes). L’utilisation en vue du bien-être ou du plaisir oscille entre 40 % et 46 %. Enfin, l’utilisation comme prévention, arrive en troisième position (29 %et 35 %). Le non-recours se justifie principalement par le manque d’accès aux pratiques, celui-ci à cause d’un manque d’information, du coût élevé des pratiques ou encore de l’éloignement par rapport aux praticiens. Plus de 70 % des locataires souhaiteraient que les MCA soient remboursées ou mieux remboursées par leur mutuelle.  

Des pistes d’actions

Grâce aux différentes observations issues du sondage, l’A-MCA a suggéré différentes pistes de réflexion et de travail. Parmi elles, la mise en place de rencontres de quartiers, au minimum, trimestrielles, incluant des professionnels de santé locaux, mais également des praticiens diplômés de MCA, permettant ainsi de favoriser les rencontres/échanges avec les citoyens à proximité de leur logement. Les actions à mener devraient permettre d’appuyer l’importance de la prévention en santé ; d’établir un lien plus marqué entre le mode de vie et la qualité de vie perçue ; de démocratiser le sujet des MCA ; de diffuser les connaissances actuelles sur chacune d’entre elles ; de communiquer davantage sur le lien entre les MCA et la prévention en santé.  

Différentes actions pourraient être proposées telles que des ateliers de prévention, (atelier diététique, sport adapté, relaxation, sophrologie, etc.) ; des conférences à thématiques sur la prévention en santé (bien manger, bien bouger, MCA et prévention, etc.) ou encore, des outils clairs d’information sur la prévention et les MCA, facilement accessibles (fiches pratiques, ouvrages grand public, guide, articles à thématiques, etc.).

Fiche pratique
Pratique recommandée

Santé et habitat : l’A-MCA porte un sondage avec les ESH et l’IFOP

Pratiques conventionnelles à visées de soins, rassemblant des méthodes validées par la Haute Autorité de Santé.

Pratiques validées par la Haute Autorité de Santé (HAS) :
• Délimitées par la HAS
• Professionnalisées
• Pleinement intégrées
• Sans risques

Le contexte sociétal

Dans un contexte d’élections présidentielles, les Français ont fait savoir que la santé était un enjeu prioritaire de leur quotidien. L’A-MCA a donc décidé de proposer un sondage tendant à explorer la santé au sens de la définition de l’OMS, intégrant à la fois les dimensions du « cure » c’est-à-dire les attentes en matière de prise en charge médicale, et celles liées au « care », portant davantage sur les modes de vie, la prévention, le bien-être ou encore la qualité de vie. Ce sondage doit aussi permettre de saisir les différences d’appréhension et de représentation de la santé, de la prévention et de l’utilisation des médecines complémentaires et alternatives selon les catégories sociales.

La finalité est donc de tirer les leçons de la crise sanitaire, de dégager une vision de la prévention en santé, de renforcer la notion du « prendre soin » tout en positionnant les habitants comme acteurs de leur santé. Ce sondage vise à s’intéresser concrètement à leurs modes de vie, à leur bien-être et à leur qualité de vie, à considérer la diversité de leurs orientations en santé, à explorer les freins et les leviers d’accès à l’information et aux services de santé, et à saisir en quoi le logement et l’habitat sont, pour ces populations, des leviers de santé.

Orientations du sondage  

Ce sondage se veut constituer un repère sociétal et institutionnel, permettant d’orienter et/ou de prioriser des actions, au regard des attentes et des réalités des citoyens et d’interpeller sur le rôle des acteurs du logement dans la santé.

Constitué d’une vingtaine de questions, il explore les liens entre la vie quotidienne et la santé en investiguant six thèmes principaux, tous associés à un objectif :  

  • les usages : identifier les représentations, les attentes et les priorités des Français en santé ;
  • la prévention: évaluer la place et l’importance de la prévention en santé ;
  • le bien-être: s’intéresser à leurs modes de vie, à leur bien-être et leur qualité de vie ;
  • l’habitat : comprendre en quoi le logement et l’habitat jouent sur la santé de chacun ;
  • l’accès : explorer l’accès à l’information et aux services de santé de proximité ;
  • les MCA : déterminer leur intérêt et leurs orientations envers les pratiques complémentaires.

Outre l’A-MCA et les ESH, ce sondage implique également l’IFOP, organisme d’expertise des enquêtes sociétales. Les résultats de ce sondage donneront lieu à un rapport d’analyse qui sera présenté au moment de l’AG des ESH au courant du mois de juin.  

Résultats du sondage mené par l’A-MCA et les ESH sur les attentes des locataires en HLM

Dans le cadre d’un partenariat liant l’A-MCA et la Fédération des Entreprises sociales pour l’habitat (ESH), un sondage a été mené, afin de mieux comprendre les attentes, les usages et les priorités des locataires en HLM en matière de santé. En voici les principaux enseignements.

Ce sondage « Santé et habitat social : prévention, santé, qualité de vie et accompagnement », a permis d’interroger 2 005 personnes âgées de plus de 18 ans, entre le 25 mars et le 4 avril, soit 1 006 locataires en logements privés et 999 locataires en logements sociaux.  

Bien-être et logement

Pour les deux catégories de répondants, les deux points fondamentaux que doit présenter leur logement pour qu’ils s’y sentent bien sont la luminosité (79 % privés et 81 % sociaux) et la superficie (76 % pour les deux). Cependant, seulement 53 % des locataires (privés et sociaux) affirment que leur besoin d’isolation thermique est assuré par le logement. De même que seulement 42 % des locataires sociaux affirment avoir une isolation sonore correcte contre 60 % des locataires privés.

Pour la majorité des locataires privés comme sociaux, le sentiment que leur logement est adapté à leur santé est acquis (84 % privés et 78 % sociaux). Il en est de même pour les besoins du quotidien (87 %et 80 %) puis, le mode de vie (86 et 79 %). Pour les deux groupes, le logement a plus d’impacts positifs que négatifs sur la santé. Toutefois, les impacts positifs sur la santé morale, la vie sociale et la santé physique sont acquis pour plus de 50 % des locataires privés (57 %, 52 % et 51 %) contre seulement 43 %, 40 % et 41 % chez les locataires des parcs sociaux. Cette satisfaction n’empêche pas pour autant les attentes. Les locataires privés souhaiteraient un logement plus adapté à leurs besoins (ex. : superficie, accès, etc.) (30 %). Pour les locataires sociaux, la première attente est également d’avoir un logement plus adapté à leurs besoins (34 %), suivi d’une envie de se sentir plus en sécurité dans le logement ou le quartier.

Santé, prévention et mode de vie

Seulement 56 % des locataires privés et 46 % des locataires en logements sociaux se sentent en bonne santé. Parmi les raisons d’une mauvaise santé : le stress (33 % privés, 37 % sociaux), la fragilité (22 %, 29 %) et la dépression (15 %,19 %).  

Si la majorité d’entre eux s’estiment bien accompagnés lors d’un problème de santé (75 %, 67 %), il est tout de même important de constater que seulement environ 20 % s’estiment tout à fait bien accompagnés, contre environ 50 % plutôt bien accompagnés. Au cours des deux dernières années, environ 70 % des participants ou un des habitants de leur logement ont dû faire face à au moins une difficulté : souffrances psychologiques (39 % privés, 44 % sociaux), difficultés hors Covid-19 (34 %, 40 %) puis, difficultés liées à la Covid-19 (36 %, 39 %).

Pour la majorité des locataires, la prévention en santé est un enjeu de santé publique (87 %, 88 %). Pourtant, quasiment 50 % des réponses étaient « oui, plutôt », contre environ 30 % de « oui, tout à fait ».

Le sentiment que le mode de vie agit sur la santé est globalement acté (77 %et 69 %). Toutefois, comme pour l’item précédent, seulement 16 % (sociaux) et 20 % (privés) considèrent ce sentiment fort. Ils sont 50 % à ressentir le besoin d’être informés ou conseillés sur la prévention et les modes de vie en santé (diététique, sport, hygiène de vie, sommeil, postures, etc.).

La connaissance des MCA

Par ailleurs, un peu moins de la moitié des habitants (45 % privés et 38 % parcs sociaux) ont déjà entendu le terme de MCA. Environ la moitié des participants pensent que les MCA contribuent à la prévention et au bien-être (51 % privés et 45 % sociaux). Parmi les usagers, les principales MCA utilisées sont l’ostéopathie (32 % privés, 30 % sociaux), l’homéopathie (21 %et 19 %), l’acupuncture (13 % et 14 %), l’hypnose (13 % pour les deux groupes) suivie de la phytothérapie (11 % et 12 %). Les fréquences d’utilisation sont majoritairement occasionnelles, soit « tous les trimestres ou plus » (47 % privés et 44 % sociaux), suivies d’utilisations régulières, soit « 1 fois par mois ou plus » (29 % et 35 %) puis, d’utilisations exceptionnelles, à savoir « 1 fois par an » (24 % et 21 %).  

La principale raison d’utilisation a pour but de réduire un ou plusieurs symptômes tels que le fatigue ou la douleur (78 % pour les deux groupes). L’utilisation en vue du bien-être ou du plaisir oscille entre 40 % et 46 %. Enfin, l’utilisation comme prévention, arrive en troisième position (29 %et 35 %). Le non-recours se justifie principalement par le manque d’accès aux pratiques, celui-ci à cause d’un manque d’information, du coût élevé des pratiques ou encore de l’éloignement par rapport aux praticiens. Plus de 70 % des locataires souhaiteraient que les MCA soient remboursées ou mieux remboursées par leur mutuelle.  

Des pistes d’actions

Grâce aux différentes observations issues du sondage, l’A-MCA a suggéré différentes pistes de réflexion et de travail. Parmi elles, la mise en place de rencontres de quartiers, au minimum, trimestrielles, incluant des professionnels de santé locaux, mais également des praticiens diplômés de MCA, permettant ainsi de favoriser les rencontres/échanges avec les citoyens à proximité de leur logement. Les actions à mener devraient permettre d’appuyer l’importance de la prévention en santé ; d’établir un lien plus marqué entre le mode de vie et la qualité de vie perçue ; de démocratiser le sujet des MCA ; de diffuser les connaissances actuelles sur chacune d’entre elles ; de communiquer davantage sur le lien entre les MCA et la prévention en santé.  

Différentes actions pourraient être proposées telles que des ateliers de prévention, (atelier diététique, sport adapté, relaxation, sophrologie, etc.) ; des conférences à thématiques sur la prévention en santé (bien manger, bien bouger, MCA et prévention, etc.) ou encore, des outils clairs d’information sur la prévention et les MCA, facilement accessibles (fiches pratiques, ouvrages grand public, guide, articles à thématiques, etc.).

Fiche pratique
Pratique Tolérée

Santé et habitat : l’A-MCA porte un sondage avec les ESH et l’IFOP

Pratiques ne détenant pas de cadre, qui sont rarement intégrées et dont la formation n'est pas reconnue.

Pratiques ne détenant pas de cadre et qui sont rarement intégrées.
• La formation n'est pas reconnue
• Il n'y a des risques potentiels
• Les dérives sont involontaires

Le contexte sociétal

Dans un contexte d’élections présidentielles, les Français ont fait savoir que la santé était un enjeu prioritaire de leur quotidien. L’A-MCA a donc décidé de proposer un sondage tendant à explorer la santé au sens de la définition de l’OMS, intégrant à la fois les dimensions du « cure » c’est-à-dire les attentes en matière de prise en charge médicale, et celles liées au « care », portant davantage sur les modes de vie, la prévention, le bien-être ou encore la qualité de vie. Ce sondage doit aussi permettre de saisir les différences d’appréhension et de représentation de la santé, de la prévention et de l’utilisation des médecines complémentaires et alternatives selon les catégories sociales.

La finalité est donc de tirer les leçons de la crise sanitaire, de dégager une vision de la prévention en santé, de renforcer la notion du « prendre soin » tout en positionnant les habitants comme acteurs de leur santé. Ce sondage vise à s’intéresser concrètement à leurs modes de vie, à leur bien-être et à leur qualité de vie, à considérer la diversité de leurs orientations en santé, à explorer les freins et les leviers d’accès à l’information et aux services de santé, et à saisir en quoi le logement et l’habitat sont, pour ces populations, des leviers de santé.

Orientations du sondage  

Ce sondage se veut constituer un repère sociétal et institutionnel, permettant d’orienter et/ou de prioriser des actions, au regard des attentes et des réalités des citoyens et d’interpeller sur le rôle des acteurs du logement dans la santé.

Constitué d’une vingtaine de questions, il explore les liens entre la vie quotidienne et la santé en investiguant six thèmes principaux, tous associés à un objectif :  

  • les usages : identifier les représentations, les attentes et les priorités des Français en santé ;
  • la prévention: évaluer la place et l’importance de la prévention en santé ;
  • le bien-être: s’intéresser à leurs modes de vie, à leur bien-être et leur qualité de vie ;
  • l’habitat : comprendre en quoi le logement et l’habitat jouent sur la santé de chacun ;
  • l’accès : explorer l’accès à l’information et aux services de santé de proximité ;
  • les MCA : déterminer leur intérêt et leurs orientations envers les pratiques complémentaires.

Outre l’A-MCA et les ESH, ce sondage implique également l’IFOP, organisme d’expertise des enquêtes sociétales. Les résultats de ce sondage donneront lieu à un rapport d’analyse qui sera présenté au moment de l’AG des ESH au courant du mois de juin.  

Résultats du sondage mené par l’A-MCA et les ESH sur les attentes des locataires en HLM

Dans le cadre d’un partenariat liant l’A-MCA et la Fédération des Entreprises sociales pour l’habitat (ESH), un sondage a été mené, afin de mieux comprendre les attentes, les usages et les priorités des locataires en HLM en matière de santé. En voici les principaux enseignements.

Ce sondage « Santé et habitat social : prévention, santé, qualité de vie et accompagnement », a permis d’interroger 2 005 personnes âgées de plus de 18 ans, entre le 25 mars et le 4 avril, soit 1 006 locataires en logements privés et 999 locataires en logements sociaux.  

Bien-être et logement

Pour les deux catégories de répondants, les deux points fondamentaux que doit présenter leur logement pour qu’ils s’y sentent bien sont la luminosité (79 % privés et 81 % sociaux) et la superficie (76 % pour les deux). Cependant, seulement 53 % des locataires (privés et sociaux) affirment que leur besoin d’isolation thermique est assuré par le logement. De même que seulement 42 % des locataires sociaux affirment avoir une isolation sonore correcte contre 60 % des locataires privés.

Pour la majorité des locataires privés comme sociaux, le sentiment que leur logement est adapté à leur santé est acquis (84 % privés et 78 % sociaux). Il en est de même pour les besoins du quotidien (87 %et 80 %) puis, le mode de vie (86 et 79 %). Pour les deux groupes, le logement a plus d’impacts positifs que négatifs sur la santé. Toutefois, les impacts positifs sur la santé morale, la vie sociale et la santé physique sont acquis pour plus de 50 % des locataires privés (57 %, 52 % et 51 %) contre seulement 43 %, 40 % et 41 % chez les locataires des parcs sociaux. Cette satisfaction n’empêche pas pour autant les attentes. Les locataires privés souhaiteraient un logement plus adapté à leurs besoins (ex. : superficie, accès, etc.) (30 %). Pour les locataires sociaux, la première attente est également d’avoir un logement plus adapté à leurs besoins (34 %), suivi d’une envie de se sentir plus en sécurité dans le logement ou le quartier.

Santé, prévention et mode de vie

Seulement 56 % des locataires privés et 46 % des locataires en logements sociaux se sentent en bonne santé. Parmi les raisons d’une mauvaise santé : le stress (33 % privés, 37 % sociaux), la fragilité (22 %, 29 %) et la dépression (15 %,19 %).  

Si la majorité d’entre eux s’estiment bien accompagnés lors d’un problème de santé (75 %, 67 %), il est tout de même important de constater que seulement environ 20 % s’estiment tout à fait bien accompagnés, contre environ 50 % plutôt bien accompagnés. Au cours des deux dernières années, environ 70 % des participants ou un des habitants de leur logement ont dû faire face à au moins une difficulté : souffrances psychologiques (39 % privés, 44 % sociaux), difficultés hors Covid-19 (34 %, 40 %) puis, difficultés liées à la Covid-19 (36 %, 39 %).

Pour la majorité des locataires, la prévention en santé est un enjeu de santé publique (87 %, 88 %). Pourtant, quasiment 50 % des réponses étaient « oui, plutôt », contre environ 30 % de « oui, tout à fait ».

Le sentiment que le mode de vie agit sur la santé est globalement acté (77 %et 69 %). Toutefois, comme pour l’item précédent, seulement 16 % (sociaux) et 20 % (privés) considèrent ce sentiment fort. Ils sont 50 % à ressentir le besoin d’être informés ou conseillés sur la prévention et les modes de vie en santé (diététique, sport, hygiène de vie, sommeil, postures, etc.).

La connaissance des MCA

Par ailleurs, un peu moins de la moitié des habitants (45 % privés et 38 % parcs sociaux) ont déjà entendu le terme de MCA. Environ la moitié des participants pensent que les MCA contribuent à la prévention et au bien-être (51 % privés et 45 % sociaux). Parmi les usagers, les principales MCA utilisées sont l’ostéopathie (32 % privés, 30 % sociaux), l’homéopathie (21 %et 19 %), l’acupuncture (13 % et 14 %), l’hypnose (13 % pour les deux groupes) suivie de la phytothérapie (11 % et 12 %). Les fréquences d’utilisation sont majoritairement occasionnelles, soit « tous les trimestres ou plus » (47 % privés et 44 % sociaux), suivies d’utilisations régulières, soit « 1 fois par mois ou plus » (29 % et 35 %) puis, d’utilisations exceptionnelles, à savoir « 1 fois par an » (24 % et 21 %).  

La principale raison d’utilisation a pour but de réduire un ou plusieurs symptômes tels que le fatigue ou la douleur (78 % pour les deux groupes). L’utilisation en vue du bien-être ou du plaisir oscille entre 40 % et 46 %. Enfin, l’utilisation comme prévention, arrive en troisième position (29 %et 35 %). Le non-recours se justifie principalement par le manque d’accès aux pratiques, celui-ci à cause d’un manque d’information, du coût élevé des pratiques ou encore de l’éloignement par rapport aux praticiens. Plus de 70 % des locataires souhaiteraient que les MCA soient remboursées ou mieux remboursées par leur mutuelle.  

Des pistes d’actions

Grâce aux différentes observations issues du sondage, l’A-MCA a suggéré différentes pistes de réflexion et de travail. Parmi elles, la mise en place de rencontres de quartiers, au minimum, trimestrielles, incluant des professionnels de santé locaux, mais également des praticiens diplômés de MCA, permettant ainsi de favoriser les rencontres/échanges avec les citoyens à proximité de leur logement. Les actions à mener devraient permettre d’appuyer l’importance de la prévention en santé ; d’établir un lien plus marqué entre le mode de vie et la qualité de vie perçue ; de démocratiser le sujet des MCA ; de diffuser les connaissances actuelles sur chacune d’entre elles ; de communiquer davantage sur le lien entre les MCA et la prévention en santé.  

Différentes actions pourraient être proposées telles que des ateliers de prévention, (atelier diététique, sport adapté, relaxation, sophrologie, etc.) ; des conférences à thématiques sur la prévention en santé (bien manger, bien bouger, MCA et prévention, etc.) ou encore, des outils clairs d’information sur la prévention et les MCA, facilement accessibles (fiches pratiques, ouvrages grand public, guide, articles à thématiques, etc.).

Santé et habitat : l’A-MCA porte un sondage avec les ESH et l’IFOP

Dans le cadre de leur partenariat signé en juin 2021, les Entreprises sociales pour l’habitat (ESH) ont adhéré au lancement d’un sondage par l’A-MCA, afin de mieux comprendre les attentes, les usages et les priorités des locataires en HLM en matière de santé.

Temps de lecture :
Lieu :
Publié le :
22/3/2022
Catégorie :
Étude sociétales

La convention de partenariat entre les ESH et l’A-MCA vise à identifier les synergies possibles, à promouvoir des échanges centrés sur des innovations touchant les habitants du logement social et le lien santé-logement. La réalisation de ce sondage s’inscrit donc totalement dans ce contexte.

Le contexte sociétal

Dans un contexte d’élections présidentielles, les Français ont fait savoir que la santé était un enjeu prioritaire de leur quotidien. L’A-MCA a donc décidé de proposer un sondage tendant à explorer la santé au sens de la définition de l’OMS, intégrant à la fois les dimensions du « cure » c’est-à-dire les attentes en matière de prise en charge médicale, et celles liées au « care », portant davantage sur les modes de vie, la prévention, le bien-être ou encore la qualité de vie. Ce sondage doit aussi permettre de saisir les différences d’appréhension et de représentation de la santé, de la prévention et de l’utilisation des médecines complémentaires et alternatives selon les catégories sociales.

La finalité est donc de tirer les leçons de la crise sanitaire, de dégager une vision de la prévention en santé, de renforcer la notion du « prendre soin » tout en positionnant les habitants comme acteurs de leur santé. Ce sondage vise à s’intéresser concrètement à leurs modes de vie, à leur bien-être et à leur qualité de vie, à considérer la diversité de leurs orientations en santé, à explorer les freins et les leviers d’accès à l’information et aux services de santé, et à saisir en quoi le logement et l’habitat sont, pour ces populations, des leviers de santé.

Orientations du sondage  

Ce sondage se veut constituer un repère sociétal et institutionnel, permettant d’orienter et/ou de prioriser des actions, au regard des attentes et des réalités des citoyens et d’interpeller sur le rôle des acteurs du logement dans la santé.

Constitué d’une vingtaine de questions, il explore les liens entre la vie quotidienne et la santé en investiguant six thèmes principaux, tous associés à un objectif :  

  • les usages : identifier les représentations, les attentes et les priorités des Français en santé ;
  • la prévention: évaluer la place et l’importance de la prévention en santé ;
  • le bien-être: s’intéresser à leurs modes de vie, à leur bien-être et leur qualité de vie ;
  • l’habitat : comprendre en quoi le logement et l’habitat jouent sur la santé de chacun ;
  • l’accès : explorer l’accès à l’information et aux services de santé de proximité ;
  • les MCA : déterminer leur intérêt et leurs orientations envers les pratiques complémentaires.

Outre l’A-MCA et les ESH, ce sondage implique également l’IFOP, organisme d’expertise des enquêtes sociétales. Les résultats de ce sondage donneront lieu à un rapport d’analyse qui sera présenté au moment de l’AG des ESH au courant du mois de juin.  

Résultats du sondage mené par l’A-MCA et les ESH sur les attentes des locataires en HLM

Dans le cadre d’un partenariat liant l’A-MCA et la Fédération des Entreprises sociales pour l’habitat (ESH), un sondage a été mené, afin de mieux comprendre les attentes, les usages et les priorités des locataires en HLM en matière de santé. En voici les principaux enseignements.

Ce sondage « Santé et habitat social : prévention, santé, qualité de vie et accompagnement », a permis d’interroger 2 005 personnes âgées de plus de 18 ans, entre le 25 mars et le 4 avril, soit 1 006 locataires en logements privés et 999 locataires en logements sociaux.  

Bien-être et logement

Pour les deux catégories de répondants, les deux points fondamentaux que doit présenter leur logement pour qu’ils s’y sentent bien sont la luminosité (79 % privés et 81 % sociaux) et la superficie (76 % pour les deux). Cependant, seulement 53 % des locataires (privés et sociaux) affirment que leur besoin d’isolation thermique est assuré par le logement. De même que seulement 42 % des locataires sociaux affirment avoir une isolation sonore correcte contre 60 % des locataires privés.

Pour la majorité des locataires privés comme sociaux, le sentiment que leur logement est adapté à leur santé est acquis (84 % privés et 78 % sociaux). Il en est de même pour les besoins du quotidien (87 %et 80 %) puis, le mode de vie (86 et 79 %). Pour les deux groupes, le logement a plus d’impacts positifs que négatifs sur la santé. Toutefois, les impacts positifs sur la santé morale, la vie sociale et la santé physique sont acquis pour plus de 50 % des locataires privés (57 %, 52 % et 51 %) contre seulement 43 %, 40 % et 41 % chez les locataires des parcs sociaux. Cette satisfaction n’empêche pas pour autant les attentes. Les locataires privés souhaiteraient un logement plus adapté à leurs besoins (ex. : superficie, accès, etc.) (30 %). Pour les locataires sociaux, la première attente est également d’avoir un logement plus adapté à leurs besoins (34 %), suivi d’une envie de se sentir plus en sécurité dans le logement ou le quartier.

Santé, prévention et mode de vie

Seulement 56 % des locataires privés et 46 % des locataires en logements sociaux se sentent en bonne santé. Parmi les raisons d’une mauvaise santé : le stress (33 % privés, 37 % sociaux), la fragilité (22 %, 29 %) et la dépression (15 %,19 %).  

Si la majorité d’entre eux s’estiment bien accompagnés lors d’un problème de santé (75 %, 67 %), il est tout de même important de constater que seulement environ 20 % s’estiment tout à fait bien accompagnés, contre environ 50 % plutôt bien accompagnés. Au cours des deux dernières années, environ 70 % des participants ou un des habitants de leur logement ont dû faire face à au moins une difficulté : souffrances psychologiques (39 % privés, 44 % sociaux), difficultés hors Covid-19 (34 %, 40 %) puis, difficultés liées à la Covid-19 (36 %, 39 %).

Pour la majorité des locataires, la prévention en santé est un enjeu de santé publique (87 %, 88 %). Pourtant, quasiment 50 % des réponses étaient « oui, plutôt », contre environ 30 % de « oui, tout à fait ».

Le sentiment que le mode de vie agit sur la santé est globalement acté (77 %et 69 %). Toutefois, comme pour l’item précédent, seulement 16 % (sociaux) et 20 % (privés) considèrent ce sentiment fort. Ils sont 50 % à ressentir le besoin d’être informés ou conseillés sur la prévention et les modes de vie en santé (diététique, sport, hygiène de vie, sommeil, postures, etc.).

La connaissance des MCA

Par ailleurs, un peu moins de la moitié des habitants (45 % privés et 38 % parcs sociaux) ont déjà entendu le terme de MCA. Environ la moitié des participants pensent que les MCA contribuent à la prévention et au bien-être (51 % privés et 45 % sociaux). Parmi les usagers, les principales MCA utilisées sont l’ostéopathie (32 % privés, 30 % sociaux), l’homéopathie (21 %et 19 %), l’acupuncture (13 % et 14 %), l’hypnose (13 % pour les deux groupes) suivie de la phytothérapie (11 % et 12 %). Les fréquences d’utilisation sont majoritairement occasionnelles, soit « tous les trimestres ou plus » (47 % privés et 44 % sociaux), suivies d’utilisations régulières, soit « 1 fois par mois ou plus » (29 % et 35 %) puis, d’utilisations exceptionnelles, à savoir « 1 fois par an » (24 % et 21 %).  

La principale raison d’utilisation a pour but de réduire un ou plusieurs symptômes tels que le fatigue ou la douleur (78 % pour les deux groupes). L’utilisation en vue du bien-être ou du plaisir oscille entre 40 % et 46 %. Enfin, l’utilisation comme prévention, arrive en troisième position (29 %et 35 %). Le non-recours se justifie principalement par le manque d’accès aux pratiques, celui-ci à cause d’un manque d’information, du coût élevé des pratiques ou encore de l’éloignement par rapport aux praticiens. Plus de 70 % des locataires souhaiteraient que les MCA soient remboursées ou mieux remboursées par leur mutuelle.  

Des pistes d’actions

Grâce aux différentes observations issues du sondage, l’A-MCA a suggéré différentes pistes de réflexion et de travail. Parmi elles, la mise en place de rencontres de quartiers, au minimum, trimestrielles, incluant des professionnels de santé locaux, mais également des praticiens diplômés de MCA, permettant ainsi de favoriser les rencontres/échanges avec les citoyens à proximité de leur logement. Les actions à mener devraient permettre d’appuyer l’importance de la prévention en santé ; d’établir un lien plus marqué entre le mode de vie et la qualité de vie perçue ; de démocratiser le sujet des MCA ; de diffuser les connaissances actuelles sur chacune d’entre elles ; de communiquer davantage sur le lien entre les MCA et la prévention en santé.  

Différentes actions pourraient être proposées telles que des ateliers de prévention, (atelier diététique, sport adapté, relaxation, sophrologie, etc.) ; des conférences à thématiques sur la prévention en santé (bien manger, bien bouger, MCA et prévention, etc.) ou encore, des outils clairs d’information sur la prévention et les MCA, facilement accessibles (fiches pratiques, ouvrages grand public, guide, articles à thématiques, etc.).

No items found.

Photo

No items found.

Vidéo

Partenaire

Media

LA bibliothèque de l'a-mca

No items found.

Pour aller plus loin